Critique V.F: Flex Mentallo (Urban: Vertigo Deluxe) - Comics Prime

Flex Mentallo – Collection: Vertigo Deluxe (128 pages, 14€, sortie le 11 Janvier 2013)

Scénario: Morrison Grant

Dessin: Quitely Frank

 

Couv_180736Présentation et Synopsis :

J’ai déjà vu passer des ovnis en matière de comics, de BD et de manga mais là Grant Morrisson (scénariste loin dans sa tête) m’a envoyé encore plus loin que d’habitude avec son « Flex Mentallo », héros ressuscité des années 40.

Par contre, rien à dire sur le travail de Franck Quitely à part qu’il est, et reste, au top !

Faire le pitch de cette histoire est une véritable plaie, donc je vais tenter d’être aussi clair que possible …

Donc Flex Mentallo est notre héros, mélange de Swarzie et d’Aldo Maccione, équipé d’un splendide boxer en léopard et de chaussures de boxe, le tout surmonté d’un magnifique imperméable “Columbo“ … (c’est choquant ? pourtant ce n’est que la vérité cher lecteur aux yeux écarquillés). Cet homme nourrit aux protéines va devoir bosser sur une affaire assez étrange ; en ville quelqu’un pose des bombes mais celles-ci n’explosent pas, ce qui inquiète grandement la population …

Pendant que l’aventure de notre héros débute, nous sommes soudainement attirés vers une nouvelle dimension narrative : la réalité. Ici, trêve de super héros juste la vie pathétique de Wally Sage, Flex Mentallo n’est ici qu’un personnage dessiné par Wally. Au fil des années celui-ci est devenu une véritable loque humaine prenant des tas de cachets, pendu au téléphone il déblatère…

Ce qu’il raconte ? A cet instant Wally ne souhaite se souvenir que de son enfance, remplie de récits merveilleux. Son imagination stimulée est marquée à jamais par les comics de cette époque. Wally est  devenu depuis lors un pur produit de ses lectures. Ensuite on tourne la page et on revient à l’enquête de Flex!

rw4wI8uAAdBDL5qtSxDomJfrZ6ZNrAAZ-page9-1200

 

Mon avis :

Je ne vous mentirais pas en vous disant que « Flex Mentallo » est une galère à résumer !

C’est comme être assis dans un manège à sensation forte en essayant de lire du Nietzsche, ce comics se veut être une oeuvre  philosophique et métaphysique. A travers cette histoire, Grant Morrison et Frank Quitely rendent un hommage à l’univers du comics américains. Mais ce n’est pas tout. On passe aussi dans l’esprit du scénariste, qui déverse sur nous ses névroses, ses angoisses et ses passions au fil des cases. Même si ça fait du bien de lire quelque chose d’un niveau supérieur que « baston bagarre amis fin du monde super pouvoir rebaston !!!! »  (Et demande un peu de votre temps, concentration et disponibilité du cerveau), je ne peux malheureusement m’empêcher de me dire que je suis face a un comics genre « sommet de la branchouil-intello-métaphysique » pour moi c’est plutôt un comics en roue libre où nos deux compères, Grant Morrison et Frank Quitely, ont bien délirés dans leur coins.

Pour certains, c’est beau, profond et un hommage au monde du comics, moi je n’y vois qu’un magnifique foutage de gueule.

C’est rarissime et pourtant si beau…

IMG_1176

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer