Monstress T2 : La quête. - Comics Prime

Le tome 2 parade avec ses dessins magnifiques, attirant les regards gourmands des chalands. On avait eu quelques réserves sur l’alchimie entre la narration et les dessins après la lecture du premier opus, les auteures ont-elles recadré le tir ?

Scénarios : Marjorie Liu.
Dessins : Sana Takeda.
Coloriste : Sana Takeda.
Éditeur : Delcourt (VF – Collection : Contrebande), Image Comics (VO).
Style : Aventure Fantasy, Steampunk.
Date de sortie: 18 Octobre 2017.
Pagination : 152 pages.
Sollicitation : Après avoir survécu au massacre entre les humains et les Arcaniques, Maika Demi-Loup partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Elle doit affronter un fantôme issu de son passé, qu’elle pensait disparu. Maika, Kippa et Ren décident de se rendre à Thyria à la recherche de réponses… Pour finalement découvrir et devoir faire face à une nouvelle terrible menace.

 
 

Mon stress

On replonge dans cet univers original mélangeant les inspirations allègrement. Monstress fait partie de ces univers touffus qui nécessiteront sans doute une relecture des tomes précédents à chaque parution. On nous enfourne littéralement des kilotonnes de background d’univers dans les pages, heureusement qu’une carte est fournie en fin de tome d’ailleurs. D’autant plus que non content de fourmiller de noms, races, factions à retenir, on a droit entre chaque chapitres à un petit cours donné par un Nekomancien ( chat nécromancien, coucou le Japon). vous l’aurez compris, Liu a travaillé son univers et il s’étend de plus en plus au fil des pages. En général je dirais que c’est une bonne chose, et d’un côté ça l’est, d’un autre côté ça rend la lecture assez indigeste et on se retrouve assez souvent à se demander « qui était encore cette Reine de sang » etc… On n’a pas tous le temps de se retaper les 160 pages du premier tome avant de s’enchaîner le deuxième, ce que j’ai fait et honnêtement même si ça a aidé ça n’a pas rendu le tout plus digeste.

Niveau narration j’ai la sensation que soit on s’habitue et donc c’est plus fluide soit y a eu amélioration et même les dessins sont moins statiques facilitant la narration.

L’histoire en elle-même devient relativement passionnante même si ça part un peu dans tous les sens ajoutant sans cesse des antagonistes alors qu’on n’en a même pas fini avec les précédents… Ici le tome se concentre sur la fuite de Maika et de son voyage vers une île mystérieuse et réputée dangereuse. Les personnages campent ce qu’on connaissait d’eux et donc les marques se prennent. Maika, notre héroïne qui parfois est hautement antipathique, est à la fois bourrine et sacrément maligne ce qui à au moins l’avantage de rendre le récit jouissif.

Les pions se placent doucement, chacun avance dans cette partie d’échec grâce aux informations d’espions et informateurs, personne ne se rencontre mais tout le monde sait que l’autre fait, sauf notre héroïne bourrine qui faute d’être la maligne à un coup d’avance sur les autres parce qu’elle avance tête baissée… Un coup d’avance, pas toujours car elle n’est pas à l’abris des assassins envoyés lui voler son précieux morceau de masque !

Belle, on dirait un mot inventé pour elle.

Niveau apparence, Monstress n’a pas changé, ce savant mélange de style dominé par un Art-Déco largement japonisant (et pour cause hein !) c’est très beau, c’est plus fluide vraisemblablement, donc c’est toujours le tout gros point fort de cette oeuvre qui aura l’avantage de, passé les couvertures magnifiques, ne pas vous perdre avec des planches de qualité différente. Takeda nous gratifie d’un monde recherché, fouillé et qui ne laissera pas de marbre. Si vous aimez le style asiatique vous baverez devant chaque page, sinon vous passerez votre chemin tout simplement.

 

Monstress T2 : La quête.
Comme je le dis dans la note, on a ici un magnifique JRPG à lire. Si l'univers vous est servit un peu trop copieusement, on flotte sur un nuage en parcourant les planches de Sana Takeda. Monstress prend de la bouteille...Espérons que ça ne soit pas une bouteille à la mer.
Scénario
Dessins
Ce qu'on a aimé
  • Toujours un plaisir pour les yeux.
  • Un univers bien pensé qui s'étend toujours.
Ce qu'on a moins aimé
  • Univers toujours expliqué abruptement.
  • Relire le tome 1 pour commencer le 2.
3.7Lisez un magnifique JRPG

A propos de l'auteur

Né avec du FrancoBelge et des Jeux vidéos entre les mains. Dorothée m’a fait découvrir l’Animation Japonaise puis lire des Mangas, Depuis le milieu des années 90 je lis des Comics.

Articles similaires