Je suis Ant-Man - Comics Prime

Actuellement à l’affiche du film éponyme, Ant-Man est désormais connu du grand public. Et pour ceux qui n’ont pas eu leur dose de l’homme-fourmi, Marvel leur propose une anthologie reprenant l’origine du super-héros, son évolution et ses différentes incarnations. Car oui, Ant-Man est autant un costume qu’un homme. Hank Pym, Scott Lang et Eric O’Grady ont tous trois incarné le héros. Cette anthologie veut nous donner toutes les clés nécessaires à la compréhension de l’histoire d’Ant-Man, but louable certes, mais n’est-ce pas une simple démarche commerciale visant à profiter du succès du film ?

coverFiche technique:
Scénario : Collectif
Dessin : Collectif
Editeurs: Panini Comics (VF), Marvel (VO)
Date de sortie: 15 juillet 2015
Pagination: 288 pages
Sollicitation:Inventeur de génie et membre fondateur des Avengers; Hank Pym est le créateur des «  »particules Pym » » permettant à quiconque de changer de taille ! Se faisant appeler Ant-Man; il a également porté d’autres noms tout au long de sa carrière : Giant-Man; Goliath ou encore le Frelon. Mais en même temps; plusieurs justiciers ont eux aussi revêtu le costume d’Ant-Man comme Scott Lang et Eric O’Grady. Cet album exceptionnel vous propose de découvrir les plus belles aventures de tous ces personnages.

Docteur Qui?

Anthologie oblige, nous avons droit à une succession d’histoires concernant Ant-Man. On commence par les origines de notre héros qui remontent à l’année 1962, dans le magazine Tales To Astonish 27. Hank Pym découvre alors un sérum lui permettant de rapetisser. L’homme décide alors de tester sa découverte sur lui-même, après tout n’est-on pas mieux servi que par soi-même ? Mal lui en prend puisqu’il va vite se trouve coincer dans une fourmilière à lutter pour sa survie. Heureusement pour lui, il finira par se lier d’amitié avec une des fourmis qui va l’aider à regagner son laboratoire. Il retrouve alors sa taille normale et se jure de ne plus jamais utiliser cette formule… Le futur viendra nous prouver que Hank Pym se trompait lourdement et allait devoir utiliser le sérum pour de plus nobles causes, parfois.

ant1

Plus on est de fous, plus on rit

Les autres histoires sont toutes aussi importantes pour bien comprendre qui est Ant-Man. La deuxième a de lourds relents de guerre froide, mais c’est l’époque qui le veut. Le Dr Pym va devoir faire face à des communistes cherchant à voler le fruit de ses recherches. Pour sauver la situation, il lui faudra un costume, LE costume qui a finalement peu changé depuis. Il porte déjà la couleur rouge et le casque lui permettant de communiquer avec les fourmis. Ant-Man est né. Puis nous serons amenés à faire la connaissance d’une femme inconnue jusque-là, se nommant Janet Van Dyne. Cette demoiselle deviendra non seulement la Guêpe mais aussi la femme du Dr Pym pendant de nombreuses années. Jusque-là, on notera un sans-faute quant au choix des histoires publiées dans cette anthologie. On avance jusqu’en 1979Scott Lang reprendra le flambeau et deviendra la prochaine incarnation d’Ant-Man. Il est alors un voleur repenti qui se retrouve obligé de renouer avec ses anciennes habitudes pour sauver sa fille. Hank Pym surveillera Scott tout au long du récit et finira par lui léguer le costume, le jugeant digne de le porter. Et pour la suite, on retournera vers Hank Pym et on survolera l’arrivée d’Eric O’Grady. Regrettable finalement qu’on ne fasse que survoler la troisième incarnation d’Ant-Man.

ant2

Plus on monte haut, plus dur sera la chute

Au niveau des scénaristes, on notera la présence de Jack Kirby et Stan Lee pour la création de notre personnage. Difficile de juger la qualité d’écriture d’un récit datant de 1962, mais force est de constater que les deux compères ont posé des bases suffisamment fortes pour qu’aujourd’hui elles n’aient toujours pas changées. Un parti pris relativement fort viendra avec Jim Shooter qui fera du Dr Pym un génie dépassé par les évènements, qui finira par s’en prendre à sa femme et aux Avengers. Quand on sait qu’Hank Pym sera également un époux battant sa femme dans les Ultimates, on ne peut que conclure que ce récit aura marqué les esprits. Notons également l’histoire scénarisée par David Michelinie qui mettra en place Scott Lang et qui aura servi de base au film, Michael Douglas prenant la place d’Hank Pym et Paul Rudd celle de Lang. Le tome se conclut sur un récit de Roberto Aguirre-Sacasa qui remet en scène les origines de la Guêpe et de Ant-Man, un bel hommage et une belle façon de conclure ce tome consacré à l’homme-fourmi.

ant3

Travail de fourmi

Les dessins varient fortement en fonction des époques. On reconnait assez facilement le style de Jack Kirby, l’homme qui est à l’origine de nombre de super-héros d’aujourd’hui. Le début du tome se fait dans des styles obligatoirement rétro, mais vu l’époque c’est normal. Plus on avance dans le tome, plus on se retrouve en terrain connu. Avec un bon dans le temps nous faisant basculer des années 1980 aux années 1990, on quitte Bob Hall pour arriver avec Pasqual Ferry et la période Thunderbolts du Dr Pym. Notons que Tim Seeley a également droit à un segment, son style est toujours aussi agréable à l’œil. Et on termine avec Stéphanie Hans, dont le style est très rafraichissant, voir onirique. On quitte ce tome en douceur, d’une manière délicate, c’est bien pensé.

ant4

Je suis Hank Pym, Scott Lang et Erig O’Grady

Ce tome est intéressant sur plusieurs points. Tout d’abord, il réussit bien à nous définir qui est Ant-Man. D’abord Hank Pym, ce scientifique dont la principale réussite aura été de découvrir les particules éponymes et qui lutte avec d’autres génies pour prouver sa valeur. Il en viendra à presque perdre la raison, deviendra violent, créera Ultron, se fera jeter des Vengeurs. Bien qu’on ne puisse justifier sa façon d’agir, on comprend l’homme qui cherche à prouver au monde sa valeur. Viendra ensuite Scott Lang, ancien voleur et génie de l’électromécanique. Lui a tout à prouver, il ne rechute que pour sauver sa fille et s’approche plus d’un vrai héros que le bon Docteur Pym. Enfin Eric O’Grady tient plus du domaine de l’anti-héros, mais son cas est survolé et il nous faudra d’autres lectures que Je suis Ant-Man pour apprendre à le connaître réellement. Ce qu’on apprécie chez Ant-Man, c’est finalement qu’il reste humain, avec ses qualités et ses défauts, ce quelle que soit son incarnation. Ensuite le choix des histoires s’avère bien penser. On apprend la genèse du personnage, on rencontre son entourage, ce qui l’a fait évoluer, ce qu’il est devenu. On apprécie de voir les différents scénaristes à l’œuvre, nous offrant au final un super-héros loin d’être monolithique. Plus surprenant, on constate à lecture du tome, grâce aux notes précédents les différents chapitres, qu’Ant-Man est un héros de seconde zone. Il a à plusieurs reprises eu droit à ses propres aventures, mais jamais le succès n’a été au rendez-vous. Il a même été littéralement rejeté par l’un de ses créateurs, Jack Kirby, qui a dit : « Un super-héros devrait étaler sa force. Rapetisser à la taille d’une fourmi, ça ne fait rêver personne. » Et pourtant, le voilà aujourd’hui à la tête de son propre film et on lui prévoit un avenir radieux. Faisant office d’exception par sa longévité et malgré l’absence de succès, Ant-Man est rafraichissant dans un monde où dieux et mutants côtoient les humains.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer