Paper Girls tome 1 - Comics Prime

Encensé par la presse spécialisée, le nouveau bébé de Brian K. Vaughan fait un carton Outre-Atlantique. Surfant sur la fibre nostalgique des années 80, « Paper Girl »s est-il la nouvelle référence comics à l’instar de Stanger Things pour le petit écran ?


Fiche technique

paper-girls-tome-1-41502-270x416Scénario : Brian K. Vaughan
Dessin : Cliff Chiang
Editeur VF : Urban Comics
Editeur VO : Image Comics

Sollicitation
Au lendemain de la célèbre fête d’Halloween, la petite ville de Stony Stream, Ohio, s’éveille. C’est du moins le cas de Mac, KJ, Tiffany et Erin, quatre jeunes livreuses de journaux. La routine des tournées matinales est enclenchée, jusqu’au moment où leur itinéraire croise celui d’un groupe d’étranges individus encapuchonnés, violents et au langage inconnu ; et d’une mystérieuse machine dont tout semble indiquer qu’elle ne viendrait pas de la Terre… Une découverte qui pourrait bien changer leur vie à jamais.


nightmare

Sommeil agité

Erin fait des cauchemars bizarres depuis quelques temps : un jardin qui ressemble à celui décrit dans la Bible, un astronaute qui lui tend un fruit, des démons qui mettent à sac ce “paradis” et qui fatalement finissent par s’en prendre  à elle… Fille de 13 ans, elle vit dans une petite ville d’Ohio. On est en 1984 le lendemain d’Halloween et les Paper Girls ont encore de beaux jours devant elles…

pg-1-lettered-page-10-60fae-b08911

Les enfants des 80’s

Pour ceux qui sont nés avant les années 2000 en Europe, un Paper Boy était un ado qui, pour gagner quelques dollars, faisait le tour des quartiers résidentiels à bicyclette pour distribuer le journal. Erin est une Paper Boy ou plutôt une Paper Girl et qui, pour sa première course rencontrera des consœurs (Tiffany, KJ et Mac) qui préféreront rester ensemble pour livrer leurs canards et ainsi éviter les mauvaises rencontres… Bien entendu, cette première course va s’avérer plus ardue que prévue pour nos quatre héroïnes. En effet, la petite ville est prise d’un mal étrange : il semble que les gens ont subitement tous disparu. Malgré elles, Erin et ses nouvelles camarades se retrouveront mêlée dans une histoire qui les dépasse en tout point.

supernatural

Stranger Girls

Un scénario qui fleure bon les années 80 mais sans exagérer dans les références. Vaughan arrive, en effet, sans en faire trop à nous (re)plonger dans ces années bénies de la coupe mulet et de la montre Casio. Le rapprochement avec la série de Netflix, « Stranger Things », est bien entendu inévitable mais cela est surtout dû au fait que l’action se passe dans les années 80 et que le comicbook reprend des codes utilisés par les films de cette époque. Vous me direz : mais alors quelle est l’originalité de ce bouquin ? D’abord, il y a le fait que les personnages principaux sont des filles, toutes au caractère bien trempé , mais en même temps différents. Vaughan réussit en quelques pages à nous attacher aux personnages.

paper-girls-1

Simple mais pas simpliste

Dans ce premier tome, il réussit aussi à poser un œil critique sur des sujets sensibles et n’hésite pas à prendre position, sans pour autant tomber dans le moralisateur. Comme à son habitude, Brian K. Vaughan a son univers bien à lui et il prend son temps pour poser les décors (j’ai enlevé le « néanmoins » : trop lourd) sans que ça soit soporifique pour autant et que le lecteur trouve cela superflu. Décidément, Monsieur Vaughan sait nous raconter des histoires qui nous tiennent en haleine et pour lesquelles on a des difficultés  à “lâcher” le bouquin.

photo-dec-06-4-15-50-pm

Influences ?

Cliff Chiang est comme à son habitude en forme et a un trait qui se rapproche de temps à autre à celui de Fiona Staples. Cette “similitude” qui doit être dû à mon inconscient où à une récente conversation avec mon ami Yann qui me faisait cette remarque après qu’il ait lu ce premier volume. Quoiqu’il en soit, les planches de Cliff Chiang sont à couper le souffle, on a l’impression qu’il insuffle un peu d’âme dans chacun de ses personnages, tout en jouant avec des traits qui paraissent simples mais qui s’avère d’une redoutable efficacité. Mention spéciale pour cette double page où l’on voit les filles sur leurs vélos comme si elles étaient des chevaliers sur des montures prêtes à en découdre ! Une véritable merveille pour laquelle j’ai éprouvé des difficultés à la quitter des yeux.

866929papergirls2header

Pour 10 euros

Paper Girls est une réussite en tout point, une intrigue qui paraît simple au début mais qui possède de nombreuses ramifications. Encore une fois,  Brian K. Vaughan arrive avec une histoire assez simple et réussit à nous concevoir quelque chose d’épique et d’intelligent ! Il est encore trop tôt pour dire si Paper Girls sera la nouvelle référence à ranger à côté de Stranger Things, mais ce premier tome démarre avec de très bonnes bases. Quoiqu’il en soit, si vous n’avez pas encore succombé, foncez, vous ne serez pas déçu.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer