MANGA : Scumbag Loser - 2 - Comics Prime

scumbag-loser-2-ki-oonScénario et Dessin: Mikoto Yamaguti

Genre : Seinen

Éditeur : Ki-oon

Sollicitation :

 

 

Un départ en cacahuète

A la fin de son premier tome, scumbag loser proposait un classique « à venir dans le tome 2 » affichant fièrement un twist totalement inattendu dans le récit. Pendant les 3 mois qui les ont séparés du tome 2, les lecteurs ont donc eu tout le loisir de s’imaginer le pourquoi de cette situation où l’on pouvait voir un Masahiko transformé (mince, charismatique) qui sortait avec haruka. Le héros serait donc devenu un monstre comme elle mais…

Mais visiblement cet aperçu du tome 2 était une blague de l’auteur ! Je dois avouer que jusqu’à la dernière page j’attendais de voir quelque chose menant à ces évènements… en vain. C’est un pari risqué (et inutile?) car l’histoire telle qu’elle se déroule vraiment est très intéressante mais subit inévitablement le contrepoids de ce à quoi le lecteur s’attendait.

Plus inquiétant, le tome 2 propose lui aussi un aperçu de la suite des évènements, un aperçu qui ne m’a franchement pas transporté… à espérer qu’il s’agisse également d’une blague.

Un développement inattendu

L’histoire reprend là ou elle s’était arrêtée… ou presque. Depuis son attaque par Haruka, Masahiko est tombé dans le coma. Notre lecture commence lorsque ce dernier reprend ses esprits, laissant volontairement un espace vide entre les évènements. Masahiko a t-il été « transformé » ? Est-il juste tombé das les pommes ? Ces questions restent donc en suspend et l’histoire en devient oppressante puisqu’elle ne nous offre des réponses qu’au fur et à mesure que Masahiko les découvre, nous plaçant au même niveau que lui.

44

Le tome commence fort

Si le fameux twist original est tombé à l’eau, il a été remplacé par des évènements qui n’ont rien à lui envier : le coma de Masahiko l’a laissé absent pendant un certain temps, ce qui a permis à Haruka de contaminer un grand nombre d’élèves à sa guise. Le motus operandi semble pourtant incorrect puisque des élèves « normaux » ont été transformés, délaissant momentanément les fameux « losers » dont elle se nourrissait. Pourquoi ?

Plus surprenant encore, l’histoire s’offre une sorte d’ellipse autour d’un nouveau personnage qui semble l’équivalent féminin de Masahiko (ce n’est pas vraiment un compliment). On retrouve donc  Yumi Ookura qui voue un culte aux « idoles » telles que nous les connaissons au japon, une passion maladive chez la jeune fille qui ne tourne décidément pas rond. Au même moment un nouveau groupe d’idoles recrute des filles « rejetées » pour en faire des pop star, Yumi tente sa chance… mais les apparences sont trompeuses.

Définitivement malsain

Si la découverte du personnage de Masahiko dans le tome 1 était synonyme de dégoût et d’autres sensations peu agréables, il faut reconnaître qu’on a eu le temps de s’y « habituer ».  De surcroit, ce dernier tente de reprendre sa vie en main dans ce tome 2 (même s’il reste peu recommandable), le transformant presque en héro traditionnel.

scumbagloser-colani-extrait

Quelque chose me dit qu’il ne vend pas de cookies

Pour pallier à ce « problème » l’auteur a donc mis l’accent sur la détresse mentale des autres protagonistes. Le début est relativement soft comparé aux évènements du tome 1 mais très vites les choses vont partir en sucette. Le meilleur exemple reste celui de Yumi Ookura, nouvelle protagoniste dont les scènes m’ont franchement dégouté au point de faire la grimace… Le fait qu’il s’agisse d’une fille n’aide pas vraiment puisque la gente féminine est rarement mise en scène sous cet angle dans le manga, lui préférant une vision idéaliste ou les moches et les détraquées n’existent pas.

Si Masahiko léchant les pieds de sa camarade pouvait encore être drôle malgré le dégout, une jeune fille léchant la cuvette des WC l’est beaucoup moins. Scumbag loser en fait peu être un peu trop me direz-vous et vous n’auriez pas tort. Pourtant tout le titre n’a jamais caché cette facette de lui même à son lecteur et il est donc difficile de lui reprocher ce qui nous a poussé à commencer la série.

Quitte ou double

Autant être honnête, ce tome 2 n’apporte pas les réponses tant attendues aux questions que se pose le lecteur. Misant encore plus sur ses personnages décalés et ses situations peu ragoutantes, Scumbag loser tend dangereusement vers la provocation gratuite, ce qui n’est pas vraiment une bonne chose.

Cependant j’aime à penser que nous recevrons des réponses dignes de ce nom dans le tome 3 qui mettra fin à une saga pour le moins… mouvementée. Le dernier tome de la série porte donc un sacré poids sur les épaules et devrait arriver début mars 2014 pour le meilleur… ou le pire.

 

 

A propos de l'auteur

Élevé aux Tintin et aux mangas, je me suis converti aux comics il y a 4 ans. « Ça coute moins cher » me disait Cornholio qui est ligoté dans ma cave depuis ce jour…
Je lis surtout les séries X-Men, Spawn et Batman pour ce qui est des « blockbuster » mais à coté de ça, je suis fan de polar et de l’ambiance des années ’60

Scénaristes préférés : Ed Brubaker, Paul Dini, Jeph Loeb
Dessinateurs préférés : Bruce Timm, Darwyn Cooke, Dustin Nguyen
Personnages favoris : Moonknight, Spawn, Iron Fist

Articles similaires