Injustice 2 : un carton vidéoludique ? - Comics Prime

Annoncé depuis 1 an à grand renfort de teasers explosifs, Injustice 2 débarque enfin dans nos magasins. Il faut dire que le premier opus du studio avait impressionné les fans de comics. Et malgré ces quelques défauts celui-ci avait été pendant longtemps au top des ventes. Avec ce second opus Warner Bros Interactive a l’ambition d’améliorer cette franchise, histoire de tutoyer les leaders du marché des jeux de baston. Le pari est-il réussi ? Décorticage !

Fiche technique

Editeur : Warner Bros Interactive
Développeur : NetherRealm
Licence : DC Comics
Plateformes : XBOX ONE et PS4
Jeu testé sur PS4
Injustice 2 est la suite super-puissante du cultissime Injustice : Les Dieux sont parmi nous qui permet aux joueurs de créer et d’améliorer la version ultime de leurs personnages DC préférés. Avec son imposante sélection de super-héros et de super-vilains, les joueurs peuvent personnaliser les personnages emblématiques de DC avec des équipements uniques et puissants gagnés tout au long du jeu. De plus, pour la première fois, les joueurs peuvent contrôler l’apparence de leurs personnages mais aussi la manière dont ils se battent et se développent à travers plusieurs modes de jeu.

Superman président !

Dans Injustice Gods among Us, Superman avait complètement pété les plombs. Bon, on peut le comprendre sa femme Loïs Lane alors enceinte, s’était faite assassiner par le Joker. Kal El tua alors le clown et fit le serment de venger la mort de sa bien-aimée en éradiquant de manière permanente le crime dans Metropolis et Gotham. Le kryptonien rallia certains héros à sa cause dont Cyborg et Wonder Woman. Batman qui n’était pas d’accord avec la façon de faire de Superman réussi avec l’aide d’autres encapés à arrêter les projets de l’extraterrestre en le neutralisant dans une espèce de prison exposée au Soleil rouge et sous très haute sécurité.
Injustice 2 commence donc, pile à ce moment, une nouvelle alliance de vilain qui se fait appeler “la société” a fait son apparition, Bruce Wayne essaie tant bien que mal de reconstruire Gotham et Metropolis à l’aide d’une improbable alliance. Mais tout ce petit monde est loin d’imaginer qu’une menace de grande envergure s’abattra bientôt sur la terre… Comment nos héros et nos super vilains vont-ils y faire face ? Mais surtout qui distribue les cartes ?
Le moins qu’on puisse dire c’est qu’au niveau du scénario les petits gars de NetherRealm Studios se sont bien cassé la tête. Avec ses 6 heures de jeux en mode histoire.

Quoi de neuf sous le Soleil Rouge ?

S’il est difficile d’inventer la roue dans les jeux de combat NetherRealm Studios essaye pourtant d’apporter du neuf dans la licence. En effet ce deuxième opus propose deux nouveaux changements qui sont majeurs.

Crisis ?

La première c’est le nouveau mode Multivers qui est une carte de plusieurs terres où il est possible d’effectuer des tâches quotidiennes, pour gagner des crédits ou des pièces d’armure et ainsi booster votre personnage. Il y a donc les tâches quotidiennes mais aussi des tâches qui s’étendent sur une plus longue période. Ces missions sont de difficultés variables et certaines peuvent être débloquées seulement après un certain niveau. Ce mode ainsi que le mode multi vous permettra de monter de niveau votre personnage préféré en gagnant des points d’expérience à chaque combat.

Pimp my Heroes

La deuxième nouveauté notable est la possibilité de collecter ou d’acheter (en monnaie de jeu) des pièces d’équipement et même des sets d’équipements qui pourraient sensiblement vous donner l’avantage dans certains combats. Par exemple imaginez que Batman doive se battre contre Superman, il est possible d’optimiser l’armure du Chevalier Noir avec de la kryptonite, ce qui vous donnera un sérieux avantage pour battre l’Homme d’Acier. Il est possible aussi de changer de capacité spéciale et ainsi choisir la meilleure attaque selon la situation.

L’Union fait la force

Dernier gros changement notable, c’est l’apparition des Guildes dans Injustice 2. Pour y accéder c’est assez simple: il suffit de sélectionner la guilde qui vous inspire le plus et d’y rentrer, pour ma part j’ai rejoint la guilde “Guardians of the Galaxy”, la tentation était trop forte… Enfin bref, l’intérêt du système de guilde, hormis de se la péter au bureau avec nos stats, c’est que grâce aux efforts conjugués de vous et de vos alliés, vous allez pouvoir récolter un maximum de boîtes mère qui renferment de l’équipement, des capacités et des skins, qui sont classés d’une qualité commune à épique. Et c’est là que le mode Multivers prend tout sons sens puisque c’est grâce à vos actions dans ce mode que vous allez pouvoir contribuer au trésor de guerre de votre groupe et pouvoir ouvrir beaucoup de boîtes mère et ce quasi-dés l’entrée de votre profil. Le système est encore à ses débuts mais les développeurs nous promettent la possibilité d’avoir de grosses interactions entre joueurs du monde entier.

Comme à la maison

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que 70% d’un bon jeu de combat réside dans la maniabilité et l’équilibrage de celui-ci.
Commençons par la sensation manette en main. Rien de très neuf puisque’on a le même moteur utilisé dans Mortal Kombat et dans le premier opus d’Injustice. Donc des combos qui se font en combinant les touches carrées, triangle, croix et manette directionnelle. La touche rond utilise votre jauge de capacité spéciale, pour envoyer, pendant que vous combattez des pouvoirs spéciaux, tel que des batarangs ou ralentir votre adversaire pour avoir tout le temps de le rouer de coups, coucou Batman et Flash ! En ce qui concerne les autres touches la commande L1 sert à projeter votre adversaire tout en lui assénant un petit coup spécial dont vous avez le secret. Et enfin, les touches L2 et R2 sont à utiliser pour envoyer votre super attaque, qui sont, soit dit en passant, toutes super-impressionnantes. Pour lancer cette attaque dévastatrice, le système est assez classique, une jauge se trouvant du côté inférieur de votre personnage se remplit à chaque fois que vous subissez des dégâts. Vous pouvez alors, choisir deux options ou bien vous attendez que votre jauge soit à son maximum pour lancer votre attaque ou bien vous “brûlez” une portion de celle-ci pour la combiner avec l’un de vos combos, pour que ce dernier fasse plus mal à l’ennemi. Un système qui a déjà fait ses preuves et qui plaira aux habitués du genre, par contre les autres auront peut-être tendance à trouver le jeu trop rigide et paradoxalement trop simple dans l’exécution des mouvements. Pourtant le jeu est exigeant au niveau du timing et de la rapidité d’exécution de certains combos qui s’ils ne sont pas exécutés avec précision peuvent avoir des conséquences désastreuses pour l’issue du combat. De plus Injustice 2 a une courbe d’apprentissage assez correcte. En effet quand on trouve le héros qui nous convient, on progresse rapidement dans la maîtrise du personnage et on se retrouve vite à optimiser ses combos mais aussi son équipement.

T’as vu ma zone…

Difficile de se faire déjà un avis sur l’équilibrage du jeu, seul l’expérience joueuse sur le long terme pourra mettre en évidence les personnages qui sont “abusifs”. Mais j’ai déjà pu remarquer ici et là des grosses brutes où la “Super” est bien plus dévastatrice que celle d’un autre. Ou encore les dégâts de certaines armes qui pourraient faire passer les rayons calorifiques de Superman pour une douce caresse du vent dans vos cheveux un jour de printemps ! Les personnages qui ont des attaques de zones sont pour le moment, je pense en net avantage par rapport aux autres héros, qu’on mettrait plutôt dans la catégorie des “choppers”. On verra ce que tout cela donnera lors des prochains patchs (mais Black Adam est abusé !).

Plus on est de fous…

Du côté multi, rien de bien transcendant on a les modes avec et sans classement et il est aussi possible de défier des adversaires via des “salons de combat”. D’un point de vue connexion, pour le moment j’ai trouvé que ça roulait bien même plutôt bien. À noter que les combats ne se font pas en fonction de votre niveau ou « matchmaking » dans le jargon, il est donc possible de tomber sur un niveau 20 dès votre première connexion.

La nuit des héros

L’autre point fort de ce deuxième opus outre le casting (plus d’un vingtaine de personnages jouables immédiatement) c’est sans aucun doute la qualité du design et de l’animation, qui sont quasi irréprochables. Les protagonistes font plus vrais que nature et l’inspiration des costumes et de certains visages puisent directement dans la richesse de diversité du DCU. Chose, plus que logique puisqu’on connaît la volonté de DC d’inscrire ses héros dans l’inconscient collectif en faisant des raccords avec les films et les séries de la Distinguée concurrence. Comme évoqué un peu plus haut l’animation non plus n’est pas en reste, les mouvements de respiration, les super attaques et les coups qui font valdinguer votre ennemi dans un autre décor sont à couper le souffle. En parlant de décors on sent que les développeurs de NetherRealm Studios se sont bien éclatés en proposant une douzaine de « stages » ça va de Gotham à Metropolis en passant par la prison de Soleil Rouge où est enfermé ce bon vieux Superman. De plus pas mal d’éléments des décors sont cassables ou simplement peuvent être utilisés comme armes lors d’un combat. Ce sont ces petites choses qui font que Injustice 2 est un jeu vraiment fun à jouer.
Par contre on regrettera l’animation quelquefois un peu figée lors des cinématiques, c’est dommage car l’environnement autour à un bon rendu. Une dichotomie qui nous sort un peu de l’immersion.

Rien n’est gratuit dans Injustice

Tous les “achats” se font avec les crédits que vous gagnez en jeu. Par contre si vous désirez un personnage il faudra passer à la caisse, vous pouvez d’ores et déjà vous procurer Darkseid. Mais en ce qui concerne l’achat d’autres personnages,  pour le moment rien de concret n’a été communiqué par le studio, mais il est fort probable, que lors de l’arrivée de Wonder Woman au cinéma des packs de skins seront disponibles dans le shop. Wait and see…

Injustice 2 : un carton vidéoludique ?
Injustice 2 est la suite qu’on attendait, beaucoup de personnages dès le début, un mode solo qui pour un jeu de combat a une durée de vie plus qu'honorable. Un scénario intéressant qui fait échos aux Comicbooks Injustice et surtout du fun et du fan service. Seule petite ombre au tableau l’apparence trompeuse d'un système de jeu simpliste à première vue mais qui donne lieu à une marge de progression impressionnante. Ça rend néanmoins accessible Injustice 2 aux joueurs occasionnels. Quant aux férus de jeux de bastons, ils trouveront aussi leur bonheur dans l’optimisation de leur héros, tant au niveau de l’équipement que dans l'exécution parfaite des timings de combos. De plus le mode en ligne et le multivers vont vous tenir en haleine pendant quelque temps !
Graphismes
Maniabilité
Durée de vie
On a aimé
  • Du fun directement!
  • Le design des personnages
  • Le Multiverse
On a moins aimé
  • Maniabilité quelquefois trop rigide
  • L'animation lors des cinématiques
4.0Très bon

A propos de l'auteur

Amoureux des comics depuis son enfance, Irokee est l'instigateur du projet, ses séries préférées sont actuellement Deadpool, Uncanny X Force et Invincible. Il voue aussi une admiration pour Warren Ellis.

Articles similaires