Small soldiers : la guerre des jouets - Comics Prime

Joe Dante fait partie de ces réalisateurs cultes qui, malgré une flopée de titres de qualité ayant marqué à tout jamais la pop culture, se retrouve enfermé dans la case de la nostalgie sans regard pour ses dernières créations. Tel un Zemeckis que l’on résume en permanence à « Retour vers le futur » (merci aux gens d’arrêter de demander un quatrième volet inutile et de voir ses films à la place), Dante est toujours mis en lien avec Gremlins. Et pourtant, il aura su créer d’autres œuvres marquantes et réussies, dont ce fameux Small Soldiers.

Société de production : Universal
Réalisateur : Joe Dante
Scénario : Gavin Scott, Adam Rifkin, Ted Elliott et Terry Rossio
Date de sortie: 1998
Durée : 108 min.

Synopsis : Alan est un adolescent comme les autres qui souhaite se  racheter aux yeux de son père, marchand de jouets, en achetant pour son magasin plusieurs figurines d’action : un commando d’élite super-musclé et une tribu de monstres patauds, les Gorgonites. Il ne se doutait pas que ces jouets allaient perpétuer leur guerre chez lui…

 

Comme souvent chez Dante, on retrouve une critique forte de l’industrialisation, ici par un double biais. Tout d’abord, la société responsable des jouets destructeurs s’est construite sur le marché militaire et assume tout à fait la place importante de la guerre dans sa construction économique tout en essayant de jouer sur d’autres terrains dans un but de conquête que l’on pourrait inscrire de manière belliqueuse. Le cynisme par rapport à son dirigeant sera permanent, jusqu’à la résolution du récit que l’on peut voir de manière assez acide. Ensuite, on peut voir dans le marasme financier du magasin de jouet plus traditionnel du père d’Alan une allégorie sur un marché cinématographique tourné vers une forme de divertissement marketé à outrance avec une forme de perte de repères pour tout artisan cherchant à s’établir vers une autre direction.

Dès lors, le film de Joe Dante est nourri par une forme de colère mais également de folie, les deux s’alliant dans une forme d’attaque globale dans une société de consommation où les jouets se voient transformés en partage de réflexion guerrière et où le milieu de l’enfance se voit infecté par une forme de cynisme général d’une industrie qui perpétue des codes violents. De quoi prolonger un peu plus cette thématique ancrée dans le cinéma de Dante, la nature furieuse de Gremlins 2 (une suite qui mériterait bien plus d’égards au vu de sa manière d’exploser dans tous les sens en restant pertinente dans ses sujets) ne faisant que refléter la nature destructrice d’un microcosme consommateur prêt à imploser dans sa volonté de tout dénaturer pour le plaisir du client.

Néanmoins, comme toujours chez Dante, il y a également du cœur dans le récit, celui d’un adolescent qui se sent perdu par rapport aux autres, cherchant autant à séduire la fille qui lui plaît qu’à faire plaisir à ses parents avec qui l’incompréhension règne. Son rapport avec les Gorgonites, créatures dotées d’un sentiment total de pacifisme, lui permet alors de s’éveiller ainsi que de conférer une autre vie à ces créatures, loin de la simple mécanique destructrice du Commando d’élite. Archer parvient ainsi à découvrir le monde et à nourrir sa quête d’explorateurs en compagnie de ses alliés afin de trouver une véritable existence.

Il y a donc une opposition entre deux types de jouets : ceux aidant à révéler l’individu et ceux alimentés par la destruction. Cette opposition idéologique se voit illustrée de manière divertissante par un Joe Dante qui sait comment ravir le public, mais également avec pertinence dans une Amérique toujours autant marquée par ses guerres permanentes, désormais inscrites dans la culture du pays. De nouveau, la manière dont l’industrie perpétualise cela est vu de manière exterminatrice, annihilant toute possibilité pour une certaine génération de ne pas alimenter ses envies guerrières avec une certaine forme de cynisme de la part de plusieurs entreprises.

Peu étonnant dès lors que les soldats du Commando d’élite soient vus comme des prédateurs à part entière, cherchant à mettre fin à tout ce qui ne convient pas à leur vision biaisée de la société. Créés par des outils de guerre, ces guerriers ne font que chercher à pousser une politique guerrière, notamment par la transformation des poupées de Christy. Ces dernières véhiculent également une autre vision binaire de la société, rentrant en corrélation avec les soldats du commando d’élite : les garçons aiment la guerre, les filles les poupées, point barre. Cette optique dichotomique ne peut mener qu’à une forme de chaos, qu’illustrera avec un sens certain du spectacle Joe Dante dans son climax.

Alors, si Small Soldiers a pris quelques rides (notamment dans ses quelques effets numériques), son message contre les guerres et les grosses corporations perpétuant une même conception traditionnaliste de la société sans possibilité d’offrir quelque chose de différent reste encore aussi fort et pertinent qu’à sa sortie. En ce sens, c’est une véritable pépite du cinéma de pop culture des années 90, un excellent divertissement familial mais également une critique énergique d’un monde tombant trop rapidement dans la consommation rapide, oubliant toute forme de regard réflexif. Ou comment transformer l’art d’une guerre de jouets en un film culte et acerbe…

Small soldiers : la guerre des jouets
Small soldiers constitue autant un divertissement familial prenant qu'une satire acide du consumérisme et du bellicisme américain.
Scénario
Mise en scène
Casting
On aime
  • La critique derrière le film
  • La mise en scène malicieuse de Dante
  • Divertissement garanti pour tout le monde.
On aime moins
  • Quelques effets ont vieilli.
4.4Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer