[CINÉ CLUB] Iron Man 3 : Shane Black Style! - Comics Prime

Alors que nous avons désormais dit adieu à Iron Man dans le MCU (spoilers mais qui ne le sait pas?), revenons sur son aventure solo la plus risquée…

Société de production : Marvel Studios
Réalisateur : Shane Black
Scénario : Drew Pearce et Shane Black
Date de sortie: Avril 2013
Durée : 130 min.

Synopsis : Tony Stark se retrouve à affronter un terrifiant terroriste alors qu’il est privé d’armure.

 

 

Tony Stark est une figure paradoxale dans le Marvel Cinematic Universe. C’est lui qui l’a initié en 2008 avec son film solo et il aura mis fin à l’arc narratif principal de la saga d’un claquement de doigts, le transformant aux yeux de certains en un martyr super-héroïque. D’un autre côté, il aura souffert d’une écriture en dents de scie et d’une cannibalisation du MCU par sa personne, que ce soit sa relation avec Spider-Man (le transformant en Iron Man jr plus qu’en véritable protagoniste autonome) ou des choix de design impactant certains personnages (à peu près tous les costumes un tant soit peu mécaniques). Maintenant qu’il repose à priori définitivement en paix, revenons sur son aventure solo la plus intéressante.

Shane Black derrière Iron Man, c’est l’échange de bons procédés, le premier relançant Robert Downey Jr avec Kiss Kiss Bang Bang, ce qui permit à l’acteur de décrocher le rôle l’ayant rendu millionnaire. C’est également l’arrivée dans le MCU d’un scénariste qui aura su se faire sa place à Hollywood, impactant chacun de ses travaux de sa patte personnelle. Dès lors, qu’attendre de cet Iron Man 3 autre chose qu’un film de Shane Black ?

Si cela passe par certains points narratifs (ouverture en flash back, récit situé à Noël, buddy movie par les relations avec Rhodes mais également le jeune Harley), on pourrait situer son travail par sa gestion du Mandarin, méchant réputé mais également ancré dans son époque. Le choix de Black n’est dès lors pas anodin, choisissant de transformer le terroriste d’apparence incarné par sir Ben Kingsley en homme de paille avec un fond des plus intéressants.

Loin d’être le crachat aux fans que certains lui auront reproché, cette orientation joue de la peur du terrorisme qui nourrit encore quotidiennement l’actualité. En faisant croire à une personnalité basée sur des clichés en tous genres, le véritable méchant se pave pour lui-même une route directe vers des financements militaires tout en dissimulant la véritable menace politique inhérente à ce complot. Dès lors, sans parler de réelle audace dans le milieu hollywoodien, le fond politique s’en retrouve largement enrichi et rend ce troisième volet plus intéressant que d’autres de ses camarades (« Iron Man 2 » par exemple).

Cela redresse la barre d’un film qui ne sait pas trop sur quel pied danser pour la reprise du MCU post-succès triomphal. On retrouve cela dans le climax tentant d’invoquer une pyrotechnie assez similaire, le personnage de Rebecca Hall traité par-dessus la jambe (cf son sort final) ainsi qu’une mise en scène qui risque de diviser par sa volonté de mélanger les attentes d’un film Marvel et l’envie de Black de l’ancrer dans un cinéma plus 80’s, punchline après assassinat à l’appui. On retrouvera un tiraillement similaire dans le « Predator » du même réalisateur, faisant même un rapprochement (volontaire ?) dans la tenue présentée à la fin du film de 2018.

Tout cela n’endommage pas le visionnage de cette suite intéressante et assez divertissante, brossant le personnage dans une certaine direction qui semblera mise de côté dans quelques titres qui lui feront suite mais efficace pour toute personne en quête d’un blockbuster sympathique, à l’image du générique aux relents pulp clôturant le récit. S’il a ses défauts, ce troisième Iron Man reste néanmoins l’aventure individuelle la plus remarquable de l’homme de métal, l’occasion de rappeler qu’avoir un metteur en scène au style reconnaissable (à défaut d’être sans défaut) malgré les mains liées reste plus agréable que les réalisateurs sans personnalité apparente qu’auront connu d’autres titres de la saga…

[CINÉ CLUB] Iron Man 3 : Shane Black Style!
Iron Man 3 a certes des défauts mais reste intéressant par son orientation politique sous-jacente.
Scénario
Mise en scène
Casting
  • Le Mandarin et son apport politique
  • le style 80's de Black
  • Un certain amusement dans les séquences d'action.
  • Le traitement de certains personnages
  • Un poil trop cynique pour parfaitement fonctionner
3.6Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer