Rockabilly Zombie Superstar - L'intégrale - Comics Prime

Dans une Amérique où les zombies sont domestiqués (mais restent potentiellement dangereux), un sosie d’Elvis supporte assez mal sa transformation post-mordere et part dans un road-trip tarantinesque dans un pays où les bidasses sont nettement moins futés que les zombies du coin – voire que les rednecks.

Rockabilly Zombie SuperstarFiche Technique :
Scénario :
Lou
Dessins :
Nikopek
Éditeur :
Label 619
Date de sortie:
15/11/2012
Pagination :
208 pages
Sollicitation :
Billy Rockerson est l’un des innombrables sosies du King. Un soir où il se produit dans un bar, des zombies envahissent les lieux et l’un d’eux ébranle la vie jusque-là (trop) paisible du chanteur en le mordant… Un mort vivant, Billy ? L’idée le répugne, mais il a beau lutter, il sent monter en lui une rage vengeresse. Et si, au lieu de s’en prendre à de pauvres innocents comme tous ces zombies affamés, il en profitait pour régler des comptes avec son passé ? Tant qu’à faire… !

You ain’t nothin’ but a hound dog (cryin’ all the time)

Billy Rockerson est Elvis de profession. Mais du genre Playmobil® dans un évier. Il écume les bars minables avec un show pathétique. Jusqu’au jour où une horde de zombies débarque et que l’un d’eux lui croque le bras.

Dans cette Amérique où les zombies sont (potentiellement) considérés comme des animaux de compagnie, passer de rockeur minable à chienchien-à-sa-mémère n’est pas exactement l’évolution que notre protagoniste aurait souhaitée. D’ailleurs, il le vit plutôt mal. La bonne nouvelle étant que sa décomposition est relativement et qu’il peut donc faire illusion; malgré sa furieuse envie de bouffer du cerveau.

Il s’offre la compagnie d’une pin-up à qui il tente de cacher sa métamorphose dans sa quête ultime: former un groupe (de zombies, s’entend) avec son défunt père (enfin, ce qu’il en reste).

Well, you ain’t never caught a rabbit and you ain’t no friend of mine

Nous embarquons pour un road comics (désolé) teinté de grosses bagnoles et de grosses flaques de sang; le tout avec le King en fond sonore.

Le concept est intéressant (même si certains points n’ont rien de neuf) et on ne s’ennuie pas durant la lecture. Même si j’ai ressenti quelques longueurs…

Alors, oui, cet intégrale est sortie fin 2012 et il est clair que le Label 619 nous a gratifié de meilleures créations depuis mais je pense qu’il faut voir cet opus comme une sorte de prémices aux DoggyBags (dont je suis un fan absolu).

Bref, ça casse pas trois pattes à un canard mais ça reste sympa à lire quand on n’a rien d’autre à se mettre sous la dent.

 

 

Rockabilly Zombie Superstar - L'intégrale
C'est beauf, c'est gras, c'est gore mais ça manque de cul. Ce n'est donc pas une lecture pour les (petits) enfants. Néanmoins, c'est une bonne mise en bouche pour les (grands) enfants désireux de se mettre aux DoggyBags (dont je suis un fan absolu).
Dessins
Scénario
Ambiance
Ce qu'on a aimé
  • Les zombies
  • La pin-up
  • Les bidasses
Ce qu'on a moins aimé
  • Certaines lenteurs
  • Pas assez de cul
3.2Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer