Red Skin, bien plus qu'un emballage ? - Comics Prime

Le premier tome de Red Skin “Welcome to America “est sorti en 2014 et j’avoue être passé à côté. J’ai même eu peur que Glénat ne sorte jamais le deuxième tome… Une grosse année et demie plus tard, voilà que le nouveau Red Skin est présent dans les bacs de mon libraire, cette fois, je me lance et je prends les deux tomes ! Ai-je eu raison de me lancer dans cette histoire ou ai-je juste été aveuglé par les illustrations plus que généreuses du génialissime Terry Dodson ?


501 RED SKIN T1[BD].inddFiche technique

Dessin : Terry Dodson
Scénario: Xavier Dorison
Editeur: Glénat

Sollicitation : Vera Yelnikov est une bombe atomique ! De ces femmes qui réveilleraient un mort ou auraient rendu lesbienne Margaret Thatcher. Mais si le sexe est son grand plaisir dans la vie, elle doit consacrer la plupart de son temps à son métier : agent d’élite au service de l’URSS.

En pleine guerre froide, Vera est envoyée à Los Angeles par les bureaucrates du Kremlin. Sa mission ? Devenir une véritable « super-héroïne américaine » pour propager les valeurs communistes au pays de l’Oncle Sam et lutter contre le « Charpentier », un serial killer fasciste qui s’en prend à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un gauchiste. À peine arrivée, elle doit trouver une couverture pour son identité secrète… Un job lui paraît tout indiqué pour se fondre dans la masse et répondre à ses aspirations profondes : actrice porno !


Mère Russie…

Début des années 80, Véra Yelnikof est un agent secret au service du Kremlin, envoyée en Californie sous le nom d’Alabama Jane pour une mission des plus délicates qui pourrait empêcher de compromettre un traité de désarmement nucléaire entre les deux nations. N’oublions pas que nous nageons en pleine Guerre Froide et que les relations entre les deux superpuissances sont plus que tendues. C’est pour cela que Véra doit agir avec discrétion et proprement. J’ai peut être oublié de de vous préciser quelle était cette mission ? Elle doit se faire passer pour une super héroïne aux yeux de l’opinion américaine et devra déjouer les plans de Jacky Core, fervente défenseur des bonnes mœurs de la bannière étoilée.

redskin-1

Elle convoite le poste de gouverneur de la Californie et pourrait sérieusement mettre des bâtons dans les roues au processus de paix entre les deux ennemis de toujours. Pour couronner le tout, elle est “aidée” par un psychopathe qui répond au doux surnom du “Charpentier” et celui-ci prend un malin plaisir à purifier le territoire américain en massacrant ce qu’il considère comme des personnes déviantes sur le plan sexuel. Aussi, il livre une guerre sans merci à l’industrie du porno californienne qui se trouve en pleine expansion à cette époque.  D’ailleurs, notre héroïne se retrouve très vite dans le vif du sujet puisqu’elle réussira à trouver un emploi de bonne à tout faire chez Lew Garner qui est un réalisateur de films pour adultes. Ce choix est bien entendu loin d’être anodin puisque Lew est en train de réaliser  un pastiche du film « le Charpentier » qui est à la base un film hyper chrétien et hyper conservateur, qui se veut la référence d’une certaine Amérique…

RedSkin

 

Le second tome de Red Skin commence pile où le premier tome nous avait laissés. C’est à dire, lors du combat qui opposait Vera au Charpentier. Un duel qui se terminera par la victoire de notre héroïne non sans mal. Pour entacher la réputation de la belle Russe, Jacky Core et le Charpentier décident de mettre en scène la mort de ce dernier et d’accuser notre héroïne sur la place publique. Une situation qui n’arrange évidemment pas du tout le Kremlin et risque de mettre en péril la mission de Red Skin.

redskin2

Testé et approuvé

La série Red Skin est pour moi une véritable découverte. Septique au début, j’avais peur que la BD s’enlise dans la facilité, en profitant de la patte de Terry Dodson et en mettant de côté le scénario. Mon autre appréhension était de tomber dans une histoire « cliché » où l’image de la femme serait encore une fois mis à mal. J’avais peur de retrouver une héroïne décérébrée où l’argumentaire de sa présence ne serait qu’une question de forme… Toutes ces craintes se sont peu à peu dissipées durant la lecture de ces deux tomes. Véra Yelnikof est une femme moderne, sans tabous, qui aime tous les plaisirs de la vie. Femme au grand cœur, elle essaye de trouver des solutions pour aider ses amis. Celles-ci sont parfois maladroites, ce qui engendre des situations cocasses et quelquefois d’autres très embarrassantes.

redskin3

Le tandem de choc

Le coup de maître de Xavier Dorison (Ulysse 1781, Undertaker…) est de se servir d’un contexte historique (début de la Guerre Froide, montée du bloc communiste) et d’y placer un personnage haut en couleur dans une société archi-conservatrice. Le scénariste s’amuse à casser les clichés et n’hésite pas à égratigner le système américain. Et même si celui-ci est placé dans un contexte historique plus ou moins éloigné du nôtre, il reste toujours malheureusement d’actualité.

Dodson (Spider-man / Black Cat : L’enfer de la violence, Songes…) est constant dans ses planches. Son trait mélange l’école franco-belge et l’américaine donnant ainsi une véritable identité à cette série. Les fans du monsieur regretteront peut être le découpage des planches un poil trop convenu. Mais n’oublions pas que Red Skin est d’abord une BD franco-belge, elle ne tient son lien de parenté avec la BD américaine qu’avec le nom de son dessinateur. Exit donc les splash pages et les cliffhangers après vingt pages !

18200

Red Skin est une très bonne surprise tant par la forme que par le fond. De beaux dessins, un trait toujours aussi fort de la part de Terry Dodson, un scénario et un contexte intéressant installé par Xavier Dorison, qui sans révolutionner le genre a le mérite de traiter en toile de fond des sujets sensibles et d’actualité.

Ne vous fiez pas aux couvertures de Red Skin, cette BD est autre chose qu’un défilé de belles formes ! Cette BD présente un contenu qui consiste en une histoire qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout ! Au fait Glénat… à quand la suite ?

A propos de l'auteur

Amoureux des comics depuis son enfance, Irokee est l'instigateur du projet, ses séries préférées sont actuellement Deadpool, Uncanny X Force et Invincible. Il voue aussi une admiration pour Warren Ellis.

Articles similaires