Generation Zero : Nous sommes le futur - Comics Prime

Des ados rebelles aux super-pouvoirs viennent foutre le brin dans une ville parfaite et se frottent à des créatures résolument abstraites. Bien ou bien ?

Scénario : Fred Van Lente.
Dessins :  Francis Portela, Diego Bernard.
Couleurs : Andrew Dalhouse.
Éditeur : Bliss Comics (vf), Valiant Comics (vo).
Date de sortie: 12 janvier 2018.
Pagination : 248 pages.
Sollicitation : Très jeunes, les enfants de la force d’attaque appelée Génération Zéro ont été kidnappés par le Projet Rising Spirit et entraînés à devenir des soldats télépathes. Après des années d’emprisonnement, ils ont enfin réussi à gagner leur liberté. Ces ados en fuite ont juré de se protéger mutuellement et d’utiliser leurs pouvoirs pour défendre une génération sans avenir : les jeunes comme eux. L’une d’elle s’appelle Keisha Sherman. Son petit ami a été retrouvé mort à Rook, une ville devenue la plus high-tech du pays presque du jour au lendemain par la volonté d’un géant du web. Lorsque Keisha envoie un appel désespéré sur internet, son lycée voit arriver d’étranges nouveaux étudiants… Alors que la nouvelle de la présence de la Génération Zéro se répand, le groupe d’ados prodiges va découvrir qu’ils sont loin d’être la chose la plus étrange à se cacher derrière les façades immaculées de Rook…

Ce récit complet est signé Fred Van Lente (Archer and Armstrong, Ivar), avec Francis Portela (Faith) et Diego Bernard (X-O Manowar). Science-fiction, conflits générationnels et rejet de l’autorité sont au cœur de ce récit complet captivant.

Generation Zero

Une petite bande d’ados aux super-pouvoirs vient (potentiellement) en aide à qui les appelle ; s’ils jugent la requête fondée s’entend. Ils se font appeler Generation Zero, sont au nombre de 7 et disposent de pouvoirs divers et variés : Cronus, le leader, peut concentrer de l’énergie brute pour détruire (ou soigner, c’est selon), Telic peut voir quelques secondes dans l’avenir, Animalia peut prendre des formes diverses, Cloud capte les pensées de tout le monde, les jumeaux Zygos sont suffisamment intelligents que pour faire passer Sheldon Cooper pour un élève de primaire et Gamète est un foetus pouvant contrôler n’importe qui et se mouvant grâce au corps comateux de sa mère. Bref, une bande joyeux drilles à la formation militaire qui a, accessoirement, fait sauter toute la ville de Mexico.

Keisha

Keisha Sherman est une goth de Rook, ville des plus florissantes et à la pointe de la technologie ; voire même au-delà. Son père est le shérif de la ville et son petit ami est tragiquement décédé dans un accident de voiture. Cette dernière, sentant que l’explication donnée par son père sonnait passablement faux, fait appel à Generation Zero pour l’aider à élucider cette affaire. Bien entendu, ils vont mettre le doigt dans un engrenage qui fera tomber la façade de cette ville par trop parfaite.

Smells like teen spirit

Le pitch de base est alléchant à souhait et son déroulement rapide, nerveux et foutrement tordu. Affirmer que Fred Van Lente a fait du bon boulot est une lapalissade. Néanmoins, malgré les (très) bonnes idées qui peuplent cette œuvre, le côté « les-adultes-c’est-tous-des-pourris-et-nous-les-ados-on-est-les-meilleurs-et-on-s’en-fout » peut, potentiellement, taper sur le système (du père d’une pré-ado que je suis) même si je suis en complète adéquation avec le rejet d’une autorité stupide, cupide et bornée telle que dépeinte dans ces mêmes pages. Nous avons aussi droit à une kyrielle de clichés sur les différents profils qui font les choux gras des récits sur l’adolescence.

Les dessins, bien que réalisés par Francis Portela et Diego Bernard, sont excessivement bien torchés et le passage de flambeau d’un artiste à l’autre est totalement transparent – les traits ont d’ailleurs un petit quelque chose de Gabriel Rodriguez qui a tout pour (me) plaire. De plus, ils subliment le récit de Van Lente de façon assez magistrale.

Bref, ce volume est (encore !) une excellente surprise.

 

Generation Zero : Nous sommes le futur
Encore une excellente surprise chez Bliss Comics ! Une idée de base peu commune (ce n'est pas plus mal) et une réalisation soignée ; bref, que du bonheur malgré le côté un peu too much du conflit générationnel ...
Dessins
Scénario
Ce qu'on a aimé
  • l'idée de base
  • les personnages
Ce qu'on a moins aimé
  • le côté too much du conflit générationnel
4.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer