Daredevil par Frank Miller tome 3 - Comics Prime

Daredevil, héros torturé par excellence, revient sur le devant de la scène grâce à la série éponyme. Une série qui a su capter toute l’essence de ce personnage ô combien intéressant. A travers ce 3ème tome du run mythique de Miller, Panini nous propose de redécouvrir deux récits fondateurs, aussi bien pour l’homme sans peur, que pour le Comics Américain.

dd1Fiche technique

Scénario : Frank Miller
Dessin : David Mazzucchelli, John Romita JR
Editeurs : Panini Comics (VF), Marvel (VO)
Date de sortie : 01/07/2015
Pagination : 400 pages

Sollicitation : L’ancien amour de Matt Murdock; Karen Page; a malencontreusement révélé l’identité de l’homme sans peur. Daredevil doit alors rassembler ses forces pour affronter le Caïd ! Découvrez aussi la véritable histoire de Matt; de son enfance tourmentée à l’accident qui l’a doté d’incroyables pouvoirs. Les deux récits Renaissance et L’Homme sans peur sont accompagnés de nombreux bonus exclusifs.

Highway to hell

« Born again » (ou Renaissance pour les Francophones), voilà un titre qui veut tout dire. Après avoir relancé le personnage en 1981 durant 42 épisodes, Frank Miller passe le relais à Denis O’Neil pour pouvoir s’attaquer à d’autres œuvres (plus particulièrement The Dark Knight returns).

Toutefois, Miller avouera que son passage sur Daredevil lui a laissé un goût d’inachevé : « C’était comme si mon premier séjour sur Daredevil avait constitué les deux premiers actes d’une pièce et qu’à présent l’heure avait sonné pour le troisième acte »

4 ans après avoir quitté le héros cornu, revoici donc Miller qui compte bien sonner le glas pour son personnage.

Karen Page, secrétaire et petit amie de Murdock, a toujours voulu devenir actrice. Un rêve cependant inaccessible, qui va faire sombrer la jeune femme joyeuse dans la drogue et la pornographie. Complètement accro et ruinée, elle va mettre le feu aux poudres en vendant la mèche : Matt Murdock est Daredevil. Karen obtient sa dose, le dealer une info et le Caïd obtient une arme implacable contre sa Némésis.

Une descente aux enfers orchestrée d’une main de maître, où Matt va perdre tour à tour son travail, sa nouvelle petite amie, ses amis, son appartement et surtout son costume. Un costume qui n’apparait que très peu dans cette histoire. Ici on suit l’homme, faible, brisé, qui a perdu tous ses repères. Jusqu’à l’arrivée quasi divine de Maggie, la mère inconnue de Matt. Une rencontre qui va l’aider à remonter peu à peu la pente. Ce qui rend le retour du héros complètement épique et salvateur.

dd

Salvateur pour notre héros qui s’est vu dépecé de tout ce qui le rendait heureux, mais également salvateur pour le lecteur. Car on a ici affaire à un récit sombre, passionnant, usant, et précurseur pour l’époque.

Une narration sublimée par les dessins virtuoses de David Mazzuchelli. Des angles audacieux, de la noirceur dans les scènes de détresses, majestueux dans les scènes d’héroïsmes, il est complètement à l’aise et ceux pour notre plus grand plaisir.

Mention spéciale pour la première page des chapitres qui sont d’une maîtrise et d’une cohérence incroyable.

daredevil---the-man-without-fear-124662

La naissance du Diable

« The man without fear » a été écrit comme les origines définitives du personnage. L’histoire sera d’ailleurs la source d’inspiration principale de la série.

Si la mère de Murdock était mise à l’honneur dans « Born again », c’est ici la figure paternelle qui sera au centre du récit.

Un « Battlin’ Jack Murdock » aussi perturbant que touchant. Vivant seul avec son fils, Jack se montre aimant et consciencieux dans son rôle. Ce qui rend ses accès de colère saisissants. On comprend alors que le personnage est plus profond qu’il n’y parait.

Miller ne se fait pas prier pour nous jeter la vérité à la figure. Jack concilie donc sa vie de papa avec la boxe, mais surtout avec le rôle d’homme de main pour la mafia. En parallèle nous suivons le petit Matt qui, après un acte héroïque, perd la vue. Un handicap qui va se transformer en bénédiction grâce à Stick qui va le prendre sous son aile.

4615861_3_7c40_ill-4615861-7760-daredevil-traje-rojo-2_b0106379515b939306d5ea6d3b5c1e70

Inspiré par la force de son fils, Battlin’ Jack refusera de se coucher lors d’un match, entrainant son meurtre.

Après ce moment fort, on suit le jeune héros successivement dans le rôle de vengeur masqué, d’étudiant en droit, d’amoureux transit, pour finir par un homme froid, sans concession, et décidé à changer les choses. Ainsi né Daredevil.

ManWithoutFear_05

Là où le premier récit transpire le désespoir, celui-ci porte un message d’espoir et de bravoure.

Chaque personnage à son importance et ils sont magnifiés par les dessins de Romita JR, qui livre ici un de ses meilleurs travail. C’est fluide, nerveux, et certaines planches imposent une classe incroyable.

Le diable frappe toujours trois fois

Un troisième tome indispensable tout simplement.

Même si vous êtes passé à côté des deux précédents, nous avons ici deux histoires complètes (plus un team up avec Spider-man sympathique mais sans plus) qui ont fait de Daredevil ce qu’il est aujourd’hui.

Et si en plus vous êtes un fan (comme moi) vous savez qu’on attendait ça depuis un moment. Enfin une édition décente, pour un héros qui est souvent mis de côté dans la politique éditoriale de Panini comics. La série n’y étant pas pour rien, on peut espérer que la saison 2 poussera l’éditeur à remettre sur le devant de la scène un autre (anti) héros de la maison des idées : le Punisher.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer