REVIEW VF [FRANCO-BELGE] Konungar T3 : Le Châtiment - Comics Prime

konungar-tome-3-runberg-juzhen-9782723491365 Scénario : Sylvain Runberg
Dessin : Juzhen
Editeur : Glénat
Collection : grafica

Synopsis : Alors qu’une guerre fratricide continue de diviser le royaume d’Alstavik, les attaques des navires de Mog Ruith, un peuple Celte venu d’au-delà des mers de l’Ouest, se font plus préssantes.Mais un danger bien plus grand encore va fondre sur cette contrée Scandinave. Le retour des légions Centaures, vaincues dix années auparavant. Plus puissantes et féroces que jamais, balayant sans difficulté les soldats du Roi postés aux frontières, elles viennent réclamer vengeance. L’heure des vhoix va sonner pour les deux princes héritiers, Sigvald et Rildrig. Pourtant ennemis jurés, des choix dont dépendra la survie d’un Royaume, qui cette fois pourrait disparaître à jamais.

Une saga qui s’achève en beauté :

On referme l’histoire de Konungar avec ce troisième tome qui reste d’une qualité égale aux deux premiers. Une saga nordique violente et haletante, certes le scénario ne révolutionne pas forcément le genre, mais est sacrément efficace, un rythme très élevé qui contraste peut être justement avec un dessin un peu statique, mais j’y reviendrai. Scénario qui en fin de compte permet de sortir de ce troisième volet content du voyage : une quadruple menace et des héros coincés au milieu, désespérés et ayant pour eux que leur volonté de faire ce qu’ils jugent bon, des anciens ennemis, des nouveaux ennemis, des alliances, des trahisons, on n’échappe à rien et c’est tant mieux pour l’histoire. On est clairement dans la mode actuelle déjà largement utilisée chez Soleil Celtic (par exemple) dont je suis, je dois l’avouer, très friand et c’est sans doute pour ça que je me retrouve à vous parler de cette série.
Konungar-1

Parlons maintenant de ce qui saute aux yeux : les dessins…

Juzhen est un artiste chinois de grand talent, Konungar est la première chose de lui que j’admire et je garderai un œil ouvert sur ses futures productions. La colorisation froide et sombre sert de manière parfaite le thème (et quand je dis parfaite le terme n’est pas galvaudé), la colorisation à l’ordinateur fait ici des merveilles même si je me dois d’être pointilleux et de relever deux petits bémols : les scènes d’actions restent un peu statiques à mon goût, ce qui nuit à la lecture des nombreuses batailles. Mon deuxième bémol est que j’ai parfois bien du mal à savoir qui est qui parmi les protagonistes, surtout dans les scènes d’actions à nouveau, mais je pinaille. On a droit à des barbus sur-musclés qui se mettent sur le coin de la tronche  (et pas toujours que sur le coin d’ailleurs) donc je ne vais pas bouder mon plaisir, surtout qu’à ce niveau là mes bémols retournent plutôt du caprice d’enfant gâté vu la beauté de la trilogie.

Conclusion :

Une beauté froide et envoutante, un monde désespéré ou tout le monde se déteste, une fuite en avant, une violence incroyable mais esthétique, une atmosphère qui ne vous déroutera pas mais vous surprendra suffisamment avec ses retournements de situation. Si vous vous tapez les trois tomes de Konungar, il est fort à parier que vous ne décrocherez pas jusqu’à avoir fini. Si comme moi vous avez suivi chaque tome dés leurs sorties, vous avez sans doute du relire avec plaisir et pester de l’attente entre chaque sortie. J’espère que ce n’est pas la dernière fois qu’on visite Astavik. Ce cycle se clôture sur des promesses de futures histoires possibles et j’embarquerai avec plaisir.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer