Dossier : Bruce Timm [3/3] - Comics Prime

Bruce_Timm

Bienvenue sur la troisième et dernière partie de ce (long) dossier. Comme toujours, les autres parties sont disponibles ici :   1° partie2° partie

Dans la deuxième partie, il a été question des deux premiers gros projets de l’artiste, à savoir Batman Animated et Superman Animated. Je vous propose à présent de continuer chronologiquement avec Batman Beyond et Justice League pour terminer sur quelques éléments de son dessin. En effet, il ne faudrait pas oublier que dernière le producteur, il y a avant tout un dessinateur !

 

 

Beyond

En fin de production sur la série Batman/Superman Adventures, Bruce Timm, Alan Burnett et Paul Dini rencontrent Jamie Kellner, président de la section  Warner Bros TV. Petite parenthèse, Jamie Kellner est loin d’être apprécié chez les fan d’animation aujourd’hui, et pour cause : c’est lui qui a arrêté la diffusion des séries Animaniacs, Minus et Cortex, Freakazoid, Superman Animated et la dernière saison de Batman…. oui, ça fait beaucoup.

Kellner leur annonce alors « Batman marche bien pour nous mais nous pensons qu’il est temps de faire quelque chose de différent pour donner un coup de jeune à la franchise ». Un regard inquiet se perd entre Timm et Dini qui écoutent attentivement Kellner : il veut un Batman adolescent !

« Quand il nous a annoncé ça, on a fait « Aww non ! C’est la dernière chose qu’on veut faire! » « 

A ce moment là, la Warner diffuse depuis un certain temps la série « Buffy contre les vampires » et Timm a l’impression que Kellner veut Buffy-ser Batman. Ils réalisent très vite que tout ça est loin d’être une blague, ils ont alors le choix : laisser le projet à quelqu’un d’autre et prier ou alors faire leur maximum pour faire une série digne de ses prédécesseurs. Bruce Timm à déjà une piste, il veut absolument garder Bruce Wayne dans la série en lui donnant un rôle différent.

batman-beyond-the-complete-first-season-20060403015331975-000

La prise de conscience de Bruce dans l’épisode pilote.

Encore en train de finir la dernière saison de la série Batman, l’équipe travaille sur cette série futuriste et  high tech, Batman Beyond est sur les rails !

Pour l’épisode pilote, Alan Burnett à l’idée de mettre en scène la dernière nuit de Bruce Wayne en tant que Batman, une scène ou ce dernier est au bord du gouffre et se voit obligé de tenir une arme pour défendre sa vie. L’équipe reste bouche bée en l’écoutant, l’idée est géniale et va permettre une certaine continuité au show, même s’il reste quelques zones d’ombres (volontaires) entre la fin de la série originale et le début de Beyond.

inque_ref-276x300

Inque est un peu la « gueule d’argile » de Batman Beyond

Si les idées de départ sont la, c’est loin d’être suffisant : l’équipe ne dispose que de quelques mois et doit accoucher d’un générique, d’une trame et surtout de nouveaux vilains. Beaucoup de vilains sont ainsi nés avec un processus inversé, c’est à dire qu’ils ont été dessinés avant d’avoir leur histoire. C’est par exemple le cas de Shriek ou de la charmante Inque que l’on doit à l’artiste Glen Murakami.

D’autres sont nés de façon conventionnelle, c’est à dire avec une histoire puis une recherche artistique. Vous l’aurez compris, la préparation de la série était un peu chaotique.

« Glen et moi étions d’accord pour ne pas utiliser de vilains de la série originale. Nous voulions que la série soit unique, il aurait été trop facile de simplement mettre au gout du jours les anciens méchants de la série. Je sais que Inque n’est pas sans rappeler gueule d’argile mais il n’a pas de connexion entre eux, elle est sexy, liquide… pas vraiment comme un gros tas de morve ambulant [rires] »

Certains méchants bien connu feront toutefois leur apparition dans la série, comme ce fut le cas de Mr Freeze qui est un des vilains préférés de Timm. Cependant ce dernier a bien réfléchis à son retour et à sa mise en scène, pas question de le faire apparaitre de nulle part sans explication. C’est aussi l’occasion pour Timm de changer son design très rétro à un style futuriste.

ace-batman-beyond

En ce qui concerne le chien de Bruce Wayne, Ace, Timm a décidé de l’implanter suite à l’absence d’Alfred dans le série. « Le concept du chien avait été évoqué il y a longtemps mais il n’y avait pas vraiment de raison pour nous de l’inclure au show. Dans Beyond, il nous a semblé logique que Bruce de soit pas tout seul dans son immense manoir alors nous avons franchi le pas »

Avec le succès de la première saison, on lui propose de faire un long métrage Batman Beyond. Jean McKurdy, présidente de la Fox, préviens Bruce Timm qu’il n’a pas le temps de s’occuper à la fois de la saison deux et du long métrage. « C’était juste impossible pour moi de laisser quelqu’un autre faire joujou avec la série alors j’ai dit que j’allais y réfléchir, pour gagner du temps »

Il est d’ailleurs amusant de noter qu’en dépit de la volonté de départ, Batman Beyond est pour beaucoup une série plus sombre que l’originale, s’adressant moins aux enfants que le Batman d’origine. Le long métrage n’a pas échappé lui non plus à cette transformation, au grand désarroi de la WB. Il faut dire que tout ça est loin d’être innocent, Timm et les autres ont souvent joué avec le feu afin de faire ce qu’ils voulaient avec la série  en tenant le plus possible à distance les hauts responsables qui voulaient un Batman plus enfantin.

« Lors de la projection du film à la WB avec les responsables, l’ambiance était assez tendue car nous n’avions pas accepté tous les compromis sur le story-board. Au moment de la séquence flashback (lors de la mort du Joker) , c’était le silence total et certains étaient clairement choqués. A la fin, il y a eu les applaudissement mais personne ne s’attendait a voir quelque chose de si sombre.

Quand James Tucker est venu me voir après le film il m’a dit « Ce n’est pas un film pour enfant ! » Ce à quoi j’ai répondu « Eh bien… non, pas vraiment »  En dépit de son entêtement, la Warner refuse de promouvoir le film dans son état actuel et Bruce Timm se verra obligé de couper dans de nombreux passages.

justice-league

Plus d’une fois, Bruce Timm jura qu’il ne ferait pas d’adaptation de la Justice Ligue et pourtant, en 2001, la série débarque sur le petit écran. L’artiste explique ce choix de deux façons, la première étant qu’il n’y avait pas de projet prévu après Batman Beyond et que ce dernier touchait tout doucement à sa fin.  La deuxième est que durant les années 2000, la Justice League revenait sur le devant de la scène dans les comics.  Grant Morisson s’occupait d’ailleurs du run de l’époque avec une approche très classique tout en essayant de moderniser l’équipe : les ventes ont explosé.

justice-league-hd-wallpaper-

« A l’époque, les fans demandaient déjà quand j’allais m’occuper de la JL et ce que j’allais y apporter mais avec le run de Morisson, les fans voulaient vraiment une série d’animation. Je savais que ça allait être une série difficile à cause du nombre de personnages à inclure dans les scènes d’actions, il fallait garder tout le monde en mouvement »

Certains d’entre vous se demandent sans doute pourquoi le Green Lantern du show était John Stewart (qui a ce moment est peu connu aux US et encore moins ailleurs) et non pas Hal Jordan. La réponse est relativement simple : diversité ethnique. Ce n’est heureusement pas la seule raison, John ayant été préféré à Hal pour son caractère  plus « badass », le second étant plus un comique et une tête brulée.

Beaucoup de gens ont aussi été déçu que les armes du Green Lantern soient peu originales, Bruce Timm reconnait d’ailleurs ce manque d’originalité comme une de ses erreurs de l’époque. Il l’explique par le fait qu’il était dur de savoir quand un de ces pouvoirs était cool bien qu’un peu ridicule ou complètement ridicule, l’animation étant bien différente du papier.  Cet aspect a été un peu plus respecté dans la seconde saison après avoir écouté la réaction des fans de la série.

« Nous avons voulu éviter le syndrome « super copains » et c’est pour ça que les membres de la ligue sont rarement sur la même longueur d’ondes. Hawkgirl, par exemple, est un personnage à l’humour très sarcastique qui à eu un peu de mal à trouver sa place dans le groupe. Les gens pensent souvent que c’est un personnage plutôt bourrin, nous avons essayé de montrer autre chose »

Darkseid_DCAUPour le studio, le sujet sensible lors des interactions entre personnages est  bien entendu Aquaman, un personnage tourné au ridicule dans les comics et reconnu depuis longtemps par les lecteurs comme la cinquième roue du carrosse.  Un piège dans lequel l’équipe d’animation ne veut pas tomber, elle tente de moderniser un peu le personnage mais sans en faire un membre principal de la ligue qui comprend déjà 7 personnages principaux, ce qui leur semble plus qu’assez.

Lors de la préparation de la saison 2, l’équipe est en panne d’inspiration pour trouver une accroche intéressante. Rich Fogel est alors appelé par la Warner pour aider l’équipe (qui est loin de lui être inconnue puisqu’il avait déjà été appelé par le passé pour écrire quelques épisodes de Batman, Superman et Batman Beyond). Ce dernier propose une alliance entre Darkseid et Brainiac qui donnera l’épisode « Twilight » (ou personne ne brille au soleil, petite précision).

Aquaman_-_Présentation

A gauche, le design utilisé dans superman et à droite, celui dans Justice League

« Pour en revenir à Aquaman, nous voulions faire un épisode se basant sur l’univers Lovecraft et très vite, on c’est aperçu que beaucoup de ses mythes étaient basés sur des créatures sous marines. Nous avons donc décidé de faire un épisode avec une attaque sur Atlantis où Aquaman serait aidé par la ligue. Ils se rendent compte après coup que la mort du monstre a amené un portail qui déverse des créatures venues d’un autre monde »

L’équipe ne semble pas très réceptible à ce scénario dans un premier temps, Timm fait alors un parallèle avec l’équipe « Defenders » de Marvel. Aquaman, Dr Fate… il manque alors l’équivalent de Hulk… Solomon Grundy. Un choix quelque peu étrange mais qui inspira l’équipe pour finaliser le scénario.

 

comics

Par soucis de simplicité, cette partie est une traduction de l’interview de Bruce Timm par Modern Masters.

Modern Masters : Selon vous, a quel point travailler dans l’animation a t-il modifié votre style? Et diriez vous que vous avez un style particulier?

Bruce Timm : Je suppose.  Je travaille plus ou moins de la même façon lorsque je dessine pour une animation ou pour un comics et oui, je crois que l’animation a vraiment influencé mon style dessin qui s’est progressivement éloigné de mes débuts à la Jack Kirby. Avant de faire Batman Animated, je me cherchais toujours, entre du Dave Stevens, Jack Kirby et Mike Golden car pour moi, c’était ça le comics et donc je pensais devoir dessiner de cette façon.

A l’époque, DC avait vraiment un style particulier pour l’ensemble de ses séries et si on s’en écartait un peu, l’éditeur se rétractais. Heureusement, ce n’est plus le cas aujourd’hui et ils semblent ouverts à des dessins très stylisés. Le mouvement « Vertigo » de la scène indé a vraiment aidé dans ce sens avec des gars comme Ted Mckeever (Metropol, Domm patrol) et Mike Allred (Madman Comics, iZombie).

tumblr_mbwf8vxEz51rx5ri3o1_1280

Batman contre le vampire d’Elvis, les fans ont de drôles de demandes !

Modern Masters : Que pensez vous lorsque vous regardez des comics dont le dessin est basé sur votre style?

Bruce Timm : C’est cool mais ça me fait un peu peur aussi car il y a des artistes qui maitrisent mon style aussi bien – voir mieux que moi même [rires].  Ça m’énerve un peu mais je me dis que c’est comme ça que ça fonctionne, j’ai été inspiré par des artistes eux mêmes inspirés par d’autres, cela permet aussi de développer son propre style.  Mais je fait toujours certaines choses que personne d’autre ne fait. Par exemple, vous pouvez vous dire qu’il y a un peu de mon style chez Darwyn Cooke mais en vérité c’est venu très tard, quand il a commencé a travailler pour moi sur certains projets.

Après tout, Darwyn a mon âge alors il a été influencé par 40 ans de comics avant d’entrer dans l’univers « animated ». Je pense que nous avons tous eu plus ou moins les mêmes influences mais nous avons gardé des éléments différents, ce qui explique que nos styles ont fini par se séparer d’une façon ou d’une autre.

 

Modern Masters : Comment réagissez vous lorsque vous êtes coincé dans un dessin?

Bruce Timm : J’ai tendance à le mettre de coté et à travailler sur autre chose. Parfois je reprend la feuille et je me dis « Oh, c’est pas si mal en fait » [rires] Quand je ne sais pas quoi faire sur un design de personnage je regarde ce que fait l’équipe ou je plonge dans mes archives de Kirby et je prend des éléments par ci par là.   Je me dis « Qu’aurait fait Kirby? »  L’équipe a fait le design de plusieurs centaines de personnages, alors c’est important de voir ce que les autres font pour ne pas stagner et se répéter.

 

Modern Masters : Votre premier vrai comics était « Mad Love » (voir dossier 2/3) . Mon passage favori  était la scène de séduction d’Harley avec le Joker, qui a eu l’idée de cette scène?

Bruce Timm : C’est surtout Paul (Dini) et moi. C’est vraiment sympa de bosser avec lui car il ne le prend pas mal lorsqu’on propose des changements de script, il est très réceptif tant qu’on ne s’écarte pas trop du matériau de base.  La scène ou le Joker tire Harly par le nez est un petit ajout de ma part, dans le style Kurtzman.

 

Modern Masters : Vous avez aussi dessiné le Batman Adventures Annual #1 avec Roxy Rocket. Selon vous pourquoi ce personnage n’a t-il jamais vraiment marché?

Bruce Timm : Je ne sais pas. Elle ne se fond pas vraiment dans l’univers Batman, peut être n’est elle pas assez psychotique [rires]. Mais j’aimais bien ce personnage, il était très différent des autres ennemis de Batman et l’épisode qui lui est consacré est un de mes préférés.

url

Two of a kind
Par Bruce Timm et Alex Toth

Modern Masters : Sur l’histoire « Two of a kind », dans Batman Black & White,  il y a eu quelques difficultés….

Bruce Timm : Oui, toutes les pages devaient être coupées en 8 cases égales, c’était une demande d’Alex Toth. Tout le monde, y compris DC, c’est plaint que tout ça ressemblait à un story board, ce qui évidement était le but de Toth. Il a essayé d’y donner un effet cinématographique, ça m’a permis de changer ma façon de travailler.

J’étais déçu de ne pas pouvoir adapter ça dans la série animée mais c’était clairement infaisable. Entre le meurtre au premier degré et les scènes de sexe…

Note : Pour ceux qui n’auraient pas lu Two of  a kind, il s’agit d’une histoire ou Harvey Dent tombe amoureux de jumelles, une étant gentille et l’autre diabolique. C’est un récit hors de la continuité DC ou Harvey devient double face d’une manière totalement différente.

 

Modern Masters : Peu après, il y a eu Harley & Ivy…

Batman_Harley_and_Ivy_Vol_1_1

Le titre Harley & Ivy est sortit avec 3 ans de retard

Bruce Timm : Oui, peu de temps après Mad Love. Là encore j’ai travaillé avec Paul et tout s’est bien passé lorsqu’on a proposé le projet à DC. On a décidé de scinder l’histoire en 3. Chaque partie est plus ou moins indépendante mais en gardant un fil rouge entre elles. Quand Dini me disait « je te donne le script la semaine prochaine » je traduisais par « D’ici un ou deux mois » [rires].

En réalité, il m’a remis le script final… un an plus tard, c’était assez frustrant car à ce moment là j’étais très occupé sur Superman, je n’avais pas le temps pour dessiner Harley & Ivy !  De plus Paul a directement envoyé le script en validation et s’est fait payer, ce qui veut dire que la parution était dès lors planifiée ! C’était vraiment la merde. J’ai du tout expliquer aux responsables et ils m’ont dit « on ne veux pas que ça soit dessiné par quelqu’un d’autre, prenez votre temps et avancez quand vous le pouvez ».

C’est seulement deux ans plus tard que j’ai eu le temps d’y travailler [rires] Là encore j’étais complément débordé avec Batman Beyond mais je faisait une case par ci par là dès que j’en avais l’occasion.

pinup

Quelques pin up pour le plaisir des yeux.. et l’occasion de rappeler que l’éditeur Akileos publiera en Novembre 2013 l’art book « Anges et démons » qui comprendra pas moins de 250 pages de pin up de la main de votre artiste favori , si c’est pas beau tout ça !

emma6292920121 Harley-Queen-Bruce-Timm2 tumblr_l3fbbf0M7p1qb2uhao1_500_large url

Pour conclure ce dossier, si la qualité de son travail sur les séries animées est indéniable, il faut bien avouer que les travaux papier de Bruce Timm se font rares. C’est encore plus flagrant chez nous puis qu’à ma connaissance, aucun de ses deux titres principaux (Mad love, Harley & Ivy) n’ont été traduits en français !  Je ne peux que vous conseiller de vous rabattre sur la VO dont le prix reste accessible (et l’anglais utilisé reste lui aussi très simple) et sur l’art book à venir pour avoir une trace de cet artiste dans votre bibliothèque.

Bruce Timm quant à lui confie qu’il a beaucoup d’idées de comics papier mais qu’il est simplement surbooké. Il ne nous reste plus qu’a espérer que tous ces projets prendront forme un jour car Timm est un artiste qui a su influencer toute une génération et la faire rêver avec son dessin mais aussi avec sa vision unique de l’univers DC.

Nous vous tiendrons bien sur au courant de tout cela sur Comics Prime alors restez attentifs et à bientôt !

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer