Juste un peu de Cendres - Comics Prime

Thomas Day prend une pause dans l’écriture de Wika pour nous raconter un roadtrip « zombiesque » très porté sur la réflexion et l’introversion. Il s’adjoint les services de Aurélien Police, à la fois Dessinateur et Graphiste qui livre ici un premier album à la patte très reconnaissable. Un récit entre le 6ème sens et l’invasion de zombies dans une Amérique du Nord en huis-clos avec des airs de Ashley Wood ? What’s not to love about it ?

Scénarios : Thomas Day.
Dessins : Aurélien Police.
Coloriste : Aurélien Police.
Éditeur : Glénat Comics en VF et IDW en VO.
Style : Roadtrip, science fiction, Aventure.
Date de sortie: 25Octobre 2017.
Pagination : 128pages.
Sollicitation :
Le monde est en danger. Problème : ils sont les seuls à le voir…
Ashley Torrance, dix-sept ans, a un secret. Elle voit des choses dont les autres n’ont pas conscience. De ses yeux vairons, elle peut déceler la véritable nature de certains individus. Derrière leur apparence humaine se cachent des êtres effrayants liés entre eux par des filins de cendre et comme habités par un feu obscur. Qui sont ces monstres et quel est leur but ? Sur internet, Ash rencontre Bruce et Sunny, des jeunes gens qui partagent le même pouvoir. Ensemble, ils décident de prendre la route pour retrouver un dénommé Pilgrim. Le seul qui semble savoir la vérité.

I see dead people !

Du Thomas Day, je prends, ai-je dis à la rédaction. Puis j’ai réalisé que c’était un truc de pseudo-zombies et ma hype est redescendue. Bah ouais j’aime pas la mode des zombies. Mais j’avais donné ma parole et ça ,quand on a l’esprit Shonen, ça veut tout dire !

J’aborde le truc, les dessins sont atypiques mais pas tant que ça pour les fans des gens comme Ashley Wood et autres artistes étant passés sur les productions de Spawn ou  Sam & Twitch par exemple, au moins visuellement ça à l’air bon, voyons ce que dit l’histoire…

L’oeuvre est très peu bavarde, dans le sens « dialogues » et fait la part belle aux pensées de l’héroïne Ashley. On assiste du coup à un voyage initiatique autant qu’un roadtrip. D’un côté le personnage fait face à des sentiments tels que l’abandon, la dépression, les limites de la souffrance morale, et de l’autre une fuite en avant vers la source du mal dont elle est la témoin. Comme souvent dans ce genre de récits du genre « zombies » une part de l’intérêt vient du huis-clos que la menace procure. Le dosage ici est bien foutu. Le petit groupe de héros est confronté aux « monstres » (je ne dévoilerai pas ce qu’ils sont pour ne pas spoiler) tout autant qu’à leurs névroses et celles de leurs amis / rencontres le long de la route. Je regrette juste qu’on ne quantifie jamais vraiment le danger, on nous parle d’émeutes et autres problèmes mais au final le danger face à nos héros semble lui contenu et localisé. Certes on est aussi perdus que l’héroïne qui n’a pas le loisir de s’informer autant qu’elle le pourrait/voudrait, mais on perd du coup aussi un peu d’intensité sur le réel danger en présence. L’ambiance rappelle aussi le jeu de rôle Kult auquel la rédac à joué y a quelques jours sous la baguette de la maîtrise de Lone, du coup j’étais plutôt dans un mood opportun pour ce genre d’histoire.

Gris.

Je ne connaissais pas Aurélien Police et pour cause, on dirait bien que c’est son premier album. Le gars fait un habile montage de photos, dessins et textures. C’est très beau, c’est un micro-chouillat peu lisible des fois sur l’action mais rien de rédhibitoire. Perso, étant fan de Ashley Wood (j’ai beaucoup dit son nom, non ?) je ne peux qu’adouber ce nouvel artiste. On est forcé à la contemplation avec un plaisir certain, des nuances de gris, des couleurs froides à la limite du gelé avec des fulgurances de rouges pour imprimer la violence de cette apocalypse.

Juste un peu de Cendres
La qualité narrative de Thomas Day dépasse ici le sujet pour le plus grand plaisir du lecteur. Servi par des dessins splendides qui vous plongeront dans les ténèbres tangibles de l'âme plus que dans les abysses qui coulent le monde dépeint dans cette oeuvre. Amateurs et amatrices de Dave McKean ou Ashley Wood voilà votre "fix". Un Roadtrip psychologique sur la fin du monde, sur la fin de l'enfance , à travers les routes d'une Amérique en huis-clos et les méandres sentimentaux torturés des protagonistes.
Scénario
Dessins
On a aimé
  • La narration.
  • Les montages visuels qui forment les dessins.
  • Pas juste un récit de Zombies
On a moins aimé
  • parfois un poils pas assez lisible sur l'action.
  • Nous avoir fait croire à une Nième histoire de Zombies
4.4Magnifique trip psychologique et routier.

A propos de l'auteur

Né avec du FrancoBelge et des Jeux vidéos entre les mains. Dorothée m’a fait découvrir l’Animation Japonaise puis lire des Mangas, Depuis le milieu des années 90 je lis des Comics.

Articles similaires