[JEUX VIDÉO] Warhammer: Chaosbane - Comics Prime

Vous pensiez avoir repoussé l’invasion chaotique venue du nord ? Détrompez-vous ! Les dieux du chaos sont bien plus proches que vous ne le pensiez…

Fiche Technique :

Style : Hack & Slash
Développeur : Eko
Editeur : Bigben
Date de sortie : 4 juin 2019
Modes de jeu : un joueur et jusqu’à 4 en coop en ligne
Disponible sur : Playstation 4 , PC, Xbox one. (testé sur PC)

Condition de test : Campagne terminé en 10 heures avec le mage en solo
Temps de jeu : 11 heures

Du sang pour le Dieu du sang!

Warhammer, cet univers de dark fantasy où la mort et la corruption sont omniprésentes. Que de bien belles bases pour un Hack & Slash. Pour les personnes qui lèvent les yeux au ciel en se disant que ce n’est jamais que le Xème jeu vidéo estampillé d’une licence Games Workshop, je dirai juste qu’il ne s’agit pas ici d’un énième jeu mobile mais bien d’un jeu vidéo en bonne et due forme. Même si celle-ci laisse parfois à désirer.

C’est vraiment pas moche même si c’est bien dégueu

Le travail qui a été fait sur la direction artistique est vraiment à saluer.

En effet, l’univers de guerre et de chaos et présent partout. Les égouts du premier chapitre infestés de démons et de cultistes de Nurgle vous donnent vraiment l’impression de visiter l’intérieur d’un cadavre abandonné il y a plusieurs semaines. Pour ne pas vous divulgâcher l’histoire, je passerai sous silence les 3 autres chapitres. Sachez toutefois que le niveau est maintenu, avec peut-être un petit relâchement sur le chapitre III que l’on aurait aimé plus cru.

Les effets visuels sont eux aussi bien réussis, quel plaisir de balancer des boules de feu dans tous les sens et de faire tomber une foudre divine aux tonnerres délectables.

Comme point négatif, on relèvera le peu de variété dans les modèles des ennemies. En effet, même s’il y a des changements minimes entre les différents cultes, on a trop souvent l’impression d’être assailli par une armée de clones. Seul réel changement, les démons mineurs qui nous permettent de comprendre à quel Dieu on est en train de mettre une dérouillée.

Les boss eux, comme on pouvait s’y attendre, ont bénéficié d’une plus grande attention et sont donc superbes. Pour peu qu’un démon majeur puisse être superbe.

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes

D’un point de vue gameplay, vous ne serez pas dépaysé si vous êtes déjà un adepte des Hack & Slash. Rien de neuf sous le soleil, vous affrontez des hordes de monstres récupérez de l’équipement de plus en plus performant et débloquez de nouvelles capacités au fil des niveaux.

Pour ce qui est de la personnalisation des héros, cela se fait sur 2 axes. D’abord la gestion des sorts équipés. En effet, vous disposerez de bien plus de sorts que d’emplacements pour les équiper, il vous faudra donc faire un choix. 6 emplacements de sorts actifs, 3 passifs et 3 sorts de “fan”, voilà tout ce dont vous disposerez pour éradiquer le chaos. Vous pourrez choisir ces sorts parmi un large éventail même si on se retrouve vite à toujours utiliser les mêmes du fait de leur puissance ou de la synergie qu’ils ont entre eux.

L’autre axe de développement est l’arborescence de talent que vous débloquez à la fin du premier chapitre. Il vous permettra d’augmenter certaines stats et de vous équiper de sorts divins qui envoient du pâté.

Un dernier moyen d’améliorer votre personnage passe par votre équipement. À partir du début du 3ème chapitre vous pourrez bénir vos objets pour leur attribuer divers bonus.

L’arbre divin et les bénédictions d’objet demandent les mêmes ressources et il vous faudra donc choisir où les investir.

Modes de jeux et à-côtés

Comme dit plus haut, on reste sur du classique. En plus de l’histoire, vous aurez accès à quelques modes alternatifs.

Le mode expédition vous permet d’explorer des niveaux appartenant aux chapitres que vous avez déjà finis. Cela vous permettra d’amasser du butin et des fragments nécessaires pour les améliorations de l’arbre divin et des bénédictions.

Le mode Boss Rush, lui, vous fera affronter à nouveau les boss de fin de chapitre. Pour le fun ou pour le loot ou juste pour le plaisir. Ici pas de donjon à explorer, juste la salle du boss et un combat sans pitié.

La chasse aux reliques représente le contenu end game du jeu dans l’état actuel des choses. Il s’agit de niveaux à la difficulté légèrement plus élevée dans lesquels vous pourrez récupérer du matos héroïque, meilleur grade possible. Le fait qu’on le débloque après avoir complètement fini la campagne rend la chose un peu inutile.

Trop facile et répétitif

Comme dans la plupart des Hack & Slash, les niveaux sont générés procéduralement. Mais ici, la qualité de la génération et la taille des blocs de donjon font que l’on retombe en boucle sur les mêmes patterns, donnant l’impression de toujours explorer le même donjon avec les coffres aux mêmes endroits et les mêmes ennemis que l’on massacre aux mêmes endroits. Cette répétitivité est le principal défaut du titre.

On pourra également noter que la difficulté est un peu légère. Je ne suis pas particulièrement friand du genre mais j’ai quand même dû me mettre en “Très difficile”, la plus haute pour une première partie, pour commencer à éprouver de la résistance.

 

[JEUX VIDÉO] Warhammer: Chaosbane
Même si le jeu ne manque pas de qualité, notamment l’histoire et les graphismes, les quelques défauts évoqués plus haut ainsi que l'absence de réelles originalités spécifiques au titre le tire vers le bas. Si vous êtes en manque d’Hack & Slash et que vous avez déjà achevé les 2 Torchlight et les 3 Diablo, alors n’hésitez pas, vous passerez un moment agréable sur les 10 heures que dure la campagne mais ne vous attendez pas à trouver le Saint Graal ici.
Graphismes
Modes de jeu
Histoire
Durée de vie
Ce qu'on a aimé
  • Détruire du cultiste à tour de bras
  • Les effets visuels et sonores
  • L’histoire sympa qui fait le tour d’un pan de l’univers
Ce qu’on a moins aimé
  • Toujours les mêmes (ennemis, donjons)
  • La trop grande facilité
  • Les chasses aux reliques qui arrivent quand on en a plus besoin
3.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer