Wika et les Fées Noires (tome 2) - Comics Prime

Le très attendu tome 2 de Wika a débarqué chez Glénat mi Octobre. Le premier tome avait suscité la curiosité et l’intérêt de par son univers à la fois original et à la fois emprunt d’une multitude d’inspirations bien connues. Ce tome 2 rentre dans le vif du sujet, l’introduction étant faite, il va falloir montrer si il n’est pas juste un magnifique conte de fées qui se font la guerre !


Fiche Technique:

9782344003718-l

Scénarios : Thomas Day + Olivier Ledroit.
Dessins : Olivier Ledroit.
Coloriste : Olivier Ledroit.
Éditeur : Glénat.
Collection : Grafica.
Genre : Action, Aventure, Fantastique, Légende, Steampunk.
Date de sortie: 12 octobre 2016.
Pagination: 64 pages.

Sollicitation :

La fin de l’innocence…

Dans la lande des Formoires, Wika a perdu son premier amour, Bran, puis s’est débarrassée des loups d’Obéron lancés à ses trousses avant d’être sauvée de l’appétit des créatures des marais par les fées noires : Ness, Mata et Gwynette. Car elles aussi ont un compte à régler avec Obéron. Elles promettent à Wika de parfaire son apprentissage et de la rendre assez puissante pour défaire le tyran si la jeune femme accepte de faire renaître de ses cendres Balor, le puissant royaume des fées noires !


Yes Wikan

Le premier tome de cette série avait attiré pas mal d’attention sur lui. Tout d’abord grâce à la présence d’Olivier Ledroit qui ne démentait clairement pas son nom avec une partie graphique incroyablement riche, fouillée, inventive. Ce tome 1 avait donc été une très agréable curiosité avec un monde complexe et riche, un fouillis rafraîchissant d’idées empruntée ici aux contes de fées, là aux univers de jeux de rôles ou encore à la religion Celte et même, et je vais sans doute le répéter, aux chroniques de la lune noire (tient tient).

Nous voilà donc avec ce tome 2 qui reprend où Thomas Day avait achevé le premier. L’histoire de la fée Wika se poursuit, elle se trouve rapidement des alliés aussi intéressés et puissants que loufoques (parfois un peu trop d’ailleurs, l’humour est lourdingue avec des blagues grivoises faciles et des références qu’on nous balance à grand clin d’oeil et coup de coude complice). Or donc là où le tome 1 avait créé la surprise par une longue introduction largement nécessaire à cet univers, ici on se retrouve dans le classique deuxième tome de transition, le mal se précise, le danger approche, les protagonistes se placent, et la narration ressemble de plus en plus aux fameuses chroniques de la lune noire. Avec une montée en puissance narrée exactement comme celle de Wismerhill et de ses comparses. Obéron dévoile peu à peu son plan, tel le grand méchant qu’il est, plaçant ses pions, n’hésitant pas à sacrifier, trahir et séduire tout ce qui sera nécessaire sur le chemin de son hégémonie. On en apprend plus sur monde, Yggdrasil, les nains, les elfes noirs, les créatures de légende, un peu de technologie steampunk et de magie.

wika-mid-1

l’améwika l’améwika, si c’est un rêve, je le saurai

Le boulot de Ledroit est, comme pour le premier tome (et ce n’est pas peu dire), sidérant. Chaque planche est remplie soigneusement et richement de détails, d’ornements, de dialogues quasi perdus dans ce flot de traits et de couleurs d’une richesse peu égalée. Il n’y du coup pas grand chose d’autre à dire sur la partie dessins tant elle est luxuriante et représente sans doute le tout gros avantage de cette aventure.

ledroit_wika2_29

Wikatastrophique ? (je serai fort et je revendiquerai les titres des chapîtres de cet article)

Si Ledroit l’emporte largement par KO depuis le tome 1 et ne ralenti pas le rythme le moins du monde dans ce tome 2, l’histoire souffre de cette transition, moins poétique et moins bien écrite disons le. J’ai eu l’impression de lire une narration à  la LCDLLN (les chroniques de la lune noire) qui elle même me fatiguait et continue à me fatiguer dans ses derniers tomes. La lune noire jouit d’un amour de longue date et du côté « BD pantoufle » où on aime se retrouver ses marques depuis longtemps. Or Wika ne possède clairement pas cette même excuse, subjective certes, mais le sentiment existe. Or donc si vous n’avez pas lu LCDLLN cela ne vous dérangera sans doute pas. Les dernières planches créent malgré tout le cliffhanger qui me poussera sans doute vers le 3ème et avant dernier tome de cette série.
Je le répète, l’onirisme et la générosité du dessin et de l’univers créé par Ledroit devrait rester votre raison principale de lire les 4 tomes (dont 2 à venir donc) de Wika. L’histoire reste sympa mais pas inoubliable.

 

A propos de l'auteur

né avec des bds entre les mains, Dorothée m'a fait regarder puis lire des mangas, et depuis le milieu des années 90 je lis des comics principalement de super héros. Séries fétiches DC : Principalement les univers Green Lantern et Batman, ainsi que certaines séries Vertigo. Séries fétiches Marvel : Thor, X-force, Guardians of the Galaxy, les titres Avengers. 10 Dessinateurs fétiches : Coipel, Madureira, Crain, Lee (Jae et Jim), Yu, Daniel, Finch, McNiven, Picchelli. 10 Scénaristes fétiches : Aaron, Bendis, Snyder, Wells, Johns, Wood, Lemire, Remender, Straczynski, Brubaker.

Articles similaires