Critique VF : John Prophet - Tome 1 : Rémission - Comics Prime

9782365772150-couv-M200x327

Scénario: Graham Brandon
Dessin: Collectif
Editeur: Urban Comics

Sollicitation :
L’Humanité s’est éteinte il y a des siècles, éradiquée par des formes de vies plus anciennes et plus sages sans doute. Si elle a disparu, la civilisation des Hommes n’en reste pas moins sans ressources. Lorsque John Prophet s’extrait de sa capsule, encore abruti du temps passé en cryostase, il se met en marche avec un objectif clair en tête : ressusciter l’empire humain et activer la balise qui propagera à travers le cosmos le signal du réveil de ses autres clones, disséminés aux quatre coins de la galaxie.

Contexte :
Avant de commencer cette critique un petit récapitulatif s’impose, pour bien comprendre comment est arrivée ce comics sur les étalages des librairies :
John Prophet est un personnage créé par Rob Liefield, le monsieur était une super star dans les années 90 et se distingua chez Marvel par son travail sur les New Mutants et surtout X-Force.

2-6En 1992 il décide de quitter la Maison des Idées et prends avec lui au passage des dessinateurs qui commencent à « monter » comme Jim Lee, Whilce Portacio, Marc Silvestri, Erik Larsen, Todd McFarlane et Jim Valentino, (autant dire qu’il a du flair le bougre !) et fondera avec eux Image Comics. C’est donc le temps des gros flingues, des gros muscles et des seins démesurés ; marque de fabrique de l’éditeur à l’époque. Et c’est dans Youngblood #2 (juillet  1992), que l’on voit apparaître pour la première fois le personnage de John Prophet..

L’aventure prendra malheureusement fin et beaucoup de séries s’arrêteront brutalement et celle-ci ne dérogera pas à la règle. De plus des tensions au sein d’Image Comics, donneront naissance à d’autres entités comme Wildcats ou encore Top Cow.

L’année passée aux USA, Image Comics décide de ressortir des armoires, des séries telles que justement Youngblood, Glory et John Prophet, ces comics seront estampillés « EXTREME ». Le concept est simple reprendre les séries où elles se sont arrêtées mais avec de nouvelles équipes créatives.

C’est donc tout naturellement que Urban Comics nous livre John Prophet à partir du numéro 21, car la numérotation n’a pas été remise à zéro, mais pas de panique ce n’est pas pour autant, que vous serez totalement largué à la lecture de ce comics.

L’histoire :
La première partie du bouquin se concentre sur les missions spécifiques de John Prophet, qui on un intérêt capital pour la survie de l’univers et puis au fur et à mesure on comprends que John Prophet n’est pas le premier John Prophet (vous me suivez ?), et tout le récit se concentre alors sur ce qui va arriver à ces John(s) et surtout comment vont-ils arriver (peut-être) à remplir cette mission.

Mon avis :
johnJohn Prophet est une série vraiment atypique, la première chose qui frappe lors de la lecture, c’est la narration au ton contemplatif, ce qui donne une impression de regarder un reportage, d’ailleurs pour certaines pages il faut les relire à quelques reprises pour en comprendre toute la substance. Certes cette narration peut déstabiliser (même si elle est quelque fois parsemée par des dialogues) mais elle donne vraiment une ambiance au récit, et grâce à cette exercice de style on a presque l’impression d’entendre, de sentir se qui se passe d’une case à l’autre.

La deuxième chose qui semble évidente c’est les différentes influences de l’auteur, qui a été sans doute baigné dans du Métal Hurlant ou encore a été fort influencé par des lectures comme Conan le Barbare.

Le souci majeur de ce comics est son coté élitiste, les nombreuses influences nous aident malgré tout à nous repérer dans l’univers dangereux de Prophet. Mais il faut avouer que ce n’est pas un comics à lire devant la télé. De plus au niveau graphique c’est quelques fois difficile d’accès même si la patte des nombreux dessinateurs est homogène, on est quand même dans un trait expérimental ; tantôt on a un trait fin, tantôt un dessin un peu tremblotant, entremêlé d’un style expressionniste où les taches font offices d’astres.

planche_dec1

En conclusion ce bouquin est un ovni dans le monde du comics, à mi-chemin entre l’œuvre chorale et contemplative son potentiel est énorme, en effet l’univers à l’air d’être immense et nous plongeons véritablement dans un scénario où de nombreuses intrigues s’entrecroisent. Malgré un style qui pourrait rebuter pas mal de lecteurs, ce premier tome donne envie de découvrir la suite des aventures de John Prophet.

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer