Never go home Tome 1 : La Cavale de Duncan et Maddie - Comics Prime

Glénat comics nous emmène dans un road comics, Never go home, qui va nous faire traverser à nous lecteurs, les paysages de l’adolescence et les difficultés qui en sont le quotidien.

Fiche Technique :
Scénarios : Matthew Rosenberg et Patrick Kindlon.
Dessins : Josh Hood et Brian Level.
Éditeur : Glénat Comics (Image comics en VO).
Date de sortie: 13/09/2017.
Pagination : 160 pages.
Sollicitation : Quand on est ado, traverser les couloirs impitoyables du lycée n’est jamais facile. Mais pour Duncan et Madison, ça l’est encore moins. Car ils partagent un secret : ils savent faire des choses exceptionnelles, inconcevables pour le commun des mortels. Alors qu’ils avaient réussi à garder leurs pouvoirs cachés aux yeux des autres, leur destin bascule lorsqu’ils provoquent un drame par accident… Maintenant, ils n’ont d’autre choix que de prendre la fuite. Contenu : We can never go home 01-05 en VO.

 

 Allez viens, je t’emmène au vent…

Never go home nous raconte l’histoire de la rencontre de deux jeunes adolescents dans une petite ville américaine. Un garçon, Duncan, le cas typique du jeune adolescent américain qui se retrouve méprisé voir martyrisé pour la raison que celui-ci ne se fond pas dans le moule des modèles sociétaires. On a ensuite Maddie, une enfant adoptée qui ne se sent pas toujours à sa place. Duncan est présenté comme un garçon extraverti et manipulateur. Mal dans sa peau et paumé dans sa tête, il cherche ses repères, un but, une famille pour donner quelque part un sens à sa vie. Maddie, quant à elle, sera l’opposé du garçon, elle a une famille adoptive aimante, une belle maison, des amis, mais dans son cœur une seule chose l’inquiète… Comment ne pas finir sa vie dans ce trou et atteindre les portes du paradis ? L’or d’une soirée, ils vont se rencontrer et discuter pour se révéler à l’un et l’autre qu’ils possèdent un pouvoir comme on en voit dans les bandes dessinées. De cette révélation, naît instantanément une complicité qui les amènera à tout partager, même après l’accident qui les obligera à fuguer de chez eux.

 

Dis moi qui tu es…

Mattew Rosenberg et Patrick Kindlon nous donnent une histoire qui plonge le lecteur dans l’univers impitoyable de l’adolescence et la fin de celle-ci. En effet, la narration ce centre sur les interrogations qui agitent les esprits de nos jeunes protagonistes durant cette période bouleversante où les changements sont réguliers et la fin de celle-ci quand l’enfant confronte les rêves qui l’animaient à la dure réalité de la vie. À noter que l’idée initiale est probablement de renvoyer le lecteur à son vécu personnel. Le travail réalisé par les auteurs est conséquent, tant la relation entre les deux adolescents est traitée avec beaucoup de justesse, et ce, sans tomber dans le cliché populaire des séries teenagers américaines. Avec brio, on parcourt durant tout le comics la palette d’émotions qui traversent la tête de ces jeunes gens qui cherchent leur identité. Nous passerons sur l’élément scénaristique lié à l’apport des super pouvoirs qui dans l’ensemble n’apporteront pas de plus-value au récit, ceux-ci ne présentant en fin de compte rien de bien original. Au dessin, nous avons Jason Hood et Brian Level, qui nous livrent un travail sobre sans excès de détail, mais qui appuiera à merveille l’histoire. À noter aussi que des playlists seront proposées aux lecteurs pour que ceux-ci soient totalement plongés dans l’ambiance lors de la lecture du récit.

De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités, ou pas

Là, on arrive au point noir du récit, les super pouvoirs… Ceux-ci, bien que mis en fond viennent trop souvent interférer non avec l’histoire, mais avec la psychologie des personnages. Le comics tombe dans l’ultra violence quand ceux-ci rentrent en action, tant bien même qu’à la fin celle-ci paraît totalement gratuite. À certains moment ils parviennent même à ternir le travail réalisé sur la psyché des héros rendent les réactions des protagonistes parfois totalement illogiques. En effet, au bout de quelques pages, il semble être tout à fait normal dans la tête de ceux-ci de tuer sans éprouver aucun remord, et ce, sans apporter une ellipse acceptable qui justifierait cette réaction.

Never go home Tome 1 : La Cavale de Duncan et Maddie
Never go home reste quand même une belle histoire qui nous renvoie à notre jeunesse, qui aurait pu être parfaite si les pouvoirs y étaient absents. Malgré cela, le livre reste suffisamment riche et intéressant pour nous donner à la fermeture de celui-ci de connaître la suite de l'aventure.
Scénario
Dessins
Ce qu'on a aimé
  • Une histoire émouvante
  • L'intérêt porté à la personnalité des personnages
  • l'introspection que génère la lecture
Ce qu'on a moins aimé
  • La violence beaucoup trop gratuite
  • Les pouvoirs
3.8Note Finale

A propos de l'auteur

Je suis passionné par tout ce qui touche la sphère geek. J'ai grandi avec Dorothée et suis tombé dans la bande dessinée en lisant spawn qui fût mon premier amour. Depuis, je voyage d'un média à l'autre en me nourrissant de tout ce que je trouve, l'important pour moi étant toujours de faire de nouvelle découverte.

Articles similaires