IT ou le retour d'un clown qui vous veut du bien... - Comics Prime

Pennywise est de retour et les fans du clown le plus maléfique que le monde n’ait jamais connu, n’en peuvent plus d’attendre. Avec raison ?  Car toucher au bestseller IT ou Ça  (si vous préférez la VF) de Stephen King est une entreprise périlleuse et ce à de nombreux niveaux, décorticage d’une projection en compagnie d’un clown…

Fiche technique

Réalisation : Andy Muschietti
Scénariste : Cary Fukunaga
Scénariste : Chase Palmer
Scénariste : Gary Dauberman
D’après l’oeuvre deStephen King
Musique : Benjamin Wallfisch
Distribution : Bill Skarsgård Rôle : Pennywise/Jaeden Lieberher : Bill Denbrough/Finn Wolfhard : Richie Tozier/Jack Dylan Grazer : Eddie Kaspbrak/Sophia Lillis : Beverly Marsh/Jeremy Ray Taylor : Ben Hanscom/Wyatt Oleff/Rôle : Stanley Uris/Chosen Jacobs : Mike Hanlon
Synopsis : Plusieurs disparitions d’enfants sont signalées dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Au même moment, une bande d’adolescents doit affronter un clown maléfique et tueur, du nom de Pennywise, qui sévit depuis des siècles. Ils vont connaître leur plus grande terreur…

Il était une fois…

La petite ville de Derry est en proie depuis peu à des disparitions d’enfants, mais il semble que personne ne peut y faire grand-chose. Et Billy (notre héros) ne le sait que trop bien. Puisqu’il y a quelque temps son frère Georges a lui aussi disparu et reste jusqu’à ce jour introuvable. Pourtant Billy sait au fond de lui que son frère est quelque part, vivant, c’est pour cela qu’il a décidé de continuer les recherches. Dans cette quête il sera aidé par ses amis Stanley issu d’une famille hyper pratiquante, il est destiné à suivre le chemin qu’a déjà tracé son père pour lui. Richie , quant à lui, est la grande gueule de la bande et a toujours le petit mot pour rire et enfin Eddie que l’on pourrait qualifier hypocondriaque, un adjectif qu’il doit à une mère surprotectrice. Dans leur parcours ils seront aidés par Ben qui est l’intello de  la bande, véritable rat de bibliothèque connaissant sur le bout des doigts toute l’histoire de la ville de Derry, il sera d’un grand secours pour le groupe. Il y a aussi Mike dont la famille a été décimé dans un incendie et enfin Beverly la fille de la bande – que leurs détracteurs s’amusent à appeler le Club des Losers –  au caractère bien trempé, un trait de sa personnalité qu’elle a dû développer pour se protéger de son père abusif. En menant l’enquête ce petit groupe va découvrir assez rapidement la véritable menace qui rôde dans leur petite ville si tranquille. Une menace à l’apparence d’un clown qui répond au nom de Pennywise (ou Grippe-sous en Français) utilisant comme arme la peur et dévorant les enfants qui croisent sa route…

Inquiétudes

J’avoue que j’avais peur de cette adaptation de IT, parce que  de mon point de vue à part Shining (le film de Kubrick de 1980 que King ne cautionne pas), Carrie (1977), Christine (John Carpenter, 1983), Stand by Me (qui est un chef-d’oeuvre de Rob Reiner datant de 1986) et The Running Man (si je ne cite pas ce film de Paul Michael Glaser datant de 87, Lone va me faire la peau) les adaptations des romans du Maître de l’horreur ne dépassent pas pour moi le statut du Nanard. En plus, la saga IT fait partie de ses histoires cultes qui ont renforcé les thèmes de “l’enfant en danger” et celui du “croquemitaine” ultra-présente dans la bibliographie de l’écrivain. Et puis le téléfilm de 1990 réalisé par Terry Wallace, même si je ne le trouve pas transcendant, reste d’un point de vue visuel assez marquant, dû notamment à la prestation de Tim Curry en tant que Pennywise. Bref, vous l’aurez compris étant fan de Stephen King, j’avais beaucoup de réserve concernant le traitement de ce chef d’oeuvre de la littérature dite d’horreur.

Alors, verdict ?

Eh bien j’ai beaucoup apprécié ce film, parce que Andy Muschietti a réussi à capter l’essence du roman tout en respectant l’univers de King. Il reprend donc plusieurs éléments de l’histoire originelle tout en le remettant au goût du jour, en effet l’histoire n’oscille plus dans les années 50 et 80 mais se passe entièrement dans les années 90, mais je dois avouer que ça passe bien et cette astuce ne nuit pas le plaisir du fan que je suis. Par contre ce que l’on pourrait reprocher c’est la “paresse” évidente de certaines scènes. En effet, on se demande quelquefois si on est devant l’adaptation du roman ou du film de 1990. Mais, soyons honnête si le réalisateur s’était calqué uniquement sur le roman et n’avait pas repris les quelques bonnes idées visuelles du téléfilm de Terry Wallace, le spectateur de la première heure aurait été déçu. Car ce film je pense s’adresse d’abord à lui. Mais pas de panique (oui, je te vois suer petit fanboy au t-shirt délavé à l’effigie de Pennywise) les éléments et les scènes clés y sont présentes. Celles-ci sont d’ailleurs sublimées par des effets spéciaux utilisés à bon escient, sans en faire trop.

Terrain connu ?

Soulignons aussi le très bon jeu d’acteur des enfants qui n’est pas sans rappeler celui des gosses de Stranger Things, d’ailleurs Finn Wolfhard joue le rôle du rigolo de la bande. Le film est touchant, drôle sans se taper la cuisse à rire à gorge déployée, mais ne fait pas forcément peur, un peu à l’instar de la série de la petite bande d’Eleven, on sursaute, certaines scènes sont dérangeantes, mais on n’est pas pris de panique. Ce que je veux dire c’est qu’on n’est pas devant The Grudge ou The Ring, ou un film obscur asiatique. Non IT, c’est autre chose, une fable qui raconte la bataille que des gamins doivent mener contre leur propre peur,  pour s’affranchir des adultes et surtout de Pennywise, qui soit dit en passant est franchement bien réussi. Joué par Bill Skarsgard, l’acteur instaure un véritable malaise tout au long du film et arrive à hisser le clown maléfique au panthéon des pires raclures du cinéma.

IT ou le retour d'un clown qui vous veut du bien...
IT est la bonne surprise de cette rentrée, il a toutes les qualités d’un film grand public, jouant avec les codes existants, il arrive pourtant à sortir du lot, notamment par sa réalisation léchée et au jeu d’acteur qui va en surprendre plus d’un. It aurait pu être un spin off de Stranger Things, mais il arrive tout de même à avoir sa propre identité et ce grâce à plusieurs astuces qu'il serait criminel de vous spoiler. Pour terminer il faut bien reconnaître que le succès du film, j’en suis certain, se fera aussi avec la prestation Skarsgard en Pennywise. Vous allez adorer détester les clowns !
Réalsiaton
Scénario
On a aimé
  • Les acteurs
  • La réa léchée
  • On a envie d'y retourner
On a moins aimé
  • Facilités visuelles
4.2Note Finale

A propos de l'auteur

Amoureux des comics depuis son enfance, Irokee est l'instigateur du projet, ses séries préférées sont actuellement Deadpool, Uncanny X Force et Invincible. Il voue aussi une admiration pour Warren Ellis.

Articles similaires