Hasard ou Destinée - Comics Prime

Hasard ou Destinée, des mois que cette oeuvre me tentait en VO et voilà que inopinément on le trouve enfin dans nos régions ! Ni une ni deux, je me lance dans la lecture de ces 3 histoires dont j’avais entendu tant de bien. Le livre est beau, l’intérieur à l’air sublime, me restait à découvrir l’ambiance et les scénarios !


Fiche Technique:

Couv_218576

Scénarios : Becky Cloonan.
Dessins : Cloonan Becky .
Lettrage et Traduction : Serge Lapointe.
Editeur : (Studio) Lounak.
Genre : Récits médiévaux Fantastiques.
Date de sortie: Mai 2014. Mais étrangement il n’est apparu que très récemment dans nos rayonnages.
Pagination: 112 pages.
Titre Original : « By chance or providence ».

Sollicitation :

Hasard ou Destinée regroupe pour la premières fois les trois récits auto publiés par l’artiste américaine Becky Cloonan. Acclamé par la critique, gagnant du prix Eisner pour le meilleur récit, Hasard ou Destinée nous plonge dans un univers médiéval sombre, où romantisme et fantastique s’enchevêtrent avec brio.


 tumblr_n20szpflnI1qgf3d3o1_1280

Les 3 contes :

Loups : Un guerrier se voit ordonner par son suzerain de traquer et tuer un loup-garou rôdant dans ses bois. Alors qu’il progresse dans sa poursuite forestière le chasseur ne pense qu’à retrouver sa bien aimée.

Mon avis : ce premier récit est sans doute le moins  réussi des trois (mais je pinaille), sa trame scénaristique est un peu décousue mais introduit impeccablement la mélancolie et le rythme des récits à suivre. On est confronté aussi directement avec les planches magnifiques, toutes en noir et blanc, de Becky Cloonan. C’est le meilleur récit visuel des trois avec cette forêt omniprésente qui hante les cases. Au final je réalise qu’il n’est peut être pas moins prenant que les autres. Il vous faut juste du temps pour vous mettre dans le bain (de sang) et il mérite une seconde lecture une fois que vous êtes ambiancé.

Le Marais : Aiden est l’écuyer du Seigneur Owain. Ce dernier demande au jeune homme de quitter le champ de bataille afin de porter une missive au château d’Ironwood. De nombreuses légendes entourent la destination d’Aiden et c’est avec beaucoup d’appréhensions qu’il entame un voyage qui lui en apprendra bien plus qu’il ne le pensait sur son passé et son futur.

Mon avis : C’est ce récit qui a remporté le prix Eisner du meilleur récit et c’est vrai qu’on se laisse emporter par cette histoire horrifique et envoûtante, nimbée de mystères qui donnent l’envie de tourner les pages pour en savoir plus. Sans doute le point culminant scénaristique du recueil mais bien moins contemplatif que les deux autres récits.

Déméter : Anna habite en bord de mer et après une tempête elle recueille un homme qui s’est échoué : Colin. Elle et Colin tombent amoureux et semblent filer le parfait amour, mais Anna commence à avoir des visions hantées et elle revit le jour de l’arrivée de son compagnon.

Mon avis : Ici c’est l’ambiance qui remporte la palme. Cette histoire est d’une immersion folle, lancinante et envoûtante. L’histoire de ce couple qui semble à nouveau, comme dans les autres récit, être maudit par des forces occultes est sincèrement poignant.

hasard 1

Est-ce que la hype est justifiée ?

Becky Cloonan a su s’imposer ces dernières années chez DC comics principalement sur des titres de la Bat-famille. Notamment aux côtés de Scott Snyder qui signe ici la préface du livre tel un parrain bienfaisant qui s’est également illustré dans des récits d’ambiance horrifique. On a également quelques mots de Jim Lee, en tout simplicité, en fin de livre. Bien imposée par son travail assidu, bien entourée donc et totalement à juste titre. L’éditeur Montréalais (ville ou l’auteure à vécu) sort ici un ouvrage magnifique et richement ornementé avec un carnet de 22 pages de croquis et travaux préparatoires en bonus. Tout ce petit monde célèbre Becky Cloonan et ses 3 récits qui ont comme point commun un univers médiéval fantastique sombre, désolé, mélancolique, émouvant, une profondeur de caractérisation incroyable en très peu de dialogues et très peu de pages. On retrouve l’ambiance visuelle qu’on a pu voir dans son travail pour Northlanders notamment, mais en plus abouti. Un bel objet qui a une belle âme et un charme visuel indéniable. On a, selon moi, tour à tout, une réussite visuelle, une réussite scénaristique puis une réussite d’ambiance. Ou du moins ce sont les caractéristiques qui priment lors de la lecture de chacune des histoires. Ce sympathique et élégant ouvrage aura une place de choix au premier plan de votre bédéthèque.PlancheA_218576

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer