Steve Dillon ou la mandale par l'image ! - Comics Prime

Ce Samedi 22 octobre, le monde du comics a perdu un artiste qui a marqué de son style toute une génération de lecteurs, Steve Dillon nous laisse un héritage graphique fort. A la rédac, on est triste. En effet, on était tous des fans du bonhomme. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de lui rendre hommage par ce billet, en posant quelques mots sur son œuvre ou plutôt sur un comic-book en particulier qui nous a marqué. Merci, Monsieur Dillon, vous allez nous manquer… Putain.


Irokee

IrokeePunisher MAX par Jason Aaron et Steve Dillon

Quand on me parle de Steve Dillon, j’ai surtout en tête le run qu’il a fait avec Jason Aaron sur la série Punisher Max. En plus d’un scénario de bonne qualité, l’angle abordé par Jason Aaron est très intéressant. Cet arc démontre, encore une fois, que Steve Dillon excellait dans les scènes gores et bien crades. Je pense notamment à cette scène où le Caïd explose les yeux d’une petite frappe et où ce dernier se balade avec les orbites vides et les yeux, qui se balancent au bout des nerfs optiques… Je dois avouer qu’une espèce de dégoût mêlé à de la fascination s’est alors emparé de moi… Son trait à la fois expressif (rectangulaire diront certains) et froid collait et collera toujours à ces univers qui semblent souvent dénués de sentiments voire de morale. C’est certain, Steve Dillon a marqué toute une génération de lecteurs et a laissé une empreinte au fer rouge dans l’industrie des comics.

punishermax1-wilsonfisk3


Revan

RevanPreacher

Mon premier Dillon : Preacher. Lorsque j’ai ouvert le volume que l’on m’avait chaleureusement recommandé, je me suis retrouvé happé par un nouvel univers. En d’autres mots, je tenais entre mes mains quelque chose qui ne pouvait pas être facilement décrit avec des mots. Le ton employé par l’auteur (Garth Ennis) et le monde qui était dépeint au fil des pages s’associaient parfaitement aux dessins. Ces derniers étaient l’oeuvre d’un dessinateur que je découvrais à l’époque. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce cher Steve Dillon avait réussi à me subjuguer. Pourtant, la tâche n’était pas aisée. D’ailleurs, au premier abord, le graphisme d’un Preacher ne paye pas vraiment de mine. Les néophytes pourraient même aller jusqu’à le reposer sur l’étagère de leur libraire après en avoir feuilleté quelques pages… Mais quelle erreur ça serait ! Steve Dillon avait un trait particulier, un trait que je qualifierais de “comics” tout simplement. Un trait sans lequel Preacher ne serait pas l’oeuvre magistrale qu’il est. Bref, on y aurait perdu à coup sûr. C’est d’ailleurs le cas depuis le décès de ce grand homme.

958189-597256-untitled


Lone

60894c17d4f14f78948d00310972de70Welcome Back Franck

La pluie battante, Daredevil se retrouvant enchaîné sur le toit d’un immeuble avec un revolver scotché à la main, devant lui se tient un homme arborant un crâne sinistre sur son torse. Celui-ci lui demande alors de faire un choix… Voilà ce qu’il me vient à l’esprit quand on me parle de Steve Dillon. Cette confrontation où deux hommes étalent leurs convictions et leur sens de la justice diamétralement opposés. Le visage déterminé, froid et implacable de Castle contrastant parfaitement avec toute la détresse de Daredevil. Une scène d’intensité rare provenant d’un run devenu aujourd’hui un grand classique de l’industrie des comics.

Son plus grand talent de dessinateur résidait sans conteste dans le fait qu’il ne parasitait jamais ses pages par une pelletée d’effets visuels, de splash pages inutiles et de découpages épileptiques. C’était du direct dans la tronche : préparez-vous à la rigolade et attention, ça risque d’éclabousser. Simplicité rimait avec efficacité et c’est justement pour cela que je l’appréciais et continuerai à l’apprécier. Merci pour toutes ces pages que ce soit via Hellblazer, Judge Dredd, The Punisher, Preacher, Thunderbolts et j’en passe. Et surtout, merci de nous avoir fait marrer autant en lisant du comics !

21

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer