[INTÉGRALE] Renato Jones, une série finie trop tôt ? - Comics Prime

Il y a des sorties dont on attend pas particulièrement grand-chose, et ce fut le cas avec Renato Jones en ce qui me concerne. J’avoue ne pas avoir été tellement tenté au moment de sa sortie. Même en feuilletant le comic book chez mon libraire, rien n’y faisait. Mais à force de lire des avis assez positifs à son sujet, et ayant préalablement adoré The Damned T1 chez Akileos, je me suis fait violence et j’ai sorti la carte bancaire. Mais au final, que vaut ce diptyque ?


 

L'auteur

Kaare Kyle Andrews, né en 1967 à Saskatoon, est un dessinateur, scénariste de comics et réalisateur canadien ayant acquis sa notoriété grâce notamment à ses travaux sur les couvertures de Hulk et Iron Fist, chez Marvel Comics. En 2005, il remporte le prix Joe Shuster du meilleur dessinateur pour son travail sur Docteur Octopus : Année 1. C’est  vers la fin des années 2000 qu’il se lance dans l’aventure cinématographique, tout en continuant de travailler pour Marvel en parallèle, avec notamment deux longs-métrages : Altitude (2010) et Cabin Fever : Patient zero (2014). En 2012, il travaillera également pour un segment de l’anthologie The ABCs of Death. Depuis février 2018, l’éditeur Akileos nous propose la toute dernière création de l’auteur : Renato Jones.

Un % des êtres humains possèdent la moitié des richesses de la planète

C’est sur cette idée que l’auteur crée une sorte de Punisher, bien décidé à faire payer les plus friqués qui se sortent de toutes leurs illégalités grâce aux pouvoirs magiques des billets verts ! Si, de prime abord, le scénario semble classique et sans originalité, c’est surtout la puissance graphique de Andrews qui fera qu’on ne peut se permettre de refermer ce comics qu’une fois terminé. Il ne fait aucun doute qu’à travers ces magnifiques pages, où l’action prend le lecteur/spectateur aux tripes, le dessinateur prend son pied dans une sorte d’orgie mêlant sexe, meurtres, bastons, baisers langoureux, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne le scénario, il reste prenant malgré son classicisme indéniable. En effet, en 176 pages, cet ouvrage arrive à captiver le lecteur avec : une origin story, une présentation brève mais efficace de l’entourage de Renato Jones, le travail de justicier de l’ombre de notre anti-héros par le biais de plusieurs affaires malaisantes, même pour un lecteur averti. L’auteur n’hésite pas, à travers ces pages, à soulever les tabous de la société moderne, à crier haut et fort que l’argent révèle ce qu’il y a de plus mauvais en l’humanité. Aussi, il n’est pas impossible qu’après la lecture de ce premier tome, vous n’ayez pas de préjugés encore plus haineux envers les hommes politiques et autres dirigeants que vous connaissiez !

En bref, ce tome 1 est une véritable réussite, une grande promesse d’une série à fort potentiel qui, si l’auteur en à l’envie, peut devenir culte en développant l’univers.

Le Freelance, une fin définitive !?

Après avoir adoré et porté haut dans mon entourage le premier tome de cette série, c’est avec impatience que j’ai sillonné les réseaux sociaux et les moteurs de recherche afin de dénicher la moindre information sur cette suite. C’est donc en août 2018 que l’éditeur Akileos nous offre, en échange de 17€, la suite des aventures de notre anti-héro préféré du moment !

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce tome est bâclé ! Un peu comme si l’auteur avait été pressé de terminer son histoire car, là où le premier tome est efficace malgré la quantité d’informations qu’il nous divulgue, ce second tome nous noie dans une sorte d’incompréhension entre les scènes d’action qui s’enchaînent trop rapidement. Ce manque de temps morts empêche quelques peu de nous imprégner de l’information et de la digérer, aussi il n’est pas rare de devoir revenir quelques peu en arrière pour s’assurer de ne pas avoir loupé un élément important.

Partant du principe «qu’une fois que les gros poissons n’ont plus de plus petits pour se nourrir, ils finissent pas se manger entre eux.», l’auteur rentre dans une parodie totalement loufoque de la société actuelle et de la folie dans lequel l’humanité se noircit ! De plus, s’il y a cependant une prise de conscience de la part de Mr Jones que vivre pour tuer ne fait pas de lui un homme meilleur que ceux qu’il traque, cela n’apporte pas grand-chose à l’intrigue.

La patte graphique est, quant à elle, toujours aussi époustouflante. L’auteur se fait toujours plaisir et ça se ressent. Néanmoins, il n’est pas toujours évidant de donner du sens à la prise de décision de Kaare Kyle Andrews de donner un aspect monstrueux et dégoûtant à certains adversaires. Cela dessert, à mon sens, totalement la lecture qui semblait jusque là tenir une certaine cohérence en faisant un parallèle (involontaire?) avec des événements récents liés au terrorisme.

Si ce second tome n’a pas tenu ses promesses, pourquoi parler d’un comics qui se termine trop tôt pensez vous ? Tout simplement parce que le créateur avait installé quelque chose d’énorme dans la saison une, qu’il s’est empressé pour je ne sais quelle raison de terminer son travail sans apporter autant que son précédent tome, sans donner une fin digne aux aventures de Renato Jones. S’il s’avérait, comme il le sous-entend post-face, que Mr Andrews arrêtait véritablement son travail sur cette série à ce jour, je ne pourrai jamais considérer Renato Jones comme une lecture majeure, mais bel et bien comme une lecture de loisir, à fort potentiel mais qui n’a pas encore trouvé l’auteur qui saura le mettre pleinement en valeur.


 

Les intégrales de Comics Prime

La rédaction de Comics Prime aime lire et partager son avis (qu’il soit pertinent ou non). Cette catégorie d’articles revient sur une série terminée et qui nous aurait particulièrement plu (ou pas mais puisqu’on s’est fait chier à la lire, autant joindre l’utile à l’utile).

N’hésitez pas à donner votre avis si vous avez lu cette série et/ou si vous souhaitez nous en conseiller d’autres !

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer