[FRANCO-BELGE] Ulysse (ou le chef d'oeuvre retrouvé) - Glénat - Comics Prime

Les éditions Glénat ressortent dans son intégralité ce petit bijou de science-fiction. 50 ans nous séparent de la sortie de cette œuvre. Est-elle toujours aussi actuelle ?

Scénario : Homère et Jacques Lob
Dessins :  Georges Picard
Éditeur : Glénat.
Date de sortie: 11 avril 2018.
Pagination : 128 pages.
Sollicitation : Il s’agit probablement de l’histoire la plus connue du monde : l’odyssée du rusé et intrépide Ulysse, roi d’Ithaque, et son retour à sa terre natale pour retrouver Pénélope, sa femme bien aimée. Une aventure fabuleuse qui fait encore l’objet de nombreuses adaptations, dont celle que Jacques Lob et Georges Pichard signèrent à la fin des années 1960 dans les pages de Charlie Mensuel. Un hommage aussi fidèle au texte d’Homère que riche dans son interprétation, convoquant autant l’imagerie mythologique que le décorum de la science-fiction de l’époque.
Redécouvrez cette adaptation délicieusement vintage d’Ulysse dans une somptueuse intégrale noir et blanc, révélant toute la force du trait de Georges Pichard.

 

70’s power !

Aaaaah les années 70. Le disco, les hippies, apocalypse now. Un vent de révolte et de changement souffle sur le monde et ceux qui n’ont pas vécu cette époque (comme moi) ne peuvent que se nourrir de son influence et de son imaginaire à travers différentes œuvres.

L’adaptation d’Ulysse de Jacques Lob et de Georges Pichard en fait partie.

Nous retrouvons donc Ulysse, roi d’Ithaque, victorieux de sa longue campagne de Troie. Brûlant du désir de retrouver sa chère Pénélope. Notre héros accompagné de son équipage (et surtout d’un certain Homère), s’empresse de prendre la route des mers.

Tout cela aurait pu se finir ainsi. Mais ce n’est pas vraiment au goût des dieux de l’Olympe. Avides de sang et de spectacle, ils commencent à comploter contre Ulysse, transformant ainsi son voyage en Odyssée.

Voilà le début de notre histoire. Voilà le début de l’histoire que tout le monde connait. Car Ulysse fait partie de ces œuvres universelles, qui se doivent d’être contées et transmises. Adapter ce genre de récit n’est pas choses aisée. Lob et Pichard l’ont bien compris et c’est pourquoi ils nous livrent leur libre interprétation.

Un monde qui n’est pas s’en rappeler Ulysse 31 (qui sortira quelques années plus tard)

Nous retrouvons les moments importants du mythe d’Ulysse ainsi que ses principaux protagonistes, mais avec la touche 70’s.

Les dieux semblent tout droit sortis d’un film de science-fiction. Des armures couvrant le strict minimum, des casques aux formes surréalistes, des machines venues d’un autre temps, tout y est.

Un contraste saisissant avec Ulysse et son équipage qui sont exactement à leur place.

Un mélange des genres qui donnent une aura particulière à cette BD.

La folie des seventies se ressent également dans la forme. Avec une mise en page audacieuse, « arrondie », psychédélique, Pichard en met pleins les yeux et il n’est pas exagéré de dire que certains contemporains devraient en prendre de la graine.

Une BD avant-gardiste

Car oui, cette BD à 50 ans. Et c’est en ça, à mon sens, que c’est un chef d’œuvre.

A travers nos yeux du « futur », on y voit une très bonne histoire de science-fiction avec une délicieuse touche rétro. Mais remontant 50 ans en arrière.

C’est en 1968 que le « club Français du livre » commande Ulysse. Mais devant l’audace de l’œuvre, celui-ci refusera de la publier. C’est donc la revue Italienne « Linus » qui publiera la première partie, pour ensuite continuer dans « Charlie mensuel ». Mais ça ne s’arrête pas là. L’histoire continuera 3 ans plus tard dans la revue « Phénix » pour enfin se conclure dans « France-soir ».

Une parcours du combattant qui nous fait dire que la BD était en accord avec son temps, mais un peu trop en avance pour la société.

En pleine libération sexuelle, est-il encore choquant de voir des femmes dénudées dans une BD ? Surtout qu’ici tous les personnages féminins sont d’une force incroyable. Entre Athéna qui tient tête à Zeus et aux autres dieux, Circé qui obnubile Ulysse ou encore Pénélope qui, après tant d’années à attendre son mari, sera finalement passé à autre chose. Une vision de la femme indépendante, encore une fois, en avance sur son temps.

La BD étonne aussi par son pessimisme. L’univers est sombre et on ne peut s’empêcher de détester ces dieux oisifs et cruels, ne tirant leur plaisir que dans la persécution des plus faibles. Une situation qui ne nous est pas étrangère.

La fin nous laisse, à l’instar de son personnage, penseur, rêveur. Une sensation qui veut dire beaucoup quant à la puissance de cette œuvre.

[FRANCO-BELGE] Ulysse (ou le chef d'oeuvre retrouvé) - Glénat
Ulysse est plus qu’une chouette découverte, c’est un véritable coup de cœur. Un tourbillon d’émotions et d’images qui vous marquent de par leur génie et leur audace. Une œuvre sombre et chaude à la fois, que l’on prend plaisir à relire une fois celle-ci terminée. Une œuvre qui possède en elle toute la puissance et l’essence d’une époque. Une œuvre qui mérite d’être redécouverte.
Scénario
Dessin
On a aimé
  • Les personnages
  • Le côté psychédélique et romantique
  • L'édition
On a moins aimé
  • Absolument rien
5.0Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer