Lucifer (Saison 1) - Comics Prime

La première saison de Lucifer a été diffusée pour la première fois en 2015 sur CBS, Warner a sorti il y a peu le coffret regroupant ces épisodes, une bonne occasion pour nous de revenir sur cette série et de dresser un rapide bilan des aventures de Monsieur Morningstar…

Sollicitation : Fatigué d’être le « Seigneur des Enfers », Lucifer Morningstar abandonne son royaume et s’en va à Los Angeles où il est propriétaire d’une boîte de nuit appelée « Lux ». Lucifer a reçu le don de contraindre les gens à révéler leurs désirs les plus profonds. Un soir, Lucifer assiste au meurtre d’une chanteuse pop devant son club. Il décide donc d’aller à la recherche du coupable et croise sur son chemin une policière nommée Chloe Decker, qui résiste à son don et lui met des bâtons dans les roues.Distribution :
Tom Ellis (VF : Damien Ferrette) : Lucifer Morningstar
Lauren German (VF : Stéphanie Lafforgue) : inspecteur Chloe Decker
D. B. Woodside (VF : Jean-Louis Faure) : Amenadiel
Lesley-Ann Brandt (VF : Barbara Beretta) : Mazikeen « Maze »
Kevin Alejandro (VF : Pierre Tessier) : Dan Espinoza
Scarlett Estevez (VF : Lana Ropion) : Beatrice « Trixie »
Rachael Harris (VF : Nathalie Homs) : Dr Linda Martin
Tricia Helfer (VF : Laura Préjean) : Charlotte Richards / « Mum » (depuis la saison 2)
Aimee Garcia (VF : Dorothée Pousséo) : Ella Lopez (depuis la saison 2)
Tom Welling : Marcus Pierce (saison 3)

Des vacances

Lucifer Morning Star s’ennuie en Enfer, il décide donc de prendre des vacances prolongées et ainsi laisser son trône vacant. Son lieu de retraite ? Los Angeles, pour pimenter le tout il acquiert une boîte de nuit et s’incruste au LAPD. Là il va faire la connaissance de Chloé Decker, ancienne actrice de comédie légère, elle essaye tant bien que mal d’avoir une certaine légitimité au sein de la police. Une tâche difficile pour cette jeune mère célibataire essayant de jongler tant bien que mal avec ses enquêtes et l’éducation de sa fillette.
Quant à Lucifer, il peut exaucer n’importe quel souhait des êtres humains en échange bien entendu d’un pacte. Il a aussi la capacité de s’immiscer dans votre esprit et de vous manipuler à sa guise. Le seul hic, c’est que ses pouvoirs sont inefficaces sur la belle détective Chloé Decker, et cela agace beaucoup Lucifer Morningstar !

On prend son temps

Autour des protagonistes gravitent 3 personnages qui seront exploités durant cette première saison.
Mazikeen aka Maze, interprété par Lesley Ann Brandt (Gotham) qui aide Lucifer à gérer sa boîte de nuit et qui n’hésite pas à le rappeler à l’ordre lorsqu’il “commet” un peu trop de bonnes actions. Dans le rôle d’Amenadiel, David Bryan Woodside (Buffy) le frère de Lucifer qui essaye par tous les moyens de ramener ce dernier en Enfer. Enfin, on retrouve Kevin Alejandro (Arrow) dans le rôle de l’inspecteur Dan Espinosa et faut-il aussi le souligner l’ex-mari de Chloé Decker. Comme évoqué plus haut ces personnages auront des interactions plus ou moins importantes durant cette première saison, amenant bien entendu des intrigues sous-jacentes à la principale. Intrigue principale que je vais d’ailleurs garder pour moi car elle n’est vraiment révélée qu’à partir de l’épisode 4, laissant ainsi le temps à Tom Kapinos d’installer son univers et ses personnages.

En parlant des personnages, s’il y a bien un point fort dans cette série, c’est le jeu des acteurs, Tom Ellis qu’on a pu voir dans The Strain est époustouflant. Il joue le mégalo à la perfection et ses crises de colère sont d’une véritable intensité. Soulignons aussi son petit côté “British “ surjoué qui accentue cette espèce de suffisance qu’il insuffle à merveille au personnage. Je ne l’ai pas cité dans l’entourage des héros principaux, mais je trouve que Rachael Harris est phénoménale dans le rôle du Dr Linda Martin. Psychologue indépendante elle donne un coup de main au duo sur plusieurs enquêtes. Elle est d’ailleurs très accro à Lucifer d’un point de vue émotionnel mais surtout d’un point de vue physique. En effet, Linda Martin ne peut pas dire non à ce monsieur, ce qui la mettra dans des situations délicates à plusieurs reprises. Le génie de Rachael Harris est de pouvoir jongler avec les deux facettes de sa personnalité en jouant la femme accro et la femme complètement maîtresse de ses émotions lorsqu’elle est en compagnie de patients “normaux”. Un jeu d’acteur difficile qui fait d’elle l’un des personnages les plus intéressants de la série.

Par contre, je ne sais pas si c’est dû à son rôle de frère moralisateur, mais je ne suis pas convaincu par la prestation de David Bryan Woodside dans cette première saison. Il manque de charisme et parfois son jeu d’acteur est faible comparé à celui d’Ellis. Il est comme effacé, peut-être par le manque de conviction dans la manière de jouer …
Dans son ensemble, cette première saison sème par-ci par-là des éléments qui vous donnent forcément envie de regarder la suite. Ce qui est assez remarquable car au final – soyons honnête – Lucifer n’est qu’une série d’enquêtes qui se ressemblent plus ou moins dans leur déroulement, mais qui arrivent tout de même à nous tenir en haleine tant les personnages et l’univers sont attachants.

La facilité l’ennemi du Bien

Ce qu’on peut reprocher à la série c’est tout de même certaines facilités scénaristiques ou disons, un certain talent à éviter les problèmes qui rendraient les scénarios trop complexes et qui enliseraient les personnages dans des situations qui les dépasseraient complètement. Je vais essayer d’illustrer par un exemple concret : Chloé, lors des douze épisodes que compte cette première saison, fait comme si Lucifer était normal, comme si tout ce qu’il faisait était à la portée du premier venu. Elle refuse même de croire ce que Lucifer lui dit, c’est-à-dire qu’il est le diable en personne. C’est quelque chose qui m’ennuie car ça fait de Chloé – qui est quand même l’héroïne principale – une personne complètement fermée, têtue à la rendre complètement idiote, tellement elle semble nier l’évidence des pouvoirs de Lucifer Morningstar et ce même si elle les a vu se dérouler devant elle.

Fans de l’univers de Sandman, Lucifer n’est pas la série que vous attendiez. En effet, dès le début de la série on comprend que le personnage de Vertigo et certains des protagonistes ne sont que prétexte à l’histoire. C’est d’ailleurs le postulat de départ de celle-ci, pour en faire quelque chose d’unique dans un univers que certaines personnes connaissent mais facile d’accès pour ceux qui n’auraient jamais ouvert un comic de Neil Gaiman ou de Mike Carey.

Lucifer (Saison 1)
Lucifer est une bonne surprise, à mi-chemin entre une série tirée d'un comicbook et d’un Criminal Minds; Lucifer arrive à fédérer les fans de comics et ceux qui n’en lisent pas. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, ceux qui s’attendent à une profondeur narrative telle que peut l’être toute l'oeuvre de Neil Gaiman, peuvent passer leur chemin ...
Scénario
Réalisation
On a aimé
  • L'univers
  • Le jeu des acteurs
On a moins aimé
  • Lassant de temps en temps
  • Le comportement des héros
3.3Note Finale

A propos de l'auteur

Amoureux des comics depuis son enfance, Irokee est l’instigateur du projet, ses séries préférées sont actuellement Deadpool, Uncanny X Force et Invincible.
Il voue aussi une admiration pour Warren Ellis.

Articles similaires

  • Je te trouve un peu dur avec l’agent Decker 🙂 je pense que si nous étions conforontés à ce genre de personnages dans la vraie vie, nous aussi pencherions vers la solution logique qui est de ne pas croire que Lucifer est qui il prétend être. (La psy non plus ne le crois pas). Mais bref,
    Je rajouterais un élément à cette critique: la BO, si vous maitrisez l’anglais vous remarquerez que toutes les chansons font soit directement référence au diable, soit offrent un commentaires direct sur l’action. Avec une grosse mention pour la reprise d’unforgiven au piano, pour moi un des moments très fort de la série.

    • Oui, c’est clair qu’il y a matière à débat, mais je la trouvais tellement bornée durant cette première saison. Avec la psy, ça passe mieux je trouve… Par contre OUI, tu as tout à fait raison, la musique est un aspect assez important, que j’ai complètement zappé lors de cette chronique, my bad !

    • Irokee

      Oui, c’est clair qu’il y a matière à débat, mais je la trouvais tellement bornée durant cette première saison. Avec la psy, ça passe mieux je trouve… Par contre OUI, tu as tout à fait raison, la musique est un aspect assez important, que j’ai complètement zappé lors de cette chronique, my bad !