[CHRONIQUE VF] Venom La naissance du mal - one shot - Eddie Brock dans toute sa splendeur - Comics Prime

Le film Venom est sorti il y a quelques semaines, et les avis sont pour le moins mitigés. En ce qui me concerne, si le film en lui-même n’est pas un mauvais film, ce qu’ils ont fait du personnage originel me déplaît totalement ! Il est donc temps de se replonger dans les véritables origines du personnage dans le monde des comics !

Scénario : Zeb Wells
Dessins : Angel Medina
Éditeur : Panini Comics (Marvel en VO)
Date de sortie: 14 octobre 2015.
Pagination : 120 pages.
Sollicitation : Assoifé de sang et impitoyable, Venom est l’un des pires ennemis de Spider-Man. De l’émergence de ses pulsions meutrières à son premier combat contre Peter Parker, découvrez les origines du célèbre symbiote alien à travers la vie de son hôte Eddie Brock.
 
 
 
 
 
 

 

Un peu d’histoire

Pour pouvoir comprendre pleinement les origines de Venom, il est important de savoir que ce dernier n’est pas apparu entant que tel dans les comics Spider-Man. C’est en effet lors de la saga « Les guerres secrètes », publiée de 1984 à 1985 par Marvel, que Spider-Man découvre le symbiote sur la planète Battleworld, lors d’un tournoi réunissant les héros et vilains de l’univers Marvel. Alors que son costume était en lambeaux, le super-héro s’en fabrique un autre qui s’avérera être noir. Ce costume rend Spidey plus fort, plus puissant et plus rapide…On dit merci qui ? Merci le symbiote !

En ce temps-là, le symbiote a pour but de vivre en harmonie avec la corps qu’il occupe ! Néanmoins, au fur et à mesure des aventures de l’homme araignée, cette entité provoque chez Peter Parker des excès de colère et de violence, entre toutes autres choses. Ce dernier décidant de s’en séparer, le symbiote cherchera par tous les moyens de retrouver son hôte chéri…avant d’en trouver un tout autre : Eddie Brock.

C’est ainsi que l’on peut résumer la naissance du véritable Venom, né de l’imaginaire de David Michelinie, Todd McFarlanne et Mike Zeck.

Et cette histoire dans tout ça ?

Revenons à nos moutons ! Venom, c’est en quelques sortes la fusions de deux êtres qui détestent Spider-Man : la symbiote et Eddie Brock. Si le premier en veut à Parker/Spider-Man de l’avoir rejeté, le second tiens le héro de New-York comme étant le seul responsable de l’échec qu’est sa vie.

Ainsi, dans ce livre, Wells et Medina nous apportent tout ce que les lecteurs de la série régulière « Amazing Spiderman » de la fin des années 80 savent déjà ! Sauf que ces messieurs ont eu la bonne idée de nous en dire davantage sur Eddie Brock, sur la construction du personnage depuis sa tendre enfance où le gamin était un enfant sans amour maternel, avec une sœur qui le déteste (vous saurez pourquoi en lisant ce comic book), un père qui doit élever ses enfants dans la douleur de la perte de sa femme, etc. Sans oublier qu’à l’école, Eddie joue le rôle de laquais en tant que responsable du matériel et des tenues de sport. De plus, Eddie manque grandement de tact lorsqu’il souhaite aborder la gente féminine.

Enfin, nous découvrons Eddie lorsqu’il est encore employé au Daily Bugle, journal qui tient un rôle majeur dans les aventures de l’homme araignée. C’est ici que se situe le véritable tournant de la vie de Brock !  Désormais, le rythme s’accélère et nous découvrons comment Eddie s’est fait virer du journal et comment Spider-Man a contribué à cela. Bref, nous assistons à la naissance de la haine que voue Brock au héro en collants rouges et bleus.

Un Venom plus que réussi

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter en détails la suite des événements, ça serait vous gâcher une lecture qui mérite la plus grande attention des fans du personnage. Cependant, je peux vous dire que visuellement et scénaristiquement, ça envoie du lourd ! Là où tout avait déjà été créé par le duo Michelinie/McFarlanne, Wells et Medina réussissent à donner au Venom tout ce qu’il y a de plus horrifique. Le dessin est tout simplement magistral ! Le scénario, quant à lui, nous en dit plus sur  la cohabitation au sein d’un même corps de deux esprits diamétralement opposés : la destruction et l’humanité !

La dualité présente dans le corps d’Eddie Brock est mise en avant de façon magistrale : si le symbiote contrôle l’ensemble, Eddie Brock permet à l’entité de garder une part d’humanité en refusant de faire du mal à des innocents. Par contre, en présence de l’homme araignée, l’objectif du Venom n’est autre que la destruction de leur ennemi commun !

 

 

[CHRONIQUE VF] Venom La naissance du mal - one shot - Eddie Brock dans toute sa splendeur
Bien que n'apportant pas beaucoup plus d'informations sur le personnage, cette nouvelle "Origin story" permet une véritable modernisation des origines de Venom. Une lecture que je conseillerai à tous les fans de la créature, à celles et ceux qui désirent en apprendre davantage sur le personnage, mais surtout à ceux qui ont cru que le film était "cool" !!!!!
Scénario
Dessins
Ce qu'on a aimé
  • Le dessin moderne et horrifique
  • La modernité du récit
  • Le respect des récits passés
Ce qu'on a moins aimé
  • Une histoire qui se lit un peu vite
4.3Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer