REVIEW VF : Punk Rock Jesus (dossier Sean Murphy partie 2/3) - Comics Prime

« Allez tous vous faire foutre, Jésus vous hait ! »

PRJ TOP

img_comics_6033_punk-rock-jesusScénario : Murphy Sean
Dessin : Sean Murphy
Éditeur : Urban Comics (et Vertigo en VO)
Collection : Vertigo deluxe

Sollicitation : Dans un futur proche, la maison de production OPHIS tient le sujet de son prochain programme de télé-réalité : filmer la vie de Jésus Christ. Recréé génétiquement à partir des traces ADN du suaire de Turin, le clone du Messie grandit sous le regard avide des caméras et d’une Amérique subjuguée par ce qu’elle pense être la troisième venue du Christ. Quelques années plus tard, l’expérience tourne court lorsque l’adolescent entre en révolte totale contre le système et devient le prophète d’une autre Amérique.

Mon avis :
Fable moderne à l’origine en 6 parties et relié ici dans une belle édition par Urban Comics (privilège de qualité que la VO n’a pas vraiment eu malheureusement), « Punk Rock Jesus » prend place aux USA dans un futur proche. Tellement proche qu’on oublie rapidement que l’histoire se passe en Mars 2019. Les dérives de la télé-réalité ne sont plus très loin de ce que l’ont peut voir ici et maintenant (au niveau du voyeurisme, pas au niveau des avancées scientifiques bien évidemment). C’est offshore qu’Ophis établit son studio pour J2 (le projet de clonage de Jésus Christ et la télédiffusion de sa vie) afin d’éviter les ennuis légaux et les visiteurs (et fuyards aussi pour le coup). Or donc le cadre est très plausible et plutôt bien vu, les réactions des différentes « factions » en présence sont elles aussi plausibles, entre les fous religieux, les journalistes, le producteur, etc…  On suit dans un premier temps Thomas McKael, ancien membre de l’IRA devenu responsable de la sécurité du projet J2, un colosse rompu aux armes et au corps à corps anti héros au grand coeur, jusqu’à l’arrivée du clone du Messie.
PRJ MIDNiveau scénario donc c’est du tout bon, c’est crédible de bout en bout, sauf sans doute pour l’ours polaire apprivoisé qui est vraiment le seul élément pour lequel j’émets une réserve d’intérêt. Encore une fois, dur d’en dire beaucoup sans dévoiler les twists scénaristiques contenus dans les 232 pages de ce comicbook.

Niveau dessins, on touche ici tout simplement à du tout grand art graphique, une maîtrise du noir et blanc immense et un soucis du détail ahurissant : les décors sont fouillés, réalistes et crédibles, les personnages ont un caractère sublimement retranscrit et d’une justesse impeccable. Avant que je manque de superlatifs pour qualifier cette œuvre, on peut tout simplement dire que Sean Murphy atteint une qualité générale sans pareille, aucune flemmardise qu’un coloriste rattrapera pour lui, aucun filet ou artifice graphique ici. Sean Murphy livre même un travail bien supérieur à « The Wake » (en cours de publication chez Vertigo, dont la colorisation fade est discutable à mon sens) et on s’en vient à se demander pourquoi on le colorise encore si il fournit un tel travail lorsqu’il est en noir et blanc. La seule œuvre de Murphy talonnant Punk Rock Jesus est sans doute Joe, mais malgré tout il fait preuve de bien plus de maturité ici.

Conclusion :
Porté par un projet qui lui tient visiblement à cœur, Sean Murphy nous offre un récit et une partie graphique qui rentre direct, si pas (pour les grincheux) dans la légende du comics, au moins dans les œuvres en noir et blanc à montrer aux étudiants en art. Il est motivé par son « bébé » et il nous le montre : recherche de références (sur l’IRA par exemple, le punk, les codes du genre, …), étude du sujet, utilisation d’un vocabulaire adapté.
Bien sûr le style peut rebuter des gens, on reste dans un style « indé » du comics américain, mais c’est là que le récit lui peut plaire à des novices du genre.

Le scénario se montre ambitieux et suffisamment politiquement (ou religieusement) incorrect sans entrer dans des clichés manichéens figés, on réfléchit, on se remet en question, on est parfois en opposition et en désaccord, ce Punk Rock Jesus ne laisse pas indifférent et c’est bien pour cela qu’il est si dur d’en parler.

PRJ BOTTOM

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer