REVIEW VF : Fatale T. 1 & 2 - Comics Prime

FataleScénario : Ed Brubaker
Dessin: Sean Phillips
Genre : Polar
Éditeur : Delcourt

Sollicitation : Lors des obsèques de l’écrivain Dominic Raines, Nicolas Lash fait la connaissance de l’envoutante Jo. Quelques heures plus tard, elle lui sauve la vie alors qu’il vient de découvrir un manuscrit inédit du disparu. Cependant, le jeune homme perd une jambe pendant la confrontation. Sa convalescence lui offre le temps de découvrir ce roman inconnu de Raines qui s’avère rapidement être bien plus que cela.

 

Un polar énigmatique

fatal1

Durant les obsèques de son parrain, Nicolas Lash ne peut s’empêcher de penser que le bougre n’avait décidément pas beaucoup d’amis. Alors que le petit comité s’éloigne, une jeune femme vient à sa rencontre en lui disant que sa grand mère et M.Raines (le parrain de Lash) se sont aimés autrefois. Nicolas est surpris par l’information mais aussi par la beauté de la femme devant laquelle il se sent comme un étudiant, le temps de se rendre compte qu’elle est déjà partie.

Tandis qu’il se rend chez Raines pour y trouver quelques papier importants, Nicolas trouve un manuscrit inédit…. puis se rend compte qu’il n’est pas seul. Deux hommes armés descendent de la voiture et ouvrent le feu, il est alors sauvé par la jeune femme qui elle aussi trainait chez le défunt écrivain.

Après une séparation peu amusante, Nicolas va enquêter sur la jeune femme jusqu’à se demander s’il ne devient pas fou. Il découvre que Joséphine semble traverser le temps sans vieillir depuis au moins 1956 et qu’il est loin d’être le premier homme séduit par la belle. L’histoire met Nicolas sur pause et nous plonge en 1956, à la recherche d’une vérité bien plus dérangeante qu’on ne l’aurait imaginée…

Lovecraft où es-tu?

fatal2

Dans le premier tome « La mort aux trousses » il sera surtout question de Dominic Raines et de sa rencontre avec Joséphine. Très vite, ce dernier va tomber sous le charme mais aussi se rendre compte que la belle ne lui dit pas tout. Comprenant qu’elle est liée à son amant actuel pour une raison obscure, Dominic va se proposer pour lui venir en aide. Comme sous l’emprise de la jeune femme, le jeune écrivain va mettre les pieds là ou il ne faut pas : corruption de la police, meurtres sataniques… plus il en apprend et plus il sent qu’il devrait renoncer… et pourtant.

Sans trop en dévoiler, la secte satanique joue un rôle prépondérant dans l’aventure et pose lentement les bases d’un récit plus malsain qu’il n’y paraît.  Vers la fin du tome 1 les choses partent clairement en sucette et on sent roder l’ombre de lovecraft sur le récit, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Sean Phillips joue d’ailleurs particulièrement bien avec ses dessins sur ce point puisqu’il dessine rarement « les monstruosités » avec détails, les laissant toujours dans l’ombre pour faire douter le lecteur : s’agit-il d’un monstre ou d’une façon d’avilir le personnage ?

Le tome 2 continue quant à lui sur la lancée de son aîné, à savoir une alternance entre passé et présent (grosse priorité sur le passé néanmoins puisque c’est la que se déroule l’action). Il met davantage l’accent sur le personnage de Joséphine, sa psychologie  et sur sa vie pour le moins mouvementée malgré ses efforts. Difficile donc de s’arrêter au premier tome alors que son successeur apporte un nombre de réponses non négligeables.

Une histoire qui prend son temps

fatal4

Ce qui fait l’attraction de Fatale c’est sans aucun doute son univers : sombre, inquiétant et remplis de personnages à la fois différents et semblables. Cherchant l’amour, la reconnaissance ou Dieu sait quoi d’autre, le quotidien des protagonistes nous ferait presque oublier que nous attendons les réponses à un demi-milliard (oui rien que ça) de questions restées en suspens. Au final, on se laisse porter par l’histoire comme par une suite naturelle et logique d’évènements, un sentiment devenu bien trop rare.

Brubaker ne se gène donc pas pour nous offrir une histoire forte et cohérente qui a immédiatement trouvé son public (à sa sortie le premier numéro à du être ré-imprimé 4 fois). Aux US, la série en est au #19 tandis que le tome 2 chez nous se termine au #10. On aurait aimé le la publication VF soit un peu plus rapide mais cela reste dans la moyenne du genre : il faudra donc patienter un peu moins d’un an avant de voir débarquer le tome 3.

En conclusion

fatal3

Je dois bien avouer que ce qui m’a empêché de lire Fatale plus tôt est sans doute son dessinateur Sean Phillips. En feuilletant le tout depuis l’étagère du magasin, il se peut que comme moi vous restiez indécis sur ce point, non pas que ce soit moche (loin de là) mais le style est tout de même très particulier. Pourtant il m’est avis que les plus réfractaires seront conquis après seulement quelques pages tant ce dernier colle au récit, il faut juste un petit temps d’adaptation.

Au final, Fatale est un excellent comics à mi chemin entre polar et fantastique et il serait dommage de passer a coté de cette série qui n’a pas vraiment de concurrent : à essayer !

 

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer