Hillbilly tome 1 - Comics Prime

Une cover magnifique, un héros massif et stylé, une créature ressemblant à un ours sous stéroïdes. Pas de doute, on est bien devant la nouvelle série de M. Eric Powell.

Fiche Technique :
Scénario / Dessin : Eric Powell
Éditeur : Delcourt (VF) Albatross (VO)
Date de sortie: 24/01/2018
Pagination : 92 pages.
Sollicitation : Rondel est un vagabond aveugle qui, en réalité, comprend et voit le monde bien mieux que le commun des mortels. Rondel est un solitaire, armé d’un hachoir géant et qui est finalement plus à l’aise auprès des créatures magiques et des sorcières. Il est même devenu pour beaucoup un héros de folklore pour ceux qui errent à l’orée du monde des rêves. Mais Rondel est également bien plus que cela… 
 
 
 
 
 

La montagne, ça vous gagne !

Mais avant toutes choses, que signifie « Hillbilly » ? Pour faire simple, disons que c’est une personne ou une communauté qui vit recluse dans les montagnes. Avec son lot d’illettrisme et de choses étranges. Un univers qui convient parfaitement à l’auteur friand d’humour « gras » voir carrément « sale ».

Mais ici il n’en est rien.

Cet environnement isolé et inquiétant sera le théâtre de plusieurs histoires remplies de sorcières, esprits et autres trolls. Préparez-vous à rentrer dans un monde empreint de mélancolie. Nous y suivons Rondel, un chasseur de sorcières en quête de vengeance. Né d’un père inconnu et surtout sans orbites, il n’en faudra pas plus pour que sa mère et lui soient rejetés. Les poussant ainsi à l’isolement et à la merci des créatures des environs.

Parce que la protection d’un feu n’est pas éternelle, l’enfant maudit recevra des cours intensifs sur toutes les créatures surnaturelles, et plus spécialement les sorcières. Cela ne l’empêchera pas de se retrouver dans les griffes de ces créatures vicieuses et ô combien malines. Cette rencontre changera sa vie à jamais et c’est armé d’un hachoir aux pouvoirs surnaturels que Rondel va commencer sa vendetta contre tous les êtres maléfiques.

Une vie de vagabond propice aux rencontres brèves mais intenses. Deux personnes sortent néanmoins de ce schéma : Lucille, une ourse aussi massive que fidèle, et Esther, seule amie d’enfance du héros solitaire.

On dit que le cadet est souvent le plus difficile

La comparaison avec la série mère d’Eric Powell est donc inévitable. Des héros badass, peu entourés (du moins au début), un univers fantastique et une atmosphère pesante.

Cependant, cette nouvelle série est loin d’égaler sa grande sœur.

Véritable chef-d’œuvre du comics indépendant, « The goon » fait partie de ces séries qui ont su grandir et surtout faire grandir leurs auteurs. Il vous suffit d’ouvrir les premiers et derniers tomes de la série pour vous rendre compte de l’évolution sur le plan graphique.

Chose qu’on retrouve ici avec beaucoup de plaisir. L’auteur est au top de sa forme et chaque page est une vraie prouesse.

Là où le bât blesse c’est au niveau narratif. En faisant déambuler son personnage au gré de diverses chasses et rencontres, aucun fil rouge ne se dessine clairement. On apprend bien les origines du héros, mais ensuite on ne peut s’empêcher de se poser la question : « mais où nous emmène-t-il ? ». Si on prend en compte le format comics originales de 24 pages et l’amour du monsieur pour les pulps, on peut déjà comprendre un peu mieux ce choix. Mais, toujours pour comparer, « the Goon » n’a pris son titre de série culte qu’avec l’arrivé du 6ème tome. Un tome surpuissant qui approfondissait le personnage pour la première fois, mais aussi et surtout une histoire « à suivre ».

Si on met de côté ce point, les histoires restent très bonnes et Powell nous fait encore une fois part de son talent pour transmettre des émotions en toute subtilité.

Hillbilly tome 1
Mon avis est donc partagé sur cette nouvelle série. Peut-être parce qu’Eric Powell fait partie de ces auteurs que je tiens en très haute estime. Ce n’est pas pour autant que j’ai passé un mauvais moment de lecture. Les pages se dévorent et on y revient avec plaisir pour admirer le travail du maître. Et si on a encore faim, les bonus de l’édition Delcourt sont là pour nous aider. Et puis quand on attend le deuxième volume d’une série, en général, c’est bon signe.
Scénario
Dessin
  • Un bon point d’entrée dans l’univers particulier de Powell
  • J’attends le tome 2 et ça c’est toujours bon signe
  • Un héros au design génial
  • Le format histoires courtes
  • Les personnages Ester et Lucille sous exploités
3.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer