Guide de lecture : Punisher - Comics Prime

Parce que l’été c’est fait pour bronzer, se détendre, festoyer, et rattraper son retard dans les séries, votre humble serviteur vous propose un guide de lecture sur le Punisher. Le rapport ? La présence du personnage dans la saison 2 de Daredevil. Une sélection nécessaire pour un personnage atypique.

punisher-rucka-checchetto-2

Être au mauvais endroit au mauvais moment. Voilà une expression qui sied à merveille au Punisher. Franck Castle, ancien militaire, savoure son retour du Viêt Nam entouré de sa femme et ses deux enfants. Jusqu’à ce fameux jour. Alors que la famille Castle pique-nique dans Central Park, elle va être témoin d’un règlement de comptes. Les mafieux décident alors d’éliminer ces témoins gênants. Seul Franck s’en sortira vivant, seul Franck et sa rage insondable qui va le mener à sa vendetta contre le crime.

Punish02

Sa première cible, le clan Costa. Responsable de la tuerie de Central Park, la famille mafieuse sera entièrement décimée lors d’une fête. Tous, excepté Billy Russo, qui sera gravement défiguré en étant défenestré. Il reviendra sous le nom de Jigsaw (Puzzle en Français) et sera la seule Némésis de Castle, dans le sens où il arrive à survivre à chacune de leurs rencontres.

Maintenant que le décor est posé, passons à notre sélection !


Sommaire

1. Première apparition

2. Punisher circle of blood

3. Punisher war zone par Chuck Dixon et John Romita Jr

4. Punisher war journal par Mike Baron

5. L’épopée de Garth Ennis

6. Punisher Max de Jason Aaron

7. Punisher war journal de Matt Fraction

8. Le Punisher de Remender

9. Le Punisher de Greg Rucka

10. Le Punisher de Nathan Edmondson

11. Le Punisher à travers les médias

Conclusion


Première apparition :

1423292Le Punisher est apparu pour la première fois dans la série the amazing Spider-Man # 129 de 1974. Le Chacal, ennemi de Spider-Man et élément clé de la saga des clones, fait croire au Punisher que l’homme araignée est responsable de la mort de Gwen Stacy.

À la suite de plusieurs altercations musclées, le Punisher comprendra son erreur et se retournera contre le Chacal. Spider-Man lui proposera alors son aide, ce à quoi notre anti-héros répondra :

“I’m just a warrior, fighting a lonely war.”

Une histoire réservée aux fans purs et durs qui veulent voir les débuts du Punisher. Pour les autres, ils y trouveront une histoire délicieusement rétro certes, mais surtout centrée sur l’homme araignée (normal vu qu’on est dans sa série). À vous de voir donc !

En VF :

  • Kiosque: Strange # 107 (Lug, 1978)
  • Kiosque: Strange spécial Origines # 250 (Lug, 1990)
  • Kiosque: Spider-Man les incontournables # 7 (Panini Comics, 2007)
  • Librairie: Spider-Man l’intégrale 1974 # 12 (Panini comics, 2007)
  • Kiosque: Spider-Man classic # 9 (Panini comics, 2014)

En VO :

  • Kiosque : The amazing Spider-Man # 129 (Marvel, 1974)
  • Librairie : Essential Punisher # 1 (Marvel, 2006)

2. Punisher circle of blood

3. Punisher war zone par Chuck Dixon et John Romita Jr

4. Punisher war journal par Mike Baron


Punisher Circle of blood :

13936111_1Véritable tournant dans l’histoire éditoriale du Punisher, “circle of blood” est surtout la première mini-série sur le personnage. Terminé les apparitions dans The amazing Spider-Man donc et bonjour au succès !

L’histoire commence à Ryker’s island. Le Punisher a été piégé et le voilà enfermé avec les criminels qu’il déteste tant. Un huit clos oppressant qui retranscrit bien le monde carcéral, avec sa dose de testostérone et ses guerres de gangs. Une première partie qui verra le retour de Jigsaw, commanditaire de l’arrestation du Punisher. Puis arrive Cervello, un parrain de la mafia, qui vient proposer une alliance pour s’évader.

Le Punisher accepte dans un premier temps, mais ne manquera pas d’essayer de le tuer dès la première occasion. Cette force de caractère impressionnera grandement le directeur de la prison qui fait partie d’une organisation secrète appelée Trust, qui combat le crime de toutes les manières possibles. Le Punisher accepte avec méfiance de les aider dans cette tâche.

punishercircleofblood

Leur plan est simple : utiliser l’annonce de la chute du Caïd pour déclencher une guerre des gangs et les entrainer dans un cercle destructeur sans précédent.

Il ne faudra pas longtemps pour voir ceci arriver. Mais les victimes innocentes que ces échanges vont engendrer vont pousser notre justicier à se poser les bonnes questions quant à son « employeur ». Encore plus, lorsqu’il apprend l’existence de tueurs portant son uniforme.

Circleofbloodimé

Une histoire réaliste, prenante et solidement bâtie, qui a vraiment donné au Punisher l’aura qui le caractérise encore aujourd’hui. Un homme sombre, en colère, diablement efficace dans le carnage, mais juste un homme. En proie aux doutes, aux regrets, la voix off décrivant les états d’âme du justicier apporte encore plus de profondeur à la psyché du personnage.

Un must have.

En VF :

      • Librairie: Cercle de sang 1, 2 et 3 (Comics USA, 1989)
      • Librairie : Punisher – cercle de sang (Panini comics, Best of Marvel, 2009)

En VO :

      • Kiosque: Punisher (v.1) # 1 à 5 (Marvel, 1986)
      • Librairie : Essential Punisher # 1 (Marvel, 2006)
      • Librairie : Punisher circle of blood (Marvel, 2011)

 

Le succès rencontré par Circle of blood poussera Marvel à lancer une série régulière sur le Punisher. Les histoires de cette première série sont souvent en one shot, ce qui empêche les auteurs d’approfondir le personnage.

Il faudra attendre les 2 séries spin off de la série principale pour avoir des histoires vraiment consistantes : Punisher war zone et Punisher war journal.


3. Punisher war zone par Chuck Dixon et John Romita Jr

4. Punisher war journal par Mike Baron

5. L’épopée de Garth Ennis


Punisher war zone par Chuck Dixon et John Romita Jr

PunisherWarZone1

Punisher war zone pose ses bases sur Circle of blood. On y suit un Punisher sans concession, évoluant dans un monde réaliste, dépourvu de super héros.

Une série plaisante avec une continuité entre chaque volume qui nous donne l’impression d’être dans une immense fresque sombre et intense (surtout avec les dessins de Romita). À noter qu’on lui doit aussi la création de Microchip, fidèle sideckick inventeur, et la futur Lady Punisher Lynn Michaels.

En VF :

      • Librairie : Punisher – Rivière de sang (Panini comics, best of Marvel, 2013, contient # 31-36)

En VO :

      • Kiosque : Punisher war zone # 1 – 41 (Marvel, 1992 – 1995)
      • Librairie : The Punisher war zone (Marvel, 2002, contient # 1 – 6)
      • Librairie : The Punisher : Barbarian with a gun (Marvel, 2008, contient # 26 – 30)
      • Librairie : The Punisher : River of blood (Marvel, 2005, contient # 31 – 36)

4. Punisher war journal par Mike Baron

5. L’épopée de Garth Ennis

6. Punisher Max de Jason Aaron


Punisher war journal par Mike Baron

warjournal

Alors que la vision de Dixon transpire la fureur et le sang, et ne s’éloigne jamais trop de New York, celle de Baron se révèle plus « légère » (ça reste quand même du Punisher) et à rayonnement international.

On suit donc un Punisher plus compatissant, tolérant ( ??!??) mais surtout avec un certain sens de l’humour ! Ce qui donne à cette série un air de James Bond (avec Daniel Craig) agréable et intriguant. Intriguant car on a rarement vu un Punisher si bavard, surtout avec les super-héros.

En VF :

      • Librairie: Un récit complet Marvel  # 30– jungle saga (Semic, 1991, contient # 6 – 7)
      • Librairie: Punisher – journal de guerre (Panini comics, Marvel gold, 2013, contient # 1 – 7)

En VO :

      • Kiosque: Punisher war journal # 1 – 80 (Marvel, 1988 – 1995)
      • Librairie : Punisher war journal classic # 1 (Marvel, 2008, contient # 1 – 8)

5. L’épopée de Garth Ennis

6. Punisher Max de Jason Aaron

7. Punisher war journal de Matt Fraction


L’épopée de Garth Ennis

PunishergarthennisDifficile de parler du Punisher sans évoquer le passage de l’Irlandais perturbateur : Garth Ennis. Pendant 9 ans, durant 3 séries et pendant plus de 118 numéros, Ennis aura su s’approprier le personnage comme personne, lui influant son humour noir incisif et ses histoires para militaires.

Un retour salvateur pour le personnage qui a été aseptisé par une surexploitation au sein de la maison des idées. Le Punisher dira d’ailleurs dans le premier numéro qu’il convient d’oublier le passé. Ici on retourne à l’essentiel, l’extermination pure et simple des criminels.

 

Le Punisher monte d’un cran dans sa guerre contre le crime. Impassible, modèle d’inventivité pour tuer du vilains, quasi muet, ultra efficace, on est devant une vraie machine de guerre. La série aurait pu être ennuyeuse vu la froideur de Castle, mais c’était sans compter sur les personnages secondaires.

punisher-bear

Résidant dans un appartement miteux, le Punisher sera amené à croiser régulièrement ses voisins : une femme dépressive qui ne demande qu’à attirer son attention, un jeune punk drogué et un homme obèse qui limite son régime aux pizzas. Chaque rencontre entre ces protagonistes et le tueur antipathique est hilarante. Sans parler du détective Soap, véritable aimant à problèmes, qui va se retrouver responsable du dossier Castle, et qui finira par quasi devenir son indic.

Ce second degré se retrouve également dans les ennemis. Du simple homme de main complètement débile, à Ma Gnucci, véritable sorcière des temps modernes, on se retrouve face à une galerie de vrais vilains. Mais la plus grande réussite de ce run reste le personnage du Russe : montagne de muscles, quasiment invincible et invulnérable, il est aussi dérangeant que fascinant. On attend chacune de ses interventions avec impatience.

lerusse

Mais qui dit New York dit aussi super-héros… Sauf que Garth Ennis n’aime pas les super héros. Et on le ressent très bien. Teintant chacune de leurs interventions d’une délicieuse dérision, on se retrouve à aimer voir nos héros préférés se faire malmener. Torture psychologique pour Daredevil, face à face perturbant avec le Russe pour Spider-Man et émasculation au fusil à pompe pour Wolverine.

Puis arrive le label Max. Un label créé pour accueillir des séries pour adultes avec des versions plus violentes et plus terre à terre des plus grands héros Marvel. Un label parfait pour le Punisher.

Ennis nous emmène donc dans un premier tome saisissant où l’on suit Franck au Viêt Nam. Le ton est donné : tripailles, personnages réalistes, second degrés inexistant (sauf à l’arrivée de Barracuda, qui nous rappelle furieusement le Russe).

punishermax

Une série brute qui enverra Castle défourailler du proxénètes, des membres de l’IRA, diverses mafias, des vraies crapules, détestables au plus haut point. Et c’est avec un certain plaisir coupable qu’on voit le Punisher mettre fin à leurs méfaits.

Ne passons pas par 4 chemins, le run d’Ennis est un INDISPENSABLE. Pour l’humour noir parfaitement dosé, pour la série Max tirant vers le polar, pour la trace indélébile que ces séries vous laissent, et pour tout un tas de raisons ! Le meilleur moyen de commencer le Punisher pour capter son essence si particulière.

John Bernthal (Shane Walsh de Walking Dead) s’est d’ailleurs inspiré de ces séries pour travailler son prochain rôle dans la saison 2 de Daredevil.

Jon-Bernthal

En VF :

      • Librairie: Punisher #1 – 9 (Panini comics, 100% Marvel, 2000-2004) ou Punisher omnibus (Panini comics, Marvel Omnibus, 2010)
      • Librairie : Punisher Max #1 – 14 (Panini comics, Max, 2004 – 2009)

P.S : les volumes #15 – 18 ne sont pas de Garth Ennis, mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont moins bons ! (Sauf peut-être le #18 qui est une compilation de petites histoires).

      • Librairie : Punisher par garth ennis omnibus (Panini comics, 2010)
      • Librairie : Punisher max 1 – 5 (Panini Comics, Marvel deluxe, 2014 – 2017)
      • Librairie : Punisher Par Garth Ennis 1 et 2 (Panini Comics, Marvel Icons, 2016-2017)

En VO :

      • Kiosque: Punisher (v.5) #1 – 12 (Marvel, 2000 – 2001)
      • Librairie : Punisher : welcome back Franck (Marvel, 2011, contient # 1 – 12)
      • Kiosque : Punisher (v.6) #1 – 37 (Marvel, 2001 – 2004)
      • Librairie : Punisher omnibus (Marvel, 2008, contient #1 – 37)
      • Kiosque : Punisher Max #1 – 65 (Marvel, 2004 – 2009)
      • Librairie : Punisher Max #1 – 10 (Marvel, 2006 – 2008 )

6. Punisher Max de Jason Aaron

7. Punisher war journal de Matt Fraction

8. Le Punisher de Remender


Punisher Max de Jason Aaron

5107b6JUCkL._SY344_BO1,204,203,200_

Faisant suite directe au Punisher Max de Ennis, Aaron nous propose de suivre la dernière croisade du Punisher. Une fin épique avec un ennemi de taille, Kingpin (le Caïd).

Un Punisher fatigué, qui va devoir se battre contre des ennemis redoutables, dont la version Max de Bullseye. Complètement fou et pervers, ce dernier poussera Castle dans ses derniers retranchements, une situation qui nous rappelle qu’à la base, le Punisher n’est qu’un humain. Et là, on se rend compte de tout ce qu’il a « accompli », toutes ces années et comment la haine peut être tenace. Un chemin de croix douloureux pour nous, comme pour Castle, qui vivra ses derniers instants seul et meurtri.

Une conclusion d’une justesse incroyable pour un personnage si violent.

Punishermax-v2-Punisher-Bullseye

En VF :

      • Librairie: PunisherMax #1 – 2 et 4 – 5 (Panini comics, 2011 – 2012 )

P.S : les # 3, 6 et 7 sont des compilations d’histoires relativement dispensables.

En VO :

      • Kiosque: PunisherMax #1 – 22 (Marvel, 2010 – 2012)
      • Librairie: PunisherMax #1 – 4 (Marvel, 2010 – 2012)

7. Punisher war journal de Matt Fraction

8. Le Punisher de Remender

9. Le Punisher de Greg Rucka


Punisher war journal de Matt Fraction

51WR-mSeORL._SY344_BO1,204,203,200_

Alors que le Punisher de Garth Ennis prend le parti de s’éloigner de l’univers Marvel (sauf à de rares occasions pour dérouiller du super-héros), celui de Matt Fraction prend la direction opposée en l’incorporant complètement. Et ce à travers un événement majeur : Civil War.

Allant même jusqu’à avoir un rôle très important dans l’histoire, en sauvant Spider-Man d’une mort certaine, il l’emmènera ensuite dans la cachette de Captain America.

Mais un désaccord sur les méthodes expéditives du Punisher mettra Cap dans une colère noire, s’ensuit un règlement de compte des plus violents, où Castle, refusant de porter la main sur son idole, encaissera coups après coups, jusqu’à ce qu’ils soient séparés. Le Punisher tire donc sa révérence pour l’instant.

Jusqu’à…. ce qu’il apprenne la mort de l’homme soldat ! Et quel meilleur moyen de lui rendre hommage que de prendre son costume pour continuer sa mission ? Un costume aux couleurs du Punisher et de Captain America, voilà qui ne va pas plaire à tout le monde ! Mais Castle ne poursuit que son objectif principal : sa vendetta.

01332bf11cf5036106b3bedc03924ee5

Plus tard, alors qu’il se retrouve aux prises avec une organisation criminelle, il va rencontrer son nouvel acolyte, un ancien vilain du nom de Ravage.

Ses prochaines aventures le verront affronter le fils de Kraven qui a kidnappé tous les supers vilains « animaux » (dont le Rhino et le Vautour), le retour de Jigsaw, et un agent du Shield bien décidé à le coffrer.

Une très bonne série, notamment les deux premières aventures qui voient le Punisher en véritable conflit avec la communauté super héroique et surtout son idole de toujours.

En VF

      • Kiosque: Marvel Icons hors-série # 11, 12, 15 (Panini Comics, 2007 – 2008)
      • Kiosque: Marvel Saga # 1, 2 (Panini Comics, 2009)
      • Librairie: Civil war # 6 (Panini comics, Marvel Deluxe, 2014)

En VO

      • Kiosque: Punisher war journal (v.2) # 1 – 28 (Marvel, 2007 – 2009)
      • Librairie: Punisher war journal # 1 – 5 (Marvel, 2007 – 2009)

8. Le Punisher de Remender

9. Le Punisher de Greg Rucka

10. Le Punisher de Nathan Edmondson


Le Punisher de Remender

Remender

Le Punisher et le fantastique. Deux mots qui, de prime abord ne vont pas vraiment ensemble (sauf dans la récente série secret wars où le Punisher et le Docteur Strange font équipe). Pourtant, Remender ne va pas hésiter une seconde à s’engouffrer dans ce style qu’il affectionne particulièrement.

En y allant progressivement, il va confronter le Punisher à un groupe de vilains ressuscités, qui n’hésiterons pas à utiliser sa famille pour le déstabiliser : premier coup (très) dur.

Ensuite en s’attaquant à Norman Osborn dans Dark Reign. Puis, arrive Dark Reign List, et sa confrontation avec Daken, le fils de Wolverine.

Il finit découpé en morceaux et récupéré par un peuple souterrain, et là on se dit que ça va faire mal.

C’est donc avec beaucoup d’appréhension qu’on accueille Franken-Castle !

Et autant le dire tout de suite, c’est surprenant. Dans le bon sens du terme. Car en fin de compte, la but reste le même : la vengeance. Et c’est à travers ce thème universel, qu’on retrouve notre personnage en proie avec toutes sortes de créatures. Le voici donc devenu le protecteur des monstres, jusqu’à ce qu’il trouve le moyen de (re)devenir humain.

Ces deux séries sont peut-être les moins faciles d’accès, en vue de leurs liens très prononcés avec l’univers Marvel, mais elles n’en restent pas moins de très bonnes qualités punisherparremender

En VF :

      • Kiosque: Marvel Saga # 4, 6, 8, 10, 11 et 12 (Panini Comics, 2009 – 2011)
      • Kiosque: Dark Reign hors-série # 1 (Panini Comics, 2010)

En VO :

      • Kiosque: Punisher (v.8) # 1 – 21 ( Marvel, 2009 – 2010)
      • Kiosque: Dark Reign : The list – Punisher (Marvel, 2009)
      • Librairie:Punisher Dark Reign (Marvel, 2009)
      • Librairie: Punisher dead end (Marvel, 2010)
      • Librairie: Punisher Franken-Castle (Marvel, 2011)
      • Librairie: Punisher in the blood (Marvel, 2011)
      • Librairie: Punisher by Rick Remender omnibus (Marvel, 2012)
      • Librairie: Dark Reign The list (Marvel, 2010)

9. Le Punisher de Greg Rucka

10. Le Punisher de Nathan Edmondson

11. Le Punisher à travers les médias


Le Punisher de Greg Rucka

warzone

Il faut plus qu’une petite résurrection pour stopper notre Punisher. Le revoici donc, plus motivé que jamais pour combattre le crime sous la plume d’un des maîtres du genre polar Greg Rucka. Son écriture maitrisée et racée donne un nouvel élan au Punisher. Une aventure beaucoup moins poisseuse que les autres, mais beaucoup plus intense.

La plus grande force de l’auteur reste surtout son traitement habile et rafraichissant des personnages féminins. Il ne déroge pas à la règle, et propose une nouvelle équipière au Punisher, forte et déterminée. Et ça ne sera pas de trop, pour faire face à une nouvelle organisation qui n’hésite pas à vendre aux enchères d’anciennes armes de super vilains au marché noir. Son nom : the exchange (la bourse en Français). Une véritable enquêtel’intelligence du Punisher sera plus mise en avant.

Original-Punisher-and-New-Punisher

Aussi dans ce run, une histoire complète avec Daredevil et Spider-Man, the Omega Effect. Un disque dur appartenant à Red Ridchards, qui contient tous les secrets des plus grandes organisations criminelles tombe dans les mains de Daredevil. Avant même qu’il ne décide quoi faire de ce pouvoir, le Punisher arrive avec son propre plan. De son côté, Richards charge Spider-Man (nouveau membre de la Fondation du Futur) de récupérer le disque. Une situation qui s’annonce explosive, et qui le sera bel et bien !

omegaeffect

Rucka concluera son magnifique run d’une manière explosive : Punisher enter the war zone.

L’utilisation d’un lance toile par le Punisher mettra Spidey hors de lui. Ce dernier, fera tout pour faire comprendre aux Avengers que le Punisher est un problème on ne peut plus sérieux, et qui doit être géré le plus rapidement possible !

C’est donc une véritable chasse à l’homme qui va commencer à travers le monde. Mais même face à des demi-dieux, le Punisher n’est pas une cible facile.

A lire sans aucun doute.

punisher4658

En VF :

      • Kiosque: Marvel Knights (v.2) # 1 – 10 (Panini Comics, 2012 – 2013)
      • Kiosque: Marvel saga (v.2) # 1 (Panini Comics, 2014)
      • Librairie : Punisher 1 et 2 (Panini Comics, Marvel Deluxe, 2016-2017)

En VO :

      • Kiosque: Punisher (v.9) # 1 – 16 (Marvel, 2011 – 2012)
      • Kiosque: Punisher : War Zone # 1 – 5 (Marvel, 2012 – 2013)
      • librairie: Punisher by Greg Rucka # 1 – 3 (Marvel, 2012 – 2013)
      • librairie: Punisher War Zone (Marvel, 2013)

10. Le Punisher de Nathan Edmondson

11. Le Punisher à travers les médias

Conclusion


Le Punisher de Nathan Edmondson

Punisher_09_Cover

Marvel Now n’aura pas échappé au Punisher qui a quitté New York pour Los Angeles.

Il commence à prendre ses aises dans la ville des stars, allant même prendre un café tous les matins avec une policière. Le soleil, la mer, les relations humaines, voilà qui pourrait être le paysage idéal pour une retraite largement méritée.

Mais tout cela n’est qu’une façade. En réalité, le Punisher est en guerre contre un cartel de drogue. Mais le plus surprenant reste à venir… . Alors qu’il règle son compte à un membre de ce cartel à coup de bazooka (finesse quand tu nous tiens), Castle va devenir la cible d’un groupe super entrainé, le Howling commandos.

1409652_orig

Une série dans le même moule que la précédente. Même si le coté polar a été remplacé ici, par un récit plus militarisé. On retrouve un Punisher malin, qui utilise toutes son expérience pour mener à bien sa mission.

Une nouvelle série parfaite qui annonce du bon pour l’avenir du Punisher !

En VF :

      • Kiosque: Marvel Saga (v.2) # 4 et 7 (Panini Comics, 2014 – 2015)

En VO :

      • Kiosque: The Punisher (v.10) # 1 – 20 (Marvel, 2014 – 2015)
      • Librairie: The Punisher # 1 et 2 (Marvel, 2014 – 2015)

11. Le Punisher à travers les médias

Conclusion


Le Punisher à travers les médias

Le Punisher a déjà eu droit à 3 adaptations cinématographiques. Ce qui en soi, prouve bien la popularité du personnage. Parlons maintenant de la question qui fâche : sont-ils bons ??

Si comme votre serviteur, vous êtes un fan de nanard entre amis, oui. Sinon, passez votre chemin.

Le premier film avec Dolph Lundgren reste difficilement justifiable. Exit le costume et bonjour blouson en cuir et jean. Exit solitude et bonjour assistant qui sort de nulle part. Terminées, aussi les références au Viêt Nam. Un film d’action sympathique qui tient plus de la relecture que de l’adaptation.

the-punisher

Contrairement au deuxième avec Travolta et Thomas Jane. Ici on a le droit à de nombreuses références et personnages des comics (notamment les voisins de Castle et le Russe de Garth Ennis). Le film reste toutefois relativement mauvais, avec des acteurs pas vraiment inspirés et une histoire qui se prend trop au sérieux. Cependant, au second degré, comme ghost rider 2, on passe un bon moment.

the-punisher_film2

Puis vient le dernier film. J’avoue que ma passion pour les direct to dvd m’empêche d’être objectif, mais je vais quand même essayer. Oh et puis non, ce film est génial ! Grâce à une distribution et des moyens moins importants que les films Marvel classiques, la réalisatrice a pu disposer d’une liberté relativement agréable. Du gore, de l’action, des moments WTF, tout est là pour passer un bon moment. Et avant tout, on a compris l’essence du personnage dans ce film, et c’est le premier à le réussir ! C’est pourquoi on devient tolérant face à ces petits écarts, à ces petites lenteurs et à ces personnages légèrement réinterprétés.

3708337-8397119106-Punis


Conclusion

Vous l’aurez donc compris, le Punisher est un personnage complet, offrant de nombreuses histoires de qualités.

Comme tout héros populaires, il a eu le droit à plusieurs versions de lui-même (Ultimate, dans l’espace, …) mais aussi à des crossovers plus ou moins réussi (Thunderbolts, Eminem,…).

J’ai volontairement ignoré ces histoires pour me concentrer uniquement sur ce personnage si complexe et intéressant.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer