Dragon Ball Xenoverse 2 - Comics Prime

Un an et demi après la première mouture voici la suite du MMOBaston de Bandai Namco développé encore cette fois par Dimps. La licence attire toujours autant l’oeil des millions de fans, mais ce qu’en est il de cette deuxième mouture ? Mise à jour ou vrai refonte ?

1467894446-9044-jaquette-avant

Fiche Technique :

Style : Jeu de combat.
Développeur : Dimps.
Editeur : Bandai Namco.
Date de sortie : 25 Octobre 2016.
Modes de jeu : Solo et Multi en ligne.
Testé sur : Xbox One.
Disponible sur :
Playstation 4 , PC, Xbox one.

 

 


Qui n’aime sérieusement pas Dragon Ball ? Doit- y en avoir c’est certain, mais n’hésitez pas à vous manifester. La quête perpétuelle du jeu Dragon Ball ultime est longue et a divisé la communauté depuis le début des adaptations : Tenkaichi ? Budokai ? Butôden ? Il y a un an exactement sortait Dragon Ball Extreme Butôden sur 3DS et en Février 2017 débarque Dragon Ball Fusions, sur la même plateforme. Y en a pour tout les goûts et de toutes les couleurs. Or donc ici on a la version en ligne multijoueurs (ou non si vous préférez, j’y reviendrai) des aventures des héros de Toriyama.

latest

La quête finale des 7 boules de cristal ?

Je tiens à commencer par dire que mon expérience avec le 1 est maigre, vu chez des potes, essayé rapidos parce que c’est Dragon ball. C’est donc avec un oeil quasi neuf que j’attaque la création des persos. Riche et variée tout en restant dans le thème, la customisation des persos vous permet de choisir parmi 5 races jouables : Humains (stats équilibrés avec un Ki qui remonte tout seul) Sayens (moins de vie, plus forts au corps à corps, plus ils sont blessés plus ils font mal) Nameks (ils frappent moins fort, mais ont énormément de vie ainsi qu’une régénération d’endurance accrue) Majins (Grosse défense, endurance qui régénère moins vite) et enfin la race de Freezer (très rapide, moins puissante).
Après une intro unique pour chaque race vous vous retrouverez comme nouvelle recrue dans la police du temps. Votre base d’opération sera la ville de Conton (qui est selon ce que j’ai lu 7 fois plus grande que TokiToki city dans le premier jeu) véritable hub central où vous vous entrainerez, ferez les magasins, prendrez vos quêtes, vous téléporterez dans des failles temporelles, etc… Il est impossible de voler dans cette ville au début, mais après quelques heures de jeu (une dizaine) l’option se débloque et on profite encore plus de la taille de la ville dans sa verticalité.

C’est donc au travers de quêtes principales et de quêtes annexes que votre personnage évoluera en puissance et dans le scénario. On suit, en gros, la trame de la saga à ceci près qu’il y a des altérations avec un méta scénario qui met en place les grands méchants de l’histoire. Grands méchants qui sont vraiment cool par rapport aux derniers antagonistes que la série nous a balancé (je pense à battle of gods par exemple), bon ce sont les mêmes vilains que dans le 1 mais Towa et Mira (image en dessous) ont un cara design réussi et font le taf, très clairement.
En qualité de flic temporel donc vous viendrez en aide aux héros lors des combats clés de Dragon Ball (Z) et de certains des films, vous en répondrez aux Kaioh et Trunks qui vous guideront dans vos aventures principales. Ces aventures principales se débloquant au fur et à mesure que vous avez le niveau requis, atteignable en faisant les quêtes parallèles dans Conton : des quêtes fedex et des combats principalement avec un enrobage scénaristique Dragon Ballesque : gérer des conflits internes dans l’armée de Freezer, protéger les boules de crystal du Grand Ancien et Dendé dans la faille de Namek, aider Gohan, Videl et jaco dans leurs quêtes de justiciers sous les pseudos de great sayaman, etc…

Vous ferez également évoluer votre personnage via les entrainements et les achats dans les comptoirs. Plus vous avancez dans le jeu plus vous débloquez des Maîtres qui vous apprendront des techniques et qui peuvent même devenir votre Maître particulier, véritable mentoe, si vous portez votre choix sur quelqu’un en particulier (il vous aidera en cas de difficulté), ici aussi gros fan service afin de débloquer les techniques uniques des personnages de la série. Les comptoirs vous permettront aussi de débloquer des costumes, techniques et objets (soins, boost) avec soit des Zeni (la monnaie de cet univers) soit avec des médailles PT, plus rares mais donnant accès à des exclus non trouvables avec les Zeni. La progression est rapide et classique : vous améliorez vos caractéristique à chaque niveau, privilégiant le style de votre personnage : bourrin au corps à corps, à distance, increvable en endurance pour vous téléporter tout le temps et partout, ou une véritable banque de points de vie, rapidité, etc…

1

Venons en aux mains !

Ce deuxième volet, pour les puristes, à un argument de poids : les 60fps constants. C’est propre rapide et ça sert le style ultra pêchu (beaucoup plus pêchu que le un). Bon on va pas se le cacher, c’est ultra jouissif mais répétitif comme souvent. téléportations dans le dos, patates immenses qui envoient les ennemis dans des montagnes, suivi d’un Kamehameha qui affole le compteur de combo. Les combats sont une grosse réussite, voire la plus grosse réussite du titre. La marge de progression existe, vous découvrirez peu à peu la palette de possibilités de votre personnage. Au niveau 40 vous débloquerez même la forme de super sayen (ou l’équivalent selon votre race), et disons le tout net, vous vous y croirez, c’est encore une fois jouissif, les combos ont un impact fou, même si vous pouvez spammer le même sans chercher à affiner, vous gagnerez les combats même si vous ne vous fatiguez pas. Pas que le jeu soit facile, enfin si il l’est 80% du temps, mais il vous fera vitre regretter de vous frotter à des challenges trop durs ou votre gestion trop bourrine du 1 vs plusieurs. Vous devrez gérer votre Endurance pour ne pas vous retrouver à court de téléportation au pire moment, vous devrez gérer votre Ki afin de sortir les attaques spéciales qui vous permettent de vous débarrasser d’une fâcheuse situation ou au contraire de défoncer un adversaire avec un Kikoha monstrueux. A ce niveau là donc le jeu tient ses promesses, tout répond parfaitement et si vous vous donnez la peine de varier les plaisirs de combos et de techniques, en cherchant celles qui vont le mieux fonctionner dans votre style de jeu, le jeu deviendra encore plus fun.

1474622579-4424-card

Les modes de jeu

La grosse nouveauté sont des genres de « raids » à 6 contre un ennemi super balaise, il y aura des phases de combats et des stratégies à adopter pour venir à bout de ces boss. Vous affronterez des grands méchants en mode ultra vénère comme les formes singes des Sayens. Ces derniers demanderont de l’entre-aide et franchement c’est très réussi, comme quand vous devez allez à plusieurs repousser le Kamehameha de l’ennemi spammant la touche tous ensemble pour stopper une attaque qui sinon tuerait tout le monde. Je n’en dirai pas plus, mais belle innovation de ce 2.

Le jeu permet de passer du mode solo au mode multi assez facilement, vous pouvez également jouer à deux. Mais quoi qu’il en soit, IA ou autres joueurs, vous ferez rarement du 1 vs 1 et donc vous verrez tout ce beau monde s’envoyer des mandales et voler dans les décors, rendant les mêlées assez dynamiques.

dragonballxenovrse2-2

Là ou le bas blesse

Ça aurait été trop beau si le jeu avait été parfait dés sa deuxième itération. Si les voix sont nickels et on peut mettre le jeu avec les voix jap si l’ont veut, les musiques quant à elle sont désastreuses, directement sorties d’un catalogue de titres libres de droits (je suis même persuadé en avoir entendues dans d’autres jeux) la musique de cirque de Conton vous flinguera le cerveau à un moment, c’est obligé. Pas de thèmes musicaux connus, comme souvent dans les adaptations. Autre point négatif c’est les cut-scenes ou les personnages discutent, freezant le combat pour vous et laissant vos coéquipiers se faire défoncer tant que le méchant n’a pas fini de dévoilé son plan. C’est extrêmement frustrant et ça m’a même fait recommencé des combats à quelques reprises. Enfin l’IA n’est pas la plus géniale du monde mais reste dans la moyenne des titres du genre. Ah si une dernière chose, les murs invisibles sont d’une violence incroyable, c’est bien évidemment le risque dans un jeu où on peut voler librement, mais y a pas grand chose de pire pour vous sortir de votre hype d’un combat épique qu’un mur invisible absolument pas là ou vous l’attendiez.

2

En bref

Si vous aimez Dragon Ball et que vous n’avez pas fait Xenoverse 1, foncez, surtout si vous avez des potes pour jouer avec vous. Si vous avez le 1 et que vous l’avez bien retourné ça devient beaucoup plus questionnable. Le jeu est bien plus abouti que son ancêtre, de ce que j’ai vu, ils ont corrigé et enrichi le jeu de manière satisfaisante. Passé outre (ou pas) les quelques problèmes : les musiques insupportables, les murs invisibles et les dialogues en combat interminables. Le jeu est ultra jouissif, dynamique, riche et généreux. Le 60FPS est très appréciable également même si pas toujours visible. Le contenu est riche, se dévoilant peu à peu, il contentera les fans : rassembler les boules de cristal, faire d’un personnage votre mentor, vous transformer en super sayen, si vous avez joué au 1 votre ancien perso sera le héros mis en avant au centre de Conton City, et la storyline qui arrivera jusqu’aux épisodes les plus récents ou les moins connus. Je me suis vraiment beaucoup amusé malgré les quelques défauts plus irritants que pénalisants.