[FRANCO BELGE] Conan le Cimmérien - Chimères de fer dans la clarté lunaire - Comics Prime

Ce 6ème tome est apparemment une adaptation faite à deux mains par Virginie Augustin. Si le nom ne vous dit rien, vous avez forcément déjà vu son travail sur des films d’animation Disney et sur des dessins animés passés sur les chaines françaises. Du coup avec un tel pedigree que vaut l’adaptation de cette nouvelle si peu connue de Conan ?

Fiche Technique :
Scénario :
Robert.E. Howard, Adapté par Virginie Augustin.
Dessins : Virginie Augustin.
Couleurs : Augustin Virginie.
Style : Heroic Fantasy.
Éditeur : Glénat.
Date de sortie: 12 Juin 2019.
Pagination : 72 pages +8 pages de cahier bonus dans la 1ère édition.
Sollicitation : 
Une jeune femme en danger est poursuivie par son vil maître. Conan, dont les siens viennent d’être décimés par ce même maître, met un terme à la cavale de la belle et la sauve d’un coup d’épée. Liés par le destin, le couple décide alors de prendre la route ensemble. Leur périple les mène sur une île où ils découvrent sur place d’étranges ruines habitées par une sombre magie. Leur refuge paradisiaque se transforme aussitôt en huis clos étouffant où rodent les ombres. Qui sait l’étendue des dangers qui y résident… ?

On a dit pas les chimères !

Conan et une « princesse » à sauver, classique, mais ça commençait un peu mal pour me surprendre. Je pense connaitre mes classiques chez Conan, mais cette nouvelle là était passée sous mon radar. Une jungle mystérieuse, des ennemis sanguinaires, des monstres sanguinaires, un héros sanguinaire, ok je suis en terrain (sanguinaire) conquis niveau pitch. Direct je me dis : « oula ils ont été chercher un récit mineur pour ce tome 6 », ou encore : « serait-ce le tome de trop comme aime à le dire Irokee notre rédac-chef et eschatologiste de séries à temps plein ? » Peut-être bien, mais Virginie Augustin n’y est pour rien (sauf si c’est elle qui a choisi la nouvelle de son plein gré). Elle n’y est pour rien parce que que cela soit l’écriture, ou, et j’y reviendrai dans le prochain paragraphe, le dessin, elle a fait un boulot impeccable. Alors oué Conan le Cimmérien est une collection « all stars » me direz-vous et c’est bien là qu’on le sent : comment quelqu’un de talentueux sauve du naufrage un matériau de base trop vu et revu, la leçon en une bd sous vos yeux. Ceci dit, parlons de ce que cela raconte, cette jungle mystérieuse qui renferme un danger omniprésent mais insaisissable, ce temple flippant dont on ignore si il est hanté et/ou rempli de statues qui vont s’animer, on en devient un peu parano comme Olivia contrastant avec le calme et la maîtrise du barbare torse-nu. On a donc un récit au pitch assez court qui nous tient intelligemment en haleine durant l’entièreté de ses planches en nous forçant à frénétiquement tourner les pages pour voir si on se joue de nous (et des héros) ou pas. Olivia découvre tout cela et permet au lecteur de s’identifier à elle et de laisser  Conan être monolithique et inéluctable, maîtrisant les situations à chaque moment, tel l’aventurier rompu à tous les dangers de ces environnements hostiles. Du coup ne crachons pas dans la soupe, si l’histoire de base est faiblarde, l’adaptation est grandiose.

Mâchoire carrée, coeur tendre.

Graphiquement parlant c’est du très beau travail, dynamique, explicite et très lisible visuellement, très bien colorisé, parfaitement dans l’esprit, des décors et paysages splendides. L’auteure nous ravi à tous les points de vue et son Conan massif est un réel plaisir. On change sans cesse de lieux, depuis le palais ou Olivia est une esclave/favorite de harem, aux marais, au champ de bataille, jungle, temple, en mer. Une réelle aventure certes classique, mais un classique qui fait voyager là où ça compte vraiment : dans votre coeur autant que dans votre imagination.

 

 

 

[FRANCO BELGE] Conan le Cimmérien - Chimères de fer dans la clarté lunaire
D'un côté superbe travail de l'auteure: adaptation, dessins, couleurs. de l'autre un récit trop classique qui nous essouffle un peu après 6 tomes. cela n'en reste pas moins une vraie belle Aventure avec un grand A.
Scénario
Adaptation
Dessins
Ce qu'on a aimé.
  • Le travail d'adaptation.
  • Le Conan monolithique qui assure.
  • L'ambiance parano.
Ce qu'on a moins aimé.
  • Le récit de base ennuyeux.
  • Faut être fan de Conan pour lui pardonner sa répétitivité.
3.4Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer