Critique VF : Venom VS Carnage - Comics Prime

On vous en parlait il y a un petit mois, Panini Comics inaugure une nouvelle collection : Marvel Dark. Comme son titre l’indique, cette dernière reprendra les récits les plus sombres de l’éditeur, en format cartonné s’il vous plaît. La collection démarre avec Venom VS Carnage, un titre loin d’être exempt de tout défaut.

Quand on pense aux symbiotes de Marvel, difficile de ne pas évoquer l’artiste Clayton Crain (Ghost Rider ; X-Force)…  et pour cause, c’est ce dernier qui a dessiné l’intégralité des deux derniers récits entièrement dédiés aux symbiotes :  « Carnage : Une affaire de famille » et « Carnage : USA », des récits qu’on vous recommande vraiment si vous n’avez pas encore cédé à la tentation. Du coté scénario, on retrouve Peter Milligan (Animal Man, Tank Girl).

 

Rentrons dans le vif du sujet : Peu importe à quel point j’aime les symbiotes, les choses commencent plutôt mal pour Venom VS Carnage, et ce avant même d’avoir ouvert le bouquin.  En 4° de couverture, on peut lire « Quand de l’union des symbiotes extraterrestres Venom et Carnage naît une troisième créature encore plus violente… ».  Quand on sait que Carnage est le fils de Venom et qu’on nous parle d’une union entre eux donnant naissance à un  nouveau fils, perso je commence à m’inquiéter !

Mais rassurez vous chers lecteurs, il n’y a point d’inceste au programme, pas plus que de talent chez le rédacteur de ce résumé en 4* de couverture. En effet, dès les premières pages, les dialogues rappellent au lecteur que les symbiotes se reproduisent de manière asexuée. Chaque symbiote donne en effet naissance au suivant, d’une manière assez amusante comme vous pourrez le découvrir dans ces pages.

Deuxième problème, le récit tourne autour du fait qu’un des deux symbiotes veut se débarrasser de ladite engeance alors que l’autre veut l’élever pour s’en faire un allié. Si vous avez bien suivit, chaque symbiote donne naissance à UN symbiote. Risquer l’extinction de sa propre espèce par peur que son fils se retourne un jour contre soi, c’est peut être un peu excessif. Les symbiotes ne sont pas vraiment connu pour être des génies mais pour une espèce qui voue son existence à la survie, j’ai trouvé la situation proche du ridicule.

VenomVsCarnage1

Du côté dessin, il se peut que vous soyez dubitatif en fonction de la page que vous avez sous les yeux car il s’avère que si vous sortez de la lecture de « Une affaire de famille » ou de « USA » comme c’est le cas pour moi , vous risquez fort d’être un brin déçu. Ces deux ouvrages datent de 2011 et 2012 alors que celui entre nos mains date de 2004.  Attention, le dessin de Crain reste cependant somptueux à bien des égards mais il souffre malheureusement de cette comparaison inévitable.

Si de manière générale les symbiotes sont bien réalisés, les humains en revanche ne bénéficient pas du même traitement de faveur, une irrégularité que l’ont doit, selon moi, à des problèmes de deadline au moment de sa sortie US. Le récit fait intervenir la Chatte Noire dont le dessin de l’anatomie et du costume sont pour le moins…. particuliers. Inutile de lancer un débat (quoique?) mais l’héroïne est diablement sexy à la base, alors pourquoi en avoir rajouté une couche? Sur certaines cases, la belle doit peser dans les 40kg avec un costume ouvert plus bas que le nombril.  Avec certains artistes plus « cartoon » le résultat aurait sans doute moins choqué que le style réaliste de Crain…

168912-113037-black-cat

 

Le mot de la fin

Cette review peut paraître rude mais elle reflète avant tout des attentes très hautes qui n’ont pas vraiment été comblées. A coté de cela, il faut reconnaitre que l’histoire, même si elle manque de sens, est un bon prétexte pour nous livrer du symbiote à la pelle, chose plutôt rare et appréciable.

Venom Versus Carnage se rapproche véritablement de ce que nous appelons « le film popcorn » version comics, un ouvrage agréable dans l’ensemble donc, amusant même dans certains passages mais qui ne restera pas dans les mémoires une fois lu et rangé sur vos étagères.

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer