Nightfall - Tome 1 : La Nuit - Comics Prime

nightfall1Scénario, dessin et couleur : Fred FORDHAM
Sollicitation : Londres. Dans un futur proche, où la liberté d’expression a été bannie et les étrangers chassés, Donnie, un garçon influençable, pose une bombe dans le Bureau du Contrôle des Frontières. Pris de remords, il se rue pour la désamorcer, en vain. Touché par la déflagration, il plonge dans le coma et se réveille dans l’univers parallèle d’Asante, sans se douter des répercussions de ses actes sur le monde réel…

Voici la deuxième série de la nouvelle franchise de Delcourt «Comics Fabric» le label ouvrant la porte aux auteurs français faisant du comics, on a déjà eu droit au très bon « Bad Ass ».

Cette fois Delcourt a choisi d’éditer Nightfall, qui est une histoire se situant entre deux mondes : notre monde (mais avec quelques changements notables) et un monde fantastique, dans ce dernier les enfants tombent dans le coma et on ignore pourquoi…

Autant vous le dire tout de suite on s’ennuie à la lecture de cet ouvrage, et bien que Delcourt nous le présente comme un comics, on ne voit pas trop où se trouve réellement les éléments d’un comics, sans doute dans le packaging, ou peut-être juste parce que Delcourt a décidé de l’appeler comics parce qu’il ne pouvait pas le placer dans le rayon BD ou bien encore parce que le mot « comics » bénéficie d’une certaine hype…

Scénario :
Pour situé l’histoire : nous sommes dans une Angleterre ou un régime xénophobe est en place, évidement comme tout régime totalitaire une résistance s’est installée, et au terme d’un attentat, 2 enfants seront blessés et plongés dans le coma…

C’est à ce moment que le scénariste oscille entre réalité (enfants dans le coma) et le monde fantastique d’Asante, malheureusement l’auteur se perd dans des détails, et nous noies dans des dialogues verbeux et sans dynamisme, les scènes dans l’hôpital sont d’un ennui et puis vite la partie « féerique » devient ennuyeuse aussi..

Le rythme est laborieux, on est dans un récit lent, bourré d’ellipses scénaristique qui finalement ne font rien avancer du tout. Le background  des univers est expliqué à dose homéopathique et ne nous permet pas finalement de nous attacher aux protagonistes.

Dessin :
De ce côté là ce n’est pas glorieux non plus, le trait est figé, on a l’impression que les personnages n’ont aucun charisme, le style est inexistant et manque cruellement d’exactitude ; au niveau de la justesse des visages par exemple, de plus pour un univers original, le bestiaire manque cruellement d’inspiration.

En Conclusion :
L’histoire est prévue en 3 tomes, on a donc pas finis de souffrir…
<b<Delcourt a misé sur le mauvais cheval sur ce coup ci… plus haut je disais que ce récit avait peut-être sa place au rayon BD, pour la bonne et simple raison qu’on a beau feuilleter le bouquin, on ne trouve aucun code du comics (rien au niveau de la découpe, du storytelling, du graphisme) alors juste une question : pourquoi ?

À éviter

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer