[COMICS] Walking Dead, c’est terminé ! - Comics Prime

Vous pouvez retrouver Le Tome 33 de WALKING DEAD  sur IZNEO en version numérique pour celles et ceux qui n’ont plus la capacité logistique d’agrandir leur bibliothèque.

 

Après 16 ans, oui 16 ANS… Voilà enfin l’épilogue de la saga papier la plus célèbre de Zombie, 33 comics chez nous avec des déclinaisons comme plusieurs spin-off, numéros spéciaux, jeux vidéo, séries et bientôt films, ce dernier numéro porte le titre ÉPILOGUE… ouais, bon, espérons que le contenu soit plus original.

Fiche Technique :
Scénario : Robert Kirkman.
Dessins : Charlie Adlard.
Éditeur : Delcourt.
Date de sortie: 15 Janvier 2020.
Pagination : 74 pages.

Sollicitation :

Ce numéro exceptionnel est un épilogue émouvant qui marque la toute fin de la série-phénomène Walking Dead. L’arrêt de la série orchestré par les auteurs, après plus de quinze ans de succès jamais démenti, a surpris tout le monde.

A spoiler sans modération.

Il est totalement impossible de parler du tome 33 de Walking Dead sans spoiler, nous considérerons donc que si vous en êtes là, vous l’avez déjà lu ou tout du moins déjà lu le tome 32 et que vous êtes ready à tout savoir de ce dernier numéro objectivement sans surprises. Car oui, même si nous allons entrer en détail dans l’histoire de ce dernier numéro, aucun élément ne viendra gâcher votre lecture car il n’y a hélas rien à gâcher !

Après.

Nous voilà de nombreuses années après les événements du tome 32, des années que Rick Grimes nous a quitté et on découvre Carl en couple et papa d’une petite Andréa (bordel, pourquoi elle est morte si tôt dans la série ?).
La société a presque éradiqué les zombies qui ne servent plus qu’à animer des spectacles itinérants et qui sont désormais des « biens privés » qu’il est interdit de tuer/détruire, ce qui n’est pas du goût de Carl.
Celui-ci va d’ailleurs se mettre à dos le plus si petit Hershel (fils du regretté Glen), devenu un petit mer***x qui va le trainer en justice face au nouveau système judiciaire mis en place.

Au passage, Carl va également croiser quelques vétérans comme Michonne, Earl, Eugène (qui a concrétisé ses rêves de locomotives),  Lydia et d’autres personnages secondaires dispensables.

En revanche, oubliez vos espoirs de voir une véritable conclusion pour Negan, absent depuis le T29, il sera à peine évoqué et l’auteur ajoutera plus loin un « P.S : Negan a survécu. » totalement insuffisant.
Également brillants par leur quasi absence, Princesse, Jésus, Siddiq,…  j’en passe et des meilleurs.
De nombreux personnages dont on aurait aimé connaitre le destin et qui n’auront pas droit aux honneurs qui leurs reviennent.

Floué ?

Le lecteur assidu, celui qui aura tenu pendant toutes ces années, soutenu la série au travers des meilleurs numéros comme au travers des plus oubliables. Le fan s’étant fait arnaquer par les fausses annonces de Kirkman concernant la suite de Walking Dead mais attendait cette conclusion non sans impatience. Le mordu (zombies, mordu…) qui aura dû traverser la violente disparition de Rick et sécher ses larmes. Ce spectateurs là se sentira floué par ce dernier numéro.
Premièrement par le nombre de pages. 74, pour conclure une saga contre plus de 130 en moyenne dans les autres numéros. Il n’est alors pas étonnant de constater le manque de personnages importants. Le reste du comics étant complété par une lettre ouverte ou Robert Kirkman se répand en excuses comme s’il tentait de justifier ses choix par manque d’assurance, nous faisant comprendre que lui aussi est triste, même plus que nous et qu’il ne faut pas lui en vouloir.
Une telle série aurait mérité une épisode spéciale pour tenir place de fin, 300 pages fortes, la récompense pour la fidélité des lecteurs.
Mais il n’en est rien, et ces 74 pages se liront sur le temps d’un trajet Bruxelles-Waterloo sans retard.

Comme c’est mignon.

Le plan initial de Kirkman depuis près de 5 ans était de montrer le monde laissé par Rick des années plus tard, mais toujours abandonné des hommes et aux mains des morts, comme si les sacrifices de Rick avaient étés vains et que l’avenir de l’humanité ne pouvait plus être sauvé.
Une fin sombre mais qui aurait eu le mérite de correspondre à ce que la série a mis en place au fur et à mesure des années.

Mais à la place, le créateur a eu l’idée lumineuse de nous offrir une fin « Harry Potter ». Les enfants sont devenus adultes, ont eux-mêmes des enfants, racontent la légende de Rick Grimes, les Zombies ont presque disparus, les gens vivent heureux dans un monde quasiment revenu à la normale.
Tout est bien qui finit bien.
Cette mièvrerie n’est pas digne d’une série de comics qui a pris pour habitude de tuer les plus emblématiques des personnages, de proposer des retournements de situations des plus surprenants et sanglants.
Bien que la couvertures elle-même nous fasse croire que la menace des morts vivants est toujours présente, il est bien question du seule Zombie que l’on croisera dans ces quelques pages
S’il est vrai comme nous l’explique Kirkman dans son plaidoyer, que cette conclusion mûrit depuis de nombreuses années, il est incompréhensible, voir même intolérable qu’il y ait mis si peu de vie, si peu d’âme, si peu d’émotion.

 

Ce n’est pas la fin !

 Si cet article touche bel et bien à sa fin, celle de Walking Dead n’est pas le Tome 33 mais bien le Tome 32 dont le titre était « La fin du voyage ». Une véritable fin à la Walking Dead, entre espoir et noirceur, entre optimisme et pessimisme.
Cet épilogue est bien ce qu’il se revendique d’être, une extrait dispensable. Il semble être la transition vers la future série
« World Beyond » qui prendra place dans le monde d’après, celui ou l’homme a presque repris sa place.
Cependant, même si ce dernier numéro n’est pas à la hauteur de ce qu’il aurait dû être, rappelons-nous que cette série nous a fait vibrer, frissonner, hurler et parfois pleurer, qu’elle a été une révolution sur bien des points et qu’il était bel et bien temps qu’elle se termine avant d’être définitivement épuisée. La série AMC devrait d’ailleurs s’inspirer de la décision difficile mais sage de Kirkman et Adlard.
Les fins sont toujours compliquées et rare sont ceux qui arrivent judicieusement à apporter une conclusion efficace à leur œuvre, alors terminons sur la réplique de Stephen King dans Ça :  « J’ai pas aimé la fin » !

 

 

 

[COMICS] Walking Dead, c’est terminé !
Le titre de cet épilogue qui est "Épilogue" est à l'image de ce dernier numéro, en manque d'inspiration.
Dessins
Scénario
Qualité globale
On aime.
  • Les dessins.
  • Quand c'est terminé.
On aime moins.
  • Une conclusion hâtive.
  • Le faible nombre de pages.
2.4Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer