Secret Identities - Comics Prime

Il est toujours compliqué d’introduire une nouvelle équipe de super-héros parce qu’il y a plusieurs obstacles que le scénariste se doit de franchir. Secret Identities essaye de relever le pari et de passer au-delà de ces difficultés, avec une historie en 7 chapitres publiée à l’origine par Image Comics et éditée chez nous par Glénat Comics.


 Fiche technique

9782344017654-lScénaristes : Jay Faerber, Brian Joines
Dessinateur : Ilias Kyriazis
Editeur VF : Glénat Comics
Editeur VO : Image Comics
Sollicitation : Derrière chaque masque se cache un secret…
The Front Line est une équipe de super-héros chargée de maintenir l’ordre et la justice. Mais son destin bascule le jour où elle intègre une nouvelle recrue : Crosswind. Car ce que les autres membres ne savent pas, c’est que Crosswind est une taupe, envoyée chez eux pour percer les secrets qu’ils dissimulent sous leurs costumes. Et la Front Line a beaucoup de secrets…

Avec Secret Identities, Brian Joines, Jay Faerber et Ilias Kyriazis réinventent le récit de super-héros en proposant une intrigue originale, mêlant action, superpouvoirs et faux-semblants.


si2

La Ligne de Front est une équipe basée au Canada à Toronto. L’histoire débute 2 ans après la venue d’extraterrestres sur Terre qui ont tenté de la détruire. Le premier chapitre nous met tout de suite dans le bain, nous assistons à un combat explosif où l’on peut voir un homme contrôlant une horde de démons provenant d’une brèche du continuum espace temps. Ils sont rejoints dans la bataille par Crosswind qui est capable de contrôler les phénomènes météorologiques. Ce premier chapitre sert donc véritablement d’introduction à l’intrigue mais permet surtout de présenter les différents protagonistes. Il y a donc :

Punchline, une fille qui possède une force incroyable et qui essaye de gagner sa vie en faisant des one Woman show (c’est la comique du groupe).

Luminary, elle a des super-pouvoirs qui lui ont été donnés par une entité extraterrestre. Elle est aussi la fille du président américain et s’impose comme la leader de la Ligne de Front.

Vésuve est la force brute du groupe, autrefois, c’était un soldat envoyé à Pompei qui a fini enseveli par de la lave, celle-ci lui a alors donné une puissance phénoménale. Monstre au grand cœur, son personnage fait penser à la Chose des FF.

Hélot est un ancien Centurion qui s’est perdu dans notre monde et qui cherche des réponses sur son passé, il a des renforts d’armure un peu partout sur le corps.

Rundown est un homme super rapide, il se déplace d’un endroit à un autre pour rendre visite à ses différentes femmes et ses enfants. Il est toujours sous pression car son travail lui prend également beaucoup de temps.

Gaijin est la sœur adoptive d’un membre de la pègre japonaise, elle manie le katana comme personne, elle possède aussi une particularité physique qui, lorsqu’un sentiment prend le dessus, lui fait changer de couleur. Très préoccupée par la situation de son frère, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour lui venir en aide et ce, même si elle doit enfreindre la loi !

L’Ermite est un héros solitaire, c’est un homme riche aux multiples gadgets qui détient un lourd secret.
Dans cette équipe qui a l’air pourtant soudée se cache une taupe qui veut faire imploser le groupe en dévoilant au monde ses petits secrets inavouables.

si1

La première chose qui frappe lorsqu’on débute le récit, c’est la similitude des pouvoirs que l’on perçoit avec des héros des Big Two. Mais la comparaison ne s’arrête pas là. En effet, même l’histoire principale m’a fait penser à du Justice League (New52) et cela m’a quelque peu dérangé dans ma lecture. Car indéniablement je faisais le rapprochement avec ce que je connaissais. Et cette comparaison est l’un des obstacles principaux lorsqu’on s’attaque à ce genre de récit. Pourtant, le scénariste essaye tant bien que mal de construire sa propre mythologie et insuffle du caractère dans chacun de ses personnage. Jay Faerber va même jusqu’à introduire plusieurs petites intrigues dans sa trame principale, mais malheureusement tout cela retombe vite comme un mauvais épisode de Justice League (hum).

si4

Oui mais…

Il est difficile de jeter la pierre à des équipes artistiques qui essayent de faire du super héroïque, puisque quand on y pense, et cela reste mon avis personnel, ce genre tourne rapidement en rond (surtout chez les Big Two). Donc, inventer des super-pouvoirs n’est pas chose aisée. Et Secret Identities a de bonnes idées, comme par exemple, centrer son action sur le Canada. Pour une fois, ce ne sont pas les États-Unis qui sont sur le point de disparaître et cela fait du bien. L’autre point intéressant, c’est l’aspect noir de certains pouvoirs et de la vie des personnages. Ce qui fait que les héros de La Ligne de Front ne sont pas lisses et on se rend compte finalement que ce sont des hommes normaux avec leurs propres faiblesses. On soulignera aussi une volonté de la part de Faeber de mettre ses personnages sous le feu des médias. Ce qui en fait un peu des rock stars avec des super-pouvoirs.

si3

Expressions hasardeuses

Au niveau du dessin, je suis partagé. Ilias Kyriazis réalise un travail sans faute sur les splashpage, mais éprouve des difficultés à trouver ses marques sur des actions en close up, ce qui déstabilise un peu lorsqu’on voit certaines planches qui vous sautent carrément aux yeux. De plus, le bonhomme n’est pas à l’aise avec certains visages. Il exagère les expressions ou se loupe en matière d’expressions. Une direction artistique en dents de scie donc, qui fait que la lecture de Secret Identities n’est pas toujours aisée.

Je suis toujours assez enthousiaste lorsque je vois chez mon libraire autre chose que du Justice League ou du Avengers. Mais Secret Identities souffre de beaucoup trop de défauts pour en faire une série inoubliable. Même si certaines idées ont le mérite d’être intéressantes, elles ne sont pas assez travaillées. J’ai l’impression que l’auteur n’a pas eu assez de temps pour approfondir son univers et ses personnages et c’est bien dommage, car j’aurai bien voulu tomber amoureux de ces personnages. Ça ne sera pas pour cette fois…

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer