Comics VO : Reviews express : cette semaine (12/06/13) chez Marvel et DC - Comics Prime

ATTENTION aux SPOILERS pour les lecteurs VF en général et les lecteurs VO qui ont du retard.

Un Homme averti en valant deux.

 

 

DC COMICS

2013-06-12 07-30-53 - Superman Unchained (2013-) 001-000Superman Unchained #1 :

Scott Snyder au scénario, Jim Lee aux dessins. Bon voilà le nouveau titre tant teasé depuis des mois. Avec les 2 (des 3 stars, si on compte Geoff Johns) grandes stars de chez DC. On devrait avoir 12 numéros au final selon ce qui a été annoncé. On ouvre cette histoire sur une uchronie, on revit la scène de la bombe atomique sur Nagasaki légèrement modifiée pour introduire le nouveau méchant. On retrouve ensuite Superman qui est confronté à une série de satellites qui tombent sur terre et ce bon Kal tente d’en stopper une qui tombe à vive allure vers la terre, ce qui donne lieu à la « curiosité » de ce numéro et ce qui justifie également le prix gonflé : le poster quadruple pages dépliant. Jim Lee a du passer un bon paquet de temps à dessiner ces trucs, c’est joli mais au final la valeur ajoutée est pas aussi grosse qu’annoncé par les teasers. Superman se rend ensuite compte qu’il a oublié un des satellites qui s’est abîmé dans un océan. Il se rend donc sur place pour découvrir une anomalie sur la carcasse, intervient alors l’armée venue détruire les preuves. Là on se rend compte que le Général Lane (le papa de Lois Lane. Cette dernière qui fait, elle aussi, une apparition) est mouillé à l’histoire et il se félicite d’avoir depuis l’époque de Nagasaki l’arme parfaite contre Superman. A noter également une apparition et une confrontation (pacifique) de Lex Luthor avec notre héros qui fut jadis en slip rouge.

En conclusion : Jim Lee est relativement pas mal en forme (je sais je reste évasif mais il est pas à son top comme pour Hush, mais le sera-t-il encore un jour ?). Scott Snyder de son côté est sorti de sa « comfort zone » que sont les ambiances horreur/sombre pour proposer du flamboyant Superman, il est à noter que aussi bien Clark que son homologue capé ont une vie intérieure très bavarde, en effet on suit tout le cheminement de pensées très prodigue sur l’enquête, voire parfois des détails techniques qui donnent un côté intello. Comme souvent pour les numéros 1, dur de critiquer un début d’intrigue. Le méchant a vraiment la classe, c’est très bien écrit et très bien dessiné, y a du an service à gogo. En résumé : c’est du solide et du maîtrisé mais je m’attendais peut être un peu trop à un miracle venant de cette équipe créative et au final on a un truc bon mais pas forcément très bon.

 

Batman #21 :

Scott Snyder au scénario, Greg Capullo aux dessins. Début d’arc pour Batman le tant teasé « Zero year« , un voyage dans le passé, qui fait écho à ce qu’on avait pu lire dans le Batman #0 des mêmes artistes. On se retrouve donc il y a 6 ans, avec un numéro qui commence par le cliffhanger, un Gotham ravagé où règne la violence encore plus que d’habitude. Je vous laisse découvrir les spécificités exacte de cet univers mais le Batman qui opère à ce moment à un look vraiment génial et inattendu.

On remonte encore le temps de 5 mois et on retrouve Bruce, qui n’est pas encore vraiment Batman mais plutôt un justicier littéralement masqué,  aux prises avec le gang du Red Hood. Bruce est dans une bien mauvaise posture et il utilisera un moyen dangereux et déconseillé par le bienveillant, et déjà bien présent, Alfred. Il est à noter qu’Alfred, même si opposé aux « délires » de redresseur de torts de son employeur, a ici, plus que jamais, un rôle de sidekick vraiment très présent, il conseille un Batman en devenir qui n’a pas encore toute l’expérience requise qu’on lui connaîtra par la suite. On retrouve ensuite Bruce dans son pied à terre Gothamien, qui n’est pas encore le fameux manoir Wayne et il se retrouve confronté à son Oncle, le frère de sa défunte mère, qui gère les rennes de Wayne Enterprise. Alors qu’on apprend que Bruce n’est de retour que depuis quelques semaines, tout le monde le croit encore mort sauf son « bon » oncle qui a enquêté sur ce que faisait son neveu. Il est amusant également de voir le sigle sur la casquette de Bruce qui nous promet une réécriture de l’origine d’une part importante de la légende. On a ensuite droit à un flashback sur l’enfance de Bruce qui est avec son bienveillant père, nous est présenté un objet qui prendra surement de l’importance pour la suite, vu qu’on le retrouve à la dernière page de ce numéro à un endroit bien particulier : l’entrée de la Batcave. Ce qui m’a un peu choqué cavec cet objet, c’est son avancée technologique pour l’époque, mais soit c’est un comics on va pas discuter de la cohérence vis à vis de notre monde. On a droit à une scène importante également avec une confrontation entre L’oncle et un méchant classique de l’univers et on se pose déjà énormément de questions. Je vous laisse sur cette énigme pour découvrir de qui il s’agit ;-). Le Backup par le normalement excellent Rafael Albuquerque est décevant et anecdotique. On retrouve Snyder et James Tynion IV au scénario.

En conclusion : On découvre un dessin beaucoup plus clair qu’avant, un Bruce plus jeune et plein de chouettes trouvailles en rapport avec l’époque et la mythologie Batman, travail donc impeccable pour Capullo. Pour la deuxième fois cette semaine, après Superman Unchained, dur de critiquer l’intrigue de Scott Snyder sur un premier numéro, mais sincèrement ca sent super bon et on a envie de lire la suite. Du tout bon somme toute, et on a droit à une couverture légèrement cartonnée et en relief. Le backup est en demi teinte lui malheureusement.

 

MARVEL

Savage Wolverine 006-000 – Savage Wolverine #6 :

Zeb Wells au scénario, Joe Madureira aux dessins. Par l’équipe qui avait brillament lancé « Avening Spider-Man » il y a quasi 2 ans maintenant, sans ensuite être égalé. Ce titre aurait du être à la base un nouvel arc de Avenging Spider-man d’ailleurs mais Marvel a décidé de passer Wolverine sur le devant de la scène et de continuer son défilé de allstars team sur Savage Wolverine. On a donc en réalité un duo Wolverine et Elektra. Cette dernière commence le numéro en pleine mission « d’infiltration » dans une base du S.H.I.E.L.D. afin de voir l’endroit où est retenu un super vilain pour se rendre compte que son lieu de détention est vide. On a ensuite droit à une scène de mise en situation avec le Kingpin et les ninjas de la Main qui « challengent » son autorité et MrFisk le prend plutôt mal. Scène suivante on rentre dans le vif du sujet avec un Wolverine furax à la fin d’une mission avec les Avengers. Elektra arrive ensuite demander son aide à Wolverine. Il accepte et ils vont voir leur employeur. Pendant ce temps la Main prépare sérieusement sa rébellion contre Wilson Fisk. et clap de fin sans trop vous spoiler les différents protagonistes de l’histoire.

En conclusion : Madureira s’essaie à un nouveau style de dessins de contours de ses personnages, ça a son charme mais ce n’est pas son style que je préfère. Vu qu’il figure dans mon top 3 de dessinateurs préférés (vous l’avez peut être vu à l’oeuvre sur les deux Darksiders si vous êtes plus coutumiers des jeux vidéos) et donc en général je laisse peu de marge de manoeuvre niveau critique quand la qualité est discutable. Ce n’est pas le cas ici heureusement. Wells manie les dialogues de façon vraiment talentueuse et on passe un vrai bon moment à lire ce premier chapître de cet arc en 3 parties (trop court comme toujours quand c’est bon).

 

Thor : God of Thunder #9 :

Jason Aaron au scénario, Esad Ribic aux dessins.
Je le répète chaque mois mais ce titre est le meilleur du Marvel NOW pour peu qu’on ne soit pas récalcitrant au colosse blond et son maillet magique. On arrive bientôt à la conclusion de l’histoire de Gorr le boucher des dieux. Les trois Thor sont désormais réuni et veulent en découdre avec leur ennemi commun. Il y a peu à dire car ce numéro est essentiellement une très longue scène de baston hyper jubilatoire et magnifiquement dessinée (regardez le panel de la charge des Thor au bas de cet article).

Conclusion : C’est ultra épique, c’est écrit très justement. Je ne lui mettrai pas mon coup de coeur de la semaine sinon il cannibaliserait cette récompense chaque mois, mais le coeur y est.

 

 

Thor - God of Thunder 009-005

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer