Dossier : Bruce Timm - Comics Prime

2877351-bruce_timm

Bruce Timm fait partie de ces artistes qui ont tant apporté à l’univers du comics qu’il est parfois difficile de les voir autrement que comme des icônes vivantes. Mais derrière son travail d’animation sur Batman, Superman, etc  nous vous proposons aujourd’hui un tour d’horizon de l’artiste en brassant son enfance, ses influences et son parcourt au sein de l’industrie.

Pour éviter de sauter des info intéressantes en voulant résumer (sacrilège!) , ce dossier sera coupé en deux. Vous trouverez ici le départ de l’artiste et de nombreuses anecdotes qui je l’espère vous permettront de mieux saisir sa personnalité.

 

 

introd

Bruce Timm est né en 1961 en Oklahoma mais sa famille déménage deux fois de suite pour atterrir, 4 ans plus tard, en Californie.  Il fait partie d’une grande famille qui compte deux frères plus âgés et  un plus jeune, il est cependant le seul a vraiment s’intéresser au comics parmi ses frères.  Durant son plus jeune âge, les comics sont une distraction parmi d’autres, ce n’est que vers ses 12-13 ans que ce dernier s’y intéresse plus sérieusement.

« Quand j’ai eu 14-15 ans, j’ai commencé à faire pas mal de kilomètres sur mon vélo. Les drugstores de l’époque ne vendaient pas tous les magazines alors je devais souvent en faire 3 différents pour récupérer les Warren, les Marvel Black & White et les comics ordinaires »

Aussi longtemps qu’il s’en souvienne, Bruce Timm  à toujours dessiné, il a juste continué alors que les autres arrêtaient pour d’autres hobby « plus adultes ». Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, les comics étaient vu comme  un passe temps pour enfants et que la plupart des adolescents ou adultes qui les lisaient évitaient de le faire en public, sous peine de subir des moqueries. Déjà à cet âge, Bruce Timm commence à analyser les scénaristes mais surtout les dessinateurs « J’ai réalisé que le dessin de John Buscema était différent s’il était encré par Vince Colleta plutôt que par  Sal Buscema. A partir de ce moment, je me suis vraiment intéressé à l’aspect artistique. »

Cela peut paraître étonnant mais Bruce Timm lisait peu de comics de super-héros, leur préférant ceux qui traitaient de monstres en tout genre avec des artistes comme Ploog, Wrightson ou encore Gene Colan. Il a beaucoup dessiné en tentant de recopier les traits des artistes, parfois avec beaucoup de mal car non, Bruce Timm n’a jamais suivi de cours de dessin. Ses parents et lui étaient convaincu qu’il s’améliorait très bien en autodidacte, un choix qui lui semble très risible aujourd’hui. Tout ça ne l’a pas empêché d’avoir son petit succès étant jeune.

tumblr_lepn94wooR1qf83cro1_500

Quand il commence à dessiner, Timm s’intéresse surtout aux monstres en tout genre.

« A l’école, tout le monde me demandait des dessins. Il y avait un gosse dans l’équipe de football qui voulait des dessins de Bruce Lee, c’est devenu mon protecteur. Dès que les autres m’ennuyaient, il rappliquait et disait « Hey ! Laissez le tranquille ! Il est cool, il fait des dessins de Bruce Lee [rires]  »

Avançant vers la fin de ses études secondaires ( highschool chez nos amis US), Bruce Timm se rend compte que les dessinateurs sont loin d’être des stars roulant sur l’or et qu’il lui sera plus difficile que prévu de gagner sa vie en tant qu’auteur. De plus, la seule université d’art dans les environs se situe à  Pasadena, à près de 4h de voiture de son domicile familial. Dépité, il se résout à suivre à suivre un cursus ordinaire qui lui permettra de retomber sur ses pieds si sa carrière ne décolle pas.

Cependant, Bruce Timm n’est pas vraiment un élève modèle et les croquis s’empilent très vite dans ses cahiers de cours, si bien qu’il se fera éjecter de l’université avant même la fin d’année, au vu de ses notes désastreuses.

influ

 268712john_buscema_conan_k2z1° Jack Kirby et John Buscema

Si Jack Kirby est une des influences majeures sur le trait de Bruce Timm, cette dernière n’est venue que lorsque celui avait la vingtaine.  A vrai dire, le travail de Kirby lui semblait peu constant et si parfois il adorait, il lui arrivait également de pester devant ses dessins trop « bizarres, abstraits ». Bruce Timm a pourtant imité longtemps ce style dans sa jeunesse, en pensant comme beaucoup qu’il était facile de singer les traits de l’artiste. « Ça s’est révélé beaucoup plus difficile que prévu [rires] »  il en garde aujourd’hui les traits qu’il utilise pour les muscles du haut du corps.

John Buscema a été quant à lui une influence bien plus directe. Si les traits de Bruce Timm ont changés aujourd’hui pour un style qui lui est propre, il garde une trace de l’artiste dans sa façon de dessiner les jambes et les poses et parfois même dans son storytelling et son découpage. « J’ai été bien plus influencé par Buscema que par Kirby, il est meilleur dessinateur que je ne le serai jamais »

2° Harvey Kurtzman kurtzman8

A l’opposé de Buscema, Kurtzamn est un artiste qui l’a influencé sans qu’il en ai conscience, chose dont il s’apercevra bien plus tard.  En dehors de ses personnages cartoon mais à l’anatomie réaliste, Kurtzman laisse surtout une trace dans le storytelling de Bruce Timm ainsi que dans sa façon très cinématographique de découper les plans. Le dessin le laisse parfois indifférent mais il ne peut alors s’empêcher de lire et relire ces histoires. « Avec Kurtzman, la caméra est toujours au bon endroit au bon moment pour vous donner l’information dont vous avez besoin à ce moment du récit, c’est quelque chose de naturel chez lui, c’est un des génies du comics »

tumblr_mbrfga1Of21qlrpiko1_12803° Frank Frazetta

Quand Bruce Timm découvre Franzetta, il ne peut s’empêcher d’être admiratif devant les dessins bourrés de détails et les poses majestueuses utilisés par ce dernier. Frazetta est notamment connu pour son travail sur Conan. « Lorsque je tente de dessiner un Conan avec mon propre style, ça se solde toujours par un échec. Pour moi, Conan c’est Frazetta »

Les filles telles qu’elles sont dessinées par Bruce Timm sont inspirées du style de Frazetta mais dans un style plus simpliste. On y retrouve par exemple le visage en forme de cœur, les yeux légèrement allongés, le nez très discret et enfin la bouche de poupée. La différence majeure reste que les filles de Timm sont dans l’ensemble bien plus minces que celles de Frazetta, il confie malgré tout qu’il aime parfois dessiner des filles plus rondes afin de varier.

 

debuts

Si vous pensez que la carrière de Bruce Timm a décollé en un clin d’œil, vous serez surpris d’apprendre qu’après son expulsion de d’université, ce dernier s’est retrouvé à travailler… au K-Mart (grande surface). « A ce moment là, je me suis vraiment dit : Je déteste ce job, je dois absolument me barrer d’ici [rires] » A cette époque, Bruce Timm reconnait être plutôt fainéant et pas franchement ambitieux mais il remarque une offre d’emploi chez « Filmation Studio ». Il passe un alors un test d’embauche où il doit travailler sur un story-board et sur de l’animation, il échoue.

Cependant il ne se laisse pas démoraliser et continue tant bien que mal à travailler au K-Mart. L’année suivante, le studio embauche à nouveau, c’est sa chance ! « Cette fois là j’ai fait un boulot correct et ils m’ont embauché – ça y est , je débutais dans l’animation !  »

Mais Bruce Timm se trouve très vite confronté à la réalité du studio : tout faire à partir de séquences déjà dessinées tant que cela est possible. « Le personnage court avec son épée ? On a ça en stock » est un peu le copier-coller de l’époque. A ce moment là, Timm travaille sur Blackstar, l’ancêtre de He-Man, une série qu’il ne porte pas vraiment dans son cœur.

Blackstar, paru en 1981

Blackstar, paru en 1981

 

 

« C’était marrant de travailler sur Blackstar mais d’un autre coté, d’un point de vue artistique, c’était vraiment de la merde [rires] ».

 

 

Il expliquera que la série ne comporte que très peu d’action afin de maximiser la production et qu’il devait souvent se satisfaire de pouvoir dessiner une pose intéressante par-ci par-là.  Au début, l’artiste s’amuse mais le constat n’attend pas : il n’y a aucune pression, aucun challenge.

SecretOfNIMH5

Secret Of N.I.M.H., paru en Juillet 1982

Son boulot chez Filmation lui permet pourtant de rencontrer Russ Heath qui a travaillé chez DC, c’est l’occasion pour Timm de le bombarder de question. Plus vieux que lui dans l’industrie, Heath semble perplexe car pour lui, c’est avant tout un travail et s’il trouvait mieux payé ailleurs, il partirait sans doute. Peu confiant, il n’ose pas lui demander le numéro des contacts qu’il a pu se faire chez DC. A la fin de la série, Timm trouve un autre emploi chez Bluth pour animer Secret Of N.I.M.H. qui sur le plan artistique et technique dépasse de loin les productions flemmardes de Filmation. Mais en fin de production, Timm se retrouve à nouveau chez Filmation pour travailler sur He-Man (Musclor chez nous).

« He-Man était prévu pour durer 65 épisodes, j’allais enfin pouvoir travailler pendant un an sans changer de boîte ! Le genre me convenait, c’était dans mes cordes même si He-Man… Eh bien c’était He-Man, ça n’avait rien de bien folichon [rires] »

Par la suite, Timm travaillera à nouveau pour Bluth sur des projets d’animation… pour le jeu vidéo. Parmi ses participations, on retrouvera Dragon’s Lair 1 et 2 et Space Ape même si son travail reste de s’occuper de scènes d’animation peu visibles qui servent surtout a fluidifier les mouvements.

Son goût pour l’animation commence à se développer, chez Filmation il était payé pour dessiner mais chez Bluth c’est bien différent : la qualité est importante, les gens aiment ce qu’ils y font et la boîte n’a pas peur du budget à une époque où même Disney se serre la ceinture. C’est là-bas qu’il apprendra le plus de choses dans sa façon de dessiner  et qu’il commencera enfin à vouloir se dépasser.

mighty_mouse
Après un passage très discret chez Marvel pour travailler sur le dessin animé G.I. Joe, Bruce Timm passe de studio en studio, ces derniers n’embauchant que pour le temps d’une saison. Il se retrouvera plus tard chez DIC pour plancher sur des storyboard de « Adventures of Mighty Mouse », un projet qu’il a beaucoup aimé et grâce auquel il a pu rencontrer Ted Blackman, qui deviendra plus tard le responsable des arrières plans sur Batman Animated . Selon Bruce Timm, Blackman faisait vraiment un travail génial sur la série mais il n’était pas remarqué car ce qui comptait pour la boite, c’était surtout les personnages.

Avant de commencer son parcourt à la Warner Bros, Bruce Timm travaille sur Beany & Cecil , un cartoon pour le moins étrange sur lequel se lâchent les auteurs en ne respectant pas toujours le storyboard imposé par ABC. Les tensions sont nombreuses et il fini par quitter le navire juste avant que le show ne soit diffusé à la tv.  Par peur des retombées mais aussi de la dégradation de l’ambiance dans l’équipe, il se dit que c’est la meilleure solution.

anecdotes

Après avoir travaillé sur le dessin animé G.I. Joe, Bruce Timm se rend à la Comic Con de ’85 avec ses travaux sous le bras et espère y dégoter un travail. Beaucoup d’artistes regardent ses travaux de haut mais il arrive aujourd’hui à en rire. « Mes travaux étaient pourris [rires] et maintenant je suis de l’autre coté et je sais que ce n’est pas facile de regarder des dessins pourris et de dire « Eh bien.. ce n’est pas très bon »

Rocketeer Adventure Magazine 1 Dave Stevens

Bruce Timm à travaillé avec Dave Stevens, le créateur de Rocketeer. Il a aidé à la remise en couleur de l’album lorsque celui-ci à été ré-édité en graphic novel. « A ce moment là, on devait colorier sur un tout nouveau type de papier et on ne pouvait pas directement dessiner au marqueur dessus sous peine de faire d’énormes taches. On devait lécher le bout d’un coton-tige, le gaver d’encre avec notre marqueur  et s’en servir pour colorier les pages. On devait bien aérer la pièce sinon on se serait tous évanoui avec tous ces marqueurs à alcool. [rires] »

Lorsqu’il travaillait sur Secret of N.I.M.H, John Pomeroy, le directeur du projet, lui a fait une remarque sur un de ses dessins « Tu vois cette épaule que tu as dessinée? C’est une patate écrasée »
« John est le genre de personne que vous aimez ou que vous détestez, parfois peut être les deux. Il s’est démené pour m’aider à m’améliorer, dessin après dessin, mais il ne s’est pas gêné pour me faire un deuxième trou du cul au passage [rires] »

C’est ici que se termine cette première partie de notre dossier consacré à Bruce Timm. Vous l’aurez remarqué, il y a énormément de choses à dire sur l’artiste qui a décidément eu une carrière bien remplie. Ce premier dossier reprend essentiellement ce que peu de gens savent sur lui (l’avant  DC comics) et je sais que la plupart d’entre vous attendent maintenant le gros morceau : son travail sur Batman et les autres séries de la Warner Bros.  Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour la deuxième partie, vous avez de quoi lire d’ici là !

batman-animated-haut23-3608143ggpdo-1731-4578429wiybd

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer