[CINÉMA] Deadpool 2, l'avis de la Rédac' ! - Comics Prime

Il y a longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine vivaient des super-héros qui étaient tous passés sous la coupe de l’oncle Walt. Tous les super-héros ? Non, un irréductible trublion résiste encore et toujours au rongeur envahisseur.

Yann

Deadpool 1 en fois 2

Je pensais sincèrement et un peu naïvement aller voir ce film avec le cerveau éteint et en fait pas du tout. Est-ce une bonne nouvelle ? Oui, à ma grande surprise, mais c’est pas un tableau de chasse impeccable que nous livre ce bout-en-train de Ryan Reynolds. Nos équipes ont mené l’enquête.

Deadpool 2 c’est avant tout un film hilarant, si si, facile un voire deux crans au dessus du premier. C’est un film fan service là aussi un ou deux crans au dessus du premier. C’est un film blindé de références métas et de ruptures du 4ème mur, normal c’est Deadpool vous me direz, mais là on passe allègrement un cap au niveau du nombre de références à la minute !
Le mot d’ordre très visible, et même un peu trop, est le soin apporté à surpasser  le volumineux cahier des charges de ce qui a formé le succès du premier. Et c’est ce qui m’amène à mon premier gros point noir : à vouloir trop en faire on ne peut pas faire mouche à tous les coups. Le film est ultra méta et c’est souvent assez drôle, parfois lourd, et rarement, mais malheureusement, parfois c’est très mal-venu. Quand un film excuse ses propres facilités avec du méta avec des dialogues du genre (littéralement) « les scénaristes sont des fainéants », chez moi ça passe une fois grand max. Le film essaye trop d’être drôle du coup ça grossit le trait des blagues qui ne font pas mouche.

Méta cagoule

Le scénario est blindé de surprises, de contre-pieds, et on ne s’ennuie pas un seul instant sauf à la toute fin où il y a des longueurs reloues (vraiment reloues) dont je ne vous parlerai pas pour votre propre bien ! les acteurs sont au top et Deadpool arrive même à jouer sur des tableaux émotionnels inattendus. Josh « Cable » Brolin nous livre à nouveau, après son Thanos XXX(X)L,  une prestation incroyable, c’est le cable que j’attendais ni plus ni moins. Gros big up à Zazie « Domino » Beetz aussi qui est juste terrible, drôle et badass à la fois, avec de la bonne répartie et des scènes d’actions parmi les meilleures du film. le reste du cast n’est pas en reste (duh) mais la prestation des trois protagonistes principaux est à souligner.

Il est temps d’en finir Wade

Ce film est une grosse réussite qui tire un peu trop sur ses propres ficelles, et ce quasi jusqu’à la rupture. C’est heureux qu’ils n’annoncent pas un troisième film Deadpool (sous cette forme) car, bien qu’ayant pleuré de rire, ils ont fait le tour de la formule et je ne pense pas qu’ils pourront aller plus loin. sage décision donc mais c’est avec une impatience incroyable que j’attends X-Force maintenant. Et par pitié allez le voir en VO, je ne pense pas que plus de 20% des blagues passeront en VF.

Si vous devez retenir deux qualités et deux défauts :
+ L’humour et les références non-stop.
+ Le fan service.
– Trop de méta tue le méta.
– Une fin au rythme anti-climatic.

Je lui donne l’excellente note de 3,9/5

Lord Craft

Le pitch

[ATTENTION SPOILER] N’ayant pas trouvé de pitch digne de ce nom sur les Internets et n’ayant pas envie de vous spoiler tout le film, je me bornerai à quelques mots-clefs : Cuisinière au gaz, boom, massacres, Céline Dion, Colossus, Firefist, Ice Box, Cable, évasion, Russel, Canada, X-Force, Domino, Pennywise, Black Quelque Chose, Brad Pitt, Peter, Thanos, this but a scratch, basic instinct, vengeance, Cornetto, le gamin, CGI, slow-motion, scène trop longue, manipulation temporelle, générique, scène cachée, bisous.[/ATTENTION SPOILER]

Ryan Ipsum

Le premier Deadpool avait déjà placé la barre très haut et ce deuxième volet des aventures du super-héros le moins politiquement correct du multivers l’égale (voire le dépasse) et, aussi étonnant que cela puisse paraître, il arrive même à donner une dimension sérieuse au personnage (toutes proportions gardées) ainsi qu’à ses propos.

Bref, c’est une tuerie. Ce film est truffé de références qui font référence à d’autres références et, dans ce cas-ci, la référence ne tue pas la référence (même si je ne suis pas certain de toutes les avoir chopées). C’est drôle (très) et malgré une scène un peu trop longue à la fin (et pour laquelle j’attendais un gag qui n’est jamais venu), je ne me suis pas ennuyé une seule minute.

Je pourrais parler des vannes (qui n’arrêtent pas un seul moment), du jeu des acteurs (dont aucun ne se prend au sérieux), du personnage de Deadpool en lui-même, de ses compagnons de jeux mais non. Je préfère vous laisser le soin de le découvrir par vous-même en espérant que le pitch posé plus haut vous aura donné envie d’aller le voir.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer