[Jeu de plateau] The 7th Continent - Comics Prime

1907. Vous êtes un célèbre explorateur de retour sur le septième continent, un territoire mystérieux récemment découvert au large de l’Antarctique. Levez la malédiction qui vous ronge ou mourez en essayant d’y parvenir.

Genre: Exploration et survie
Auteur: Ludovic Roudy & Bruno Sautter
Artiste: Ludovic Roudy & Bruno Sautter
Éditeur: Serious Poulp
Date de sortie FR: Août 2017
Nbr de joueurs: 1-4
Âge recommandé: 12+
Durée: 1000 min annoncés (pas d’un coup bien sûr)
Conditions de test:Plusieurs parties en solo, 1 partie à 2

Kickstarter quand tu nous tiens

The 7th continent  est l’un de ces jeux kickstarter dont presque tout le monde a entendus parler. Une grosse boîte noire contenant près d’un millier de cartes. Le tout pour explorer un continent mystérieux et rempli de dangers. L’épuisement vous guette à la moindre épreuve et il faudra redoubler d’efforts pour parvenir à lever la malédiction qui vous frappe.

Tellement de cartes!!!

The 7th continent se présente dans une boîte noire, mate, ornée d’un logo dorée du plus bel effet. Son contenu n’est pas en reste, si vous disposez de la boîte de base, voilà ce que vous trouverez:

    • 962 cartes réparties en différents paquets, des cartes Aventure numérotées (dos vert ou doré) qui vous serviront à découvrir le 7ème continent au rythme de vos aventuriers, des cartes Exploration (dos brouillard) qui serviront à symboliser les dangers de l’exploration, des cartes Action (dos bleu) qui vont représenter ce que vous pouvez faire, les objets que vous pouvez créer ainsi que vos capacités à survivre aux diverses épreuves qui jalonneront votre chemin. Une dizaine de cartes représentent les explorateurs que vous pourrez incarner pour cette expédition. Pour finir avec les cartes, les 4 cartes “Indice” qui représentent les malédictions qu’il vous faudra lever.
    • 7 figurines Explorateur servant de pions pour suivre vos déplacements sur le plateau. La différence entre le nombre de cartes Explorateur et le nombre de figurines s’explique par la présence de cartes vierges permettant la création d’aventuriers personnalisés. Avec les figurines de personnages, vous trouverez 4 figurines feu servant à indiquer où vous avez allumé votre dernier foyer.
    • 8 dés à 6 faces pour matérialiser les objets dans les inventaires et leur durabilité.

 

  • 4 aides de jeu bien pratique pour se rappeler les différents types d’action qui existent.

 

  • 3 boîtiers de rangement et 30 intercalaires pour accéder rapidement à la carte recherchée et heureusement qu’ils sont là car vous allez passer un bon moment à rechercher des cartes spécifiques parmi la multitude.
  • Pour clôturer le tout vous trouverez, 1 loupe pour vous aider à bien observer les cartes en jeu et 1 « sabot » réversible pour la Défausse des cartes Action.

Alors pourquoi autant de cartes? Tout simplement parce que, à ma connaissance, chacune d’entre elles est unique. Et même si elles partagent un même numéro, elles n’auront pas le même effet. Je parle de l’utilisation desdits numéros dans la section dédiée aux règles plus bas.

Le matériel de manière générale est de bonne qualité avec des cartes épaisses et des figurines détaillées bien qu’un peu trop petites. La présence des intercalaires est une véritable bénédiction qui nous fait gagner un temps fou lors de nos recherches de cartes.

 

Chaque action vous coute chére

L’exploration est le thème central de The 7th continent. Pour représenter la découverte de ce nouveau continent, le plateau sera créé devant vos aventuriers. Pour ce faire, chaque carte en appelle d’autre à l’aide de numéros qui sont indiqués au verso des cartes en question. De cette manière vous allez devoir chercher des cartes à longueur de tour, que ce soit pour un nouveau morceau de plateau, un élément intriguant dans le paysage ou encore les blessures que vous allez subir tout est sous format de carte.

Sur le 7ème continent votre principal ennemi sera l’épuisement. En effet, chaque action vous demande de piocher un certain nombre de cartes depuis le deck d’action et de comparer les étoiles s’y trouvant avec le minimum requis pour réussir l’action. Les cartes ainsi révélées finissent dans la défausse à l’exception d’une au choix que vous pouvez prendre en main.

Le problème est que lorsque votre pioche est vide vous êtes vraiment dans la @#{!@}. Vous allez devoir piocher des cartes depuis la défausse de la même manière qu’auparavant sauf qu’ici, si une seule carte malédiction sort, vous avez perdu.

Le coût des actions étant variable et souvent laissé à la discrétion du joueur, il vous faudra faire un choix entre chance de réussite et fatigue.

Ce choix est le coeur du jeu et vous tiendra en haleine tout le long de votre exploration et ces tests sont quasiment la seule mécanique du jeu. Vous pourrez améliorer votre deck d’action à l’aide d’expérience glané au cours de votre aventure.

Un autre aspect important du jeu est la création d’objet. Ceux-ci vous aideront à réaliser les tests susnommés en diminuant le nombre de cartes minimum à piocher ou en vous accordant des étoiles supplémentaires. Le coût des objets, généralement assez élevé, pourra être revu à la baisse si vous disposez des ressources adéquates sur la carte où se trouve votre figurine.

Chaque objet a une durabilité qui diminue à chaque utilisation. Le seul moyen de la faire remonter est de le combiner avec un autre objet partageant un mot-clé. Les objets peuvent être combinés de toute manière mais si les mots-clés diffèrent vous ne profiterez pas du bonus de durabilité.

 

 

 

[Jeu de plateau] The 7th Continent
The 7th continent est un jeu unique qui, par certains aspects me rappelle les livres dont vous êtes le héros. En effet, passer d’un numéro à un autre, parfois éloigné de plus de 100, à de quoi éveiller ma curiosité. Mais qu’y a-t-il donc sur toutes ces cartes? D’un point de vue des règles, le concept est assez simple mais demande une certaine gymnastique mentale pour trouver le juste équilibre entre coûts d’une action et chances de réussite. Même si les règles ne sont pas complexes, le jeu est dur. Personnellement, je n’ai pas réussi à passer la première malédiction mais ça ne m'empêche pas de réessayer avec joie. Il est aussi important de préciser que The 7th continent est très agréable en solo voir même plus qu’en multi. Je ne pense pas vouloir y jouer à plus de 2.
Facilité d'accès
Durée
Artworks
Fun
Ce qu'on a aimé
  • Les intercalaires
  • Le sentiment d'exploration
  • L’univers créé
Ce qu’on a moins aimé
  • La difficulté de la 1ère malédiction
  • La taille des figurines
  • L’indisponibilité en magasin
4.0Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer