REVIEW VF : Thor : Renaissance - Comics Prime

1382303_10151886560944648_1077589641_n

Il y a des personnages dans l’univers Marvel qu’on aime tout de suite, d’autres avec lesquels on a des affinités et pour finir il y a une catégorie de personnages dont on ne sait pas trop quoi penser, ou bien parce qu’ils n’ont pas beaucoup d’histoire à leurs actif, ou justement parce que leurs longue vie au sein de la Maison des Idées à fait d’eux de véritables légendes au passé complexe. Il est indéniable que Thor faisait partie pour moi de la dernière catégorie et mon intérêt pour la mythologie nordique étant proche du zéro absolu n’arrangeaient rien à l’affaire.
Ce run écrit par Straczynski et dessiné par l’un des artiste les plus talentueux de sa génération : Olivier Coipel m’a définitivement réconcilié avec le grand blond au marteau et toute son histoire qu’il trimbale depuis des lustres…

Scénariste : J. Michael Straczynski
Dessin : Olivier Coipel, Marko Djurdjevic

Sollicitation : Le grand Thor est de retour ! Après Ragnarok et la disparition des dieux d’Asgard, le héros part à la recherche d’autres Asgardiens qui ont pris forme humaine. En prime, deux épisodes spéciaux La légende de Skurge l’Exécuteur et Le procès de Thor.
(Contient les épisodes US Thor (2007) 1-8 ; Thor God-Size Special ; Thor : The Trial of Thor)

Au commencement il y eut Ragnarok

Les événements de l’histoire se passent juste après la guerre de Ragnarok qui a vu la mort de Thor et de ses compagnons d’armes et qui marquera la fin des Dieux.
Une bataille importante dans la vie du viking et largement inspirée de la mythologie nordique, que l’on pourrait apparenter à l’Apocalypse selon St Jean. Thorren1

On efface tout et on recommence ?

Le début du récit commence donc avec un état des lieux et du contexte. On découvre donc Thor errant dans le Néant, affaiblit et éteints, le héros n ‘est plus que l’ombre de lui même, jusqu’au jour où Donald Blake (l’alter ego du Dieu viking) apparaît, et lui fait prendre conscience, que ce n’est que le commencement, et qu’il doit honorer sa promesse de protéger Midgard (La Terre). Il insinue aussi que les Dieux ne sont peut-être pas tous mort, mais qu’ils seraient juste endormis à l’intérieur de certains humains. C’est ainsi que Blake et Thor feront à nouveau plus qu’un.

Oklahoma mon amour…

La quasi entièreté du récit se déroule dans un patelin en Oklahoma, où le dieu Asgardien a décidé d’élire domicile où il a l’intention de reconstruire sa cité et surtout d’y ramener ces dieux jadis tombés, tout cela à la grande stupeur des habitants. Et c’est avec plaisir qu’on assiste au quotidien un peu chamboulé des humains, qui essayent de comprendre et d’habiter avec ces nouveaux colocataires. Bien entendue le comic ne se contente pas de relater la vie d’un bled paumé de l’Oklahoma, d’autres sujets y sont évidemment abordés et surtout de nouvelles menaces planent sur la tête de Thor. Thorren3

Straczynski au scénario c’est un peu comme Noël sous la neige…

Quand c’est JMS aux mannettes, il est évident que Renaissance part sur de bonnes bases. L’auteur de Rising Stars (Delcourt) est un scénariste de talent. Il arrive à nous transporter d’un univers à l’autre sans temps mort et surtout avec beaucoup d’intelligence. Il parvient à humaniser Thor et surtout à lui enlever cette caractérisation manichéenne qui lui collait à la peau depuis des années. Même les personnages secondaires sont finement écrits. Par exemple le personnage de Bill Junior est attachant, on comprend vite que l’auteur a des plans bien plus ambitieux pour le destin de cet habitant d’Oklahoma. Il ouvre donc de nombreuses intrigues, et s’amuse avec le lecteur et ses héros. Certains lui reprochent sa narration trop lente, personnellement je trouve qu’il prend le temps d’installer ses personnages et le background, ce qui donne une impression de crédibilité dans l’histoire qu’il nous raconte.

 …et puis quand Olivier Coipel s’en mêle, c’est comme si la Belgique avait gagné la Coupe du Monde…

Pour le dessin, j’ai envie de dire que c’est un sans fautes… Coipel a mis tellement de force et de caractère sur les traits et le costume de Thor qu’il s’est approprié le personnage, on a l’impression que le dessinateur a toujours dessiné le Dieu dAsgard, ça paraît tellement évident aux file des pages. De plus à l’instar du scénariste rien n’est laissé au hasard, les personnages secondaires, le bestiaire et les décors sont des claques visuelles permanentes… Tout fourmille d’idées, de détails et surtout de génie.
Il y avait Thor de Walter Simonson, maintenant il y a Thor de Olivier Coipel. Thorren4

Pour Asgard !

En conclusion la sortie de Thor : The Dark World au cinéma était le moment idéal pour Panini Comics de rééditer dans la collection Marvel Select le run de JMS et Olivier Coipel, la version étant introuvable à un prix correct, je ne saurais que trop vous conseiller de vous précipiter sur cet ouvrage qui reste définitivement culte d’une part parce qu’il reprend les origines du héros sans pour autant le «rebooter». Et d’autre part parce que avec ce comicbook vous avez dans les mains la clé pour appréhender le reste de la continuité de la Maison des Idées.

Pour finir si vous n’avez jamais accroché aux aventures du Dieu du Tonnerre, jetez-y un coup d’œil, vous serez, réconcilié avec ce héros qui pouvait paraître obsolète et ringard…

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer