[FIRST CONTACT] Justice League : No Justice #1 - Comics Prime

La mini écrite à 6 mains par les scénaristes stars de l’écurie DC Comics (Scott Snyder, James Tynon IV, Joshua Williamson) est enfin sortie mercredi passé. Vu les noms sur la cover de ce premier numéro, j’ai, je l’avoue, le secret espoir que cette fine équipe accompagnée de Francis Manapul au dessin me fasse enfin oublier le travail de Bryan Hitch sur la série Justice League estampillée ‘Rebirth”. Et ce même si cette mini doit être considérée plutôt comme un crossover qu’un véritable retour de la série phare de l’éditeur

Ai-,je eu raison d’encore faire preuve de clémence vis-à-vis de cette équipe (que j’aime) malmenée depuis un petit temps par la Distinguée Concurrence ?

La planète de Brainiac est au bord d’une explosion causée par quatre entités, son seul salut est de prévenir son ennemi de toujours (aka Superman) et la Justice League que le danger qui est en train d’envahir sa planète a pour prochain objectif la Terre. Mais au lieu de prévenir de manière courtoise la JL, il va tout de suite les séparer pour créer des équipes qu’on pourrait qualifier d’héteroclites, puisqu’il ne se contente pas de “capturer” les petits amis de Superman mais il décide de taper plus largement en piochant dans la Suicide Squad, dans les Teen Titans et les Titans afin de créer ses propres rosters pour combattre la menace qui s’abat sur sa planète.
En outre, pour qu’ils aient une petite chance de venir à bout de ces entités, les équipes doivent être au nombre de 4, Brainiac sera contraint de piocher chez certains ennemis de nos héros pour que cet équilibre soit optimal.

Comme vous pouvez le constater Snyder et ses petits amis ont pris tout ce qu’ils aiment : une menace intergalactique et des héros issus d’équipe diverses. Et ça se voit que tout au long de l’écriture, ils s’amusent, avec les références, les vannes entre coéquipiers, par exemple les dialogues entre Damian et Harley Quinn, sont juste savoureux. On regrettera tout de même, que certain personnages n’ont pas encore véritablement été exploités, mais n’oublions pas que c’est seulement le numéro un et j’ai toute confiance en la capacité des auteurs de corriger le tire au fil de cette mini qui, il faut le rappeler, sera en 4 parties.

Côté planche à dessin, c’est Francis Manapul qu’on retrouve et, bien entendu, on en prend plein les yeux et comme à son habitude c’est par le découpage de ses splash pages qu’il mettra tout le monde d’accord sur son talent.

Alors, on continue ou pas ?

Oui !!! Parce que c’est frais, c’est décomplexé, il faut prendre Justice League : No Justice, comme un prétexte à l’introduction d’un crossover survitaminé où les auteurs s’amusent de manière décomplexée. Attention à ceux qui attendaient le retour de la Justice League, on n’y est pas encore, mais c’est en bonne voie et prometteur pour cette équipe qu’on a envie d’encore aimer. Pour terminer, on notera tout de même la ressemblance troublante entre le scénario d’Avengers et celui-ci… Coïncidence ? Je ne crois pas…

Disponible chez DC Comics

First Contact est une rubrique où l’on vous donne notre avis à chaud uniquement des premiers numéros de séries sorties aux USA. On y aborde de manière irrégulière des titres Marvel, DC mais aussi indé.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer