REVIEW VF : Hawkeye : Petits coups - Comics Prime

Hawkeye est un type comme les autres, même si il est membre du plus grand groupe de super héros que la terre ait jamais connu. Clint est propriétaire d’un appart, il a un chien borgne, des colocataires qui deviendront pour la plupart des amis et comme toute personne « normale » il a des ennuis… Qu’il s’attire à cause de son penchant exacerbé pour les femmes , sans compter le fait de ne pas pouvoir se taire au(x) moment(s) opportun(s).
À noter que ce titre fait partie de la sélection du festival d’Angoulême…

Fiche Technique :

1472896_10151997752469648_1082989778_nScénario : Matt Fraction
Dessin : David Aja, Francesco Francavilla, Steve Lieber
Sollicitation : Découvrez le quotidien de Clint Barton lorsque celui-ci n’est pas en mission avec les Avengers. Chaque jour est synonyme d’aventures, que ce soit lors des fêtes de fin d’année, à l’occasion de la Saint-Valentin ou face aux dégâts causés par l’ouragan Sandy. Puis, un numéro spécial dans lequel le chien du héros mène l’enquête !

Le mal aimé…

Matt Fraction n’est pas mon scénariste préfère, loin de là, j’ai toujours trouvé ses histoires simplistes et d’une décompression frisant l’ennui mortel. Mais dans Hawkeye il m’a véritablement bluffé, il arrive en utilisant des choses anodines à finalement nous captiver par exemple quand il nous raconte les amourettes du héros et les conséquences plus ou moins désastreuses que cela engendre dans sa vie . Et c’est là que le génie de Fraction opère, il nous fait oublier que Hawkeye est un membre des Avengers et nous démontre que même si Clint est un membre à part entière de la plus grande équipe de super héros que la terre ait jamais porté il n’en demeure pas moins humain.
Et c’est cette dimension que le scénariste essaye de nous expliquer, attention : ça ne veut pas dire que tout le comic est une étude sociologique se penchant sur les relations hommes – femmes et le milieu où ils vivent… Non, cela reste un comicbook bourré d’action, de femmes fatales et de super vilains pas beaux.
Il faut souligner aussi les multiples procédés de narration que le scénariste utilise avec brio à la façon d’un Ocean Eleven ou encore un Pulp Fiction.

hawkeye2

Il y avait Iron Fist maintenant il y a Hawkeye !

Dans ce numéro plusieurs dessinateurs s’entrecroisent, mais c’est surtout la prestation de David Aja (Iron Fist) qui reste à mon humble avis la meilleure, il arrive à retranscrire de manière intelligente les scènes de combats en faisant en sorte de les décomposer les mouvements comme si il bossait sur un dessin animé ; de plus il offre des vues au lecteur inédites et du découpage de cases toutes plus originales les unes que les autres. Quant à Francesco Francavilla, son travail est toujours sublime mais je trouve que le style narratif de Fraction se marie mieux avec le dessin épuré et dynamique de David Aja.
HAWKEYE2012007004_cropped

Try me baby, try…

Le premier opus était une véritable claque et on se demandait si les auteurs allaient garder le même enthousiasme. Il s’avère que ce second opus est encore bourré d’idées géniales, tant au niveau du storytelling, qu’au niveau du dessin. On pourrait lui reprocher de surfer sur la vague branchée des comics indépendant, mais c’est tellement bon qu’on en redemande et qu’on oublie vite cette petite facilité. Courez acheter Hawkeye, vous ne le regretterez pas et cela vous changera du super héros lambda !

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer