REVIEW VF : Gotham Central Tome 1 - Comics Prime

Urban Comics continue son opération séduction en publiant un monument de l’univers de la chauve-souris. Amateurs de polars, de villes pourries et d’odeurs de cigarettes froides, vous serez aux anges avec ce premier tome de Gotham Central.

9782365775212-couv-M200x327Fiche Technique :

Scénario : Brubaker Ed, Rucka Greg
Dessin et couleurs : Michael Lark
Éditeur VF : Urban Comics
Éditeur VO :
DC Comics
Date de sortie
:  25 avril 2014
Pagination : 255 pages

Sollicitation : La vie de flic n’est pas simple à Gotham City. Protégée par un justicier taciturne, elle est la cible des pires criminels qui soient. C’est ce que vont apprendre à leurs dépends l’inspecteur Marcus Driver lorsque son partenaire est abattu par Mr Freeze, ou Renée Montoya lorsque son homosexualité est révélée au grand jour. Contenu : Gotham Central #1-10

Gotham Police Blues

GOTHAM_CENTRAL_01_28421-54

D’abord édité en VF par Semics et puis par Panini, c’est aujourd’hui Urban Comics qui décide de reprendre le flambeau en rééditant la série sur 4 tomes volumineux, donc prévoyez de la place sur vos étagères !

Se déroulant peu après les évènements de No Man’s Land, la population de Gotham tente de reprendre une existence normale. Mais Gotham rime forcement avec criminalité et qui dit criminalité dit…. Police ! Car la grande originalité de cette série et de ne pas suivre au quotidien le justicier de Gotham dans sa quête contre le crime, mais les véritables héros de la lutte contre le crime. Sélectionné par l’ex Commissaire Gordon et divisé en deux équipes (une de nuit et de jours), ces hommes et femmes forment une unité d’élite dont la tâche est de combattre les grands cadors du crime organisé. Malheureusement, il est difficile pour eux de ne pas être dépasser par les évènements quand un Mister Freeze ou un Joker décident de mettre un peu d’ambiance dans la ville. Car aux final ce ne sont que des « hommes et femmes » luttant contre de véritables monstres engendrés par une ville aussi pourrie que Gotham. Et voici leurs histoires.

Du Batman sans Batman

GOTHAM_CENTRAL_01_28421-122

En un peu plus de 200 pages, ce premier tome nous fait découvrir une autre vision d’une ville que nous avions l’habitude de voir sous un autre angle. Exit l’action, les combats improbables entre surhommes encapés ou monstres génétiquement modifiés. Ici, les combats se font dans les rues crasseuses après la découverte du cadavre d’une fillette, dans les salles d’interrogatoires qui deviendront une seconde maison au fil du récit. Un ton beaucoup plus réaliste est donné tout au long de la série et franchement, ça fait du bien !
On s’attache beaucoup plus aux personnages; qui ont leurs identités propres. Et forcement les voir s’enliser dans une affaire qui n’avance pas ou dans les tracas de la vie privée ne fait qu’augmenter notre sympathie envers ces incorruptibles. Et je suis sur qu’après lecture, vous verrez aussi une tout autre symbolique du Bat-signal, qui en plus d’être un appel à l’aide devient la représentation de l’échec de la police dans la lutte contre le crime.

Les partenaires

GOTHAM_CENTRAL_01_28421-231

Il devient difficile de ne pas savoir tout le bien que je pense envers Brubaker et Rucka, mais Gotham Central renforce encore plus ce sentiment. Les deux compères sont constamment sur la même longueur d’onde, car généralement lors d’une série partagée entre deux scénaristes, la différence de style est généralement beaucoup plus visible. Or ici, ils nous livrent des dialogues d’une justesse rarement atteinte dans le genre, l’ambiance est là dès le départ, les intrigues se développent au fil des pages et on n’arrive pas à décrocher jusqu’à la conclusion. Du grand art, pas besoin d’en rajouter.

Visuellement, c’est aussi très sobre, mais d’une rare efficacité. Michael Lark a clairement compris le thème général (l’être humain)en focalisant son talent sur les expressions du visage tout en gardant son trait et un découpage très classique, cela ressort d’autant plus, car bon nombres d’arrières plans sont vides ce qui permet de faire ressortir encore plus le sujet lors de dialogues savoureux.

Pour faire court, Gotham Central est une série qui se DOIT d’être dans toutes collections. Une œuvre adulte et passionnante qui fait passer les supers héros masqués aux rôles de faire-valoir. Je terminerai par une simple question Mr Urban Comics  » Et sinon le Tome 2, il est pour quand ?! »

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer