MANGA : Scumbag Loser - 1 - Comics Prime

« Tu es mon cochon truffier à moi, Masahiko…

Je meurt de faim, trouve moi des truffes de premier choix,

mon petit porc ! »

 

Scumbag-Loser-1Scénario et Dessin: Mikoto Yamaguti

Genre : Seinen

Éditeur : Ki-oon

Sollicitation : Obsédé, asocial et lâche, Masahiko est un loser qui n’est sauvé de la honte suprême que par la comparaison avec Yamada, l’autre souffre-douleur de l’établissement. Mais lorsque ce dernier présente à toute la classe des photos de sa prétendue copine, Masahiko comprend qu’il est désormais sur la dernière marche du podium. Pour sauver la situation, il prétend à son tour sortir avec une amie d’enfance, un mensonge qui va lui retomber dessus dès le lendemain avec l’arrivée dans son école de la fille en question. Le plus gros problème étant que Haruka est censée être morte depuis 5 ans…

L’histoire : Être un loser n’est déjà pas une chose facile a vivre mais être le plus gros raté de son bahut, c’est sans doute encore pire. Traité comme de la merde par ses camarades de classe, Masahiko sourit tandis qu’un élève lui écrase la tête au sol avec sa chaussure. Il est content car le plus gros raté de l’école, ce n’est pas lui mais Yamada qui deux mètres plus loin est lui aussi à genoux… à la différence qu’il lèche la chaussure de son agresseur.

Masahiko est peut être un raté mais savoir qu’il y a pire le que lui le rassure, l’excite même. C’est tétanisé qu’il apprend alors que Yamada sa pavane en montrant des photos de sa petite amie, une fille décidément bien trop jolie pour sortir avec quelqu’un qui a les dents en vrac et dont la dernière douche remonte au mois dernier ! Même s’il n’y croit qu’a moitié, Masahiko est forcé de trouver une parade, sans quoi il deviendra le nouveau « roi des losers » de son école, une situation qui lui fait totalement perdre les pédales rien qu’en l’imaginant.

Il déclare lui aussi sortir avec une amie d’enfance : Haruka Mizusawa. Véritable canon, les élèves sont médusés par son annonce mais demandent des preuves de cette liaison. Le lendemain, Haruka débarque dans la classe de Masahiko et déclare qu’elle sort bien avec lui. Tout ça devrait faire plaisir à notre héros mais le hic c’est que son amie Haruka est morte il y a 5 ans, un fait dont personne à part lui ne semble être au courant.

La « nouvelle Haruka » va devoir s’expliquer et sans trop en révéler, Masahiko va devenir son jouet s’il ne veut pas redevenir un déchet de l’humanité. Les demandes d’Haruka sont cependant très particulières et il ne faut pas longtemps à Masahiko pour perdre pied avec la réalité.

3_large

La mise en scène est excellente et laisse au lecteur le choix d’interpréter la scène de plusieurs façons.

Mon avis : On ne va pas se mentir, le concept de l’anti héros n’est pas nouveau ! Kick ass, Moon kinght ou encore Death Note et The Arms Peddler pour rester dans le manga, bref on connait. La grosse différence entre les héros de ses séries et celui ci, c’est que le héros n’a aucun charisme, c’est une loque, un déchet. Car si les anti héros ont l’habitude de faire les choses à leur manière, Masahiko lui, ne fait rien. Pire, il se complait dans son malheur, rejetant la faute sur les autres et se délectant de la souffrance de ceux qu’il considère comme étant plus « loser » que lui.

Pour résumer, Masahiko est un parfait connard. En même temps, comment pourrait-il accepter les autres alors qu’il ne s’accepte et ne se respecte pas lui même ? Le lecteur aura l’occasion de découvrir les origines du mal qui ronge Masahiko et qui a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Pourtant c’est très tard dans ce tome qu’une légère empathie pourra lui être prêtée, cela dépendra du jugement de chacun.

Le premier tome se termine presque comme un one shot mais la preview du tome 2 à la fin est un twist absolument génial et inattendu. Il y a beaucoup d’autres choses à dire sur le tome 1 mais qui vous gâcherait vraiment la découverte des évènements, Scumbag loser s’inscrivant dans la liste des histoires qui sont géniales mais qui ne marchent qu’une fois grâce à l’effet de surprise (Fight club, The village, The Others, Sixième sens… oui je sais ce sont des films mais je n’ai honnêtement  pas trouvé de parallèle en manga !)

ghh

Inutile de dire que le héros est complètement à la masse

Au final, sachez que l’histoire est très crue et qu’aucun détail visuel ou psychologique ne vous sera épargné. L’histoire semble un peu simplette à la base mais est extrêmement bien tournée et réserve de nombreuses surprises à des moments inattendu dans le scénario. Malsain, glauque et pour un public clairement averti, Scumbag loser est une très bonne surprise de l’éditeur qui nous livrera l’histoire en 3 tomes, ce qui nous assure a priori 2 autres tomes aussi denses que le premier !

 

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer