Comics VO : Reviews express : cette semaine (22/05/13) chez Marvel et DC - Comics Prime

ATTENTION aux SPOILERS pour les lecteurs VF en général et les lecteurs VO qui ont du retard.

Un Homme averti en valant deux.

 

DC COMICS

2013-05-22 07-46-27 - Green Lantern (2011-) 020-000Green Lantern #20 : Coup de coeur de la semaine.

 

Geoff Johns au scénario et Doug Mahnke aux dessins et une tripotée d’autres dessinateurs rendant hommage dans ce dernier numéro du run de 9 ans de johns sur un titre Lantern. Il s’agit de la conclusion de l’évènement « Wrath of the first Lantern » et donc la clôture du run de Johns. Ce dernier avait repris les commandes, en 2004, d’une licence un peu paumée, la rendant cool à nouveau. Ses outils ont été à la fois une simplification et  un élargissement de l’univers, notamment en démultipliant les corps, parcourant le spectre des couleurs de l’arc en ciel et des émotions : Rage (rouge), Avarice (Orange), Peur (jaune / Sinestro corp), Volonté (vert), Bleu (espoir), Indigo (compassion), Violet (Amour /Star Sapphires), rajoutant également le blanc de la Vie et le noir de la Mort. Il se débarrasse également d’éléments lourds et vieillots, permettant à un moment aux Green Lantern de pouvoir tuer, ce qui n’était pas le cas avant.

 

Pour l’histoire en elle-même on retrouve nos protagonistes là où on les avait laissé. Hal Jordan s’étant jeté du haut d’une falaise dans la « deadzone » afin de revenir en Black Lantern, revenant ainsi dans la « réalité » pour aider l’ensemble des Corps à battre Volthoom le premier Lantern. Ce numéro est composé d’abord d’une intro où un personnage mystérieux (mais qui n’est pas si mystérieux à la fin) raconte à une jeune recrue l’histoire du Green Lantern Corps et du fameux hal Jordan, ce qui donne lieu à un résumé très bien foutu du run entier de Johns, depuis Rebirth jusqu’à Volthoom en passant par la Sinestro Corps war, War of the Lanterns, Blackest night, Brightest day, etc… Le résumé reprenant la fin de Wrath of the First Lantern. Ce numéro est une grosse baston générale vraiment captivante et jubilatoire, on retrouve très clairement les éléments qui ont fait les grands events de ces dernières années (enfin pas les dernières années, mais disons juste avant les New 52). Une ébauche de pouvoirs, de dépassement de soi, d’alliance de puissance, de solutions extrêmes (cf l’image au bas de cet article). Je ne vous spoilerai pas la conclusion de l’arc, mais il est à noté que Geoff Johns nous termine ce gros numéro final (relié façon TPB tellement il est gros) par un genre de vision de la fin des héros. Une partie des pages sont également dévolues aux hommages des amis et collègues de Johns.

En conclusion : Une fin de run émouvante et passionnante, pas exempte de défauts, mais tout fan de l’univers Lantern pardonnera facilement les petits défauts. Mahnke est très en forme pour ce dernier numéro et même si on reprochera principalement à cet event « wrath of the First Lantern » d’avoir trainé pour une conclusion un peu précipitée (sensation sans doute fausse vu qu’en temps normal cette même conclusion aurait pris 2 à 3 numéros de taille habituelle. Il faut vraiment souligner le côté affectif qu’un nouveau lecteur New52 ne ressentira pas forcément car il faut l’avouer mis à part l’arc sur les Indigo et celui sur Black Hand, les plus belles années du run de Johns sont plutôt pré 52. Et donc pour quelqu’un ayant vécu cette « renaissance » (Rebirth) de 2004 c’est un énorme pan véritablement ÉPIQUE qui s’achève là non sans avoir la gorge serrée. Comme sans doute beaucoup de gens j’ai commencé l’univers cosmique DC avec Rebirth et il m’a fait le connaître et l’apprécier et c’est bien là du exclusivement au talent de scénariste de Geoff Johns et des dessinateurs de talents qui ont illustré ces aventures.

 

 

MARVEL

Avengers v5 012-000 – Avengers #12

Jonathan Hickman et Nick Spencer au scénario, Mike Deodato aux dessins.

première chose, gros big up à Dustin Weaver et Justin Ponsor pour la couverture qui est vraiment très très belle.

Ensuite, Suite de l’histoire compliquée d’Hickman, on retrouve donc les effets des bombes que Ex-Nihilo a balancé sur Terre et cette fois si on s’attarde sur les enfants nés dans le Savage Land avec la particularité d’être doués d’auto-subsistance. On retrouve donc un Iron-man concerné par l’évolution de ces êtres qui grandissent très vite et sans aucune éducation. Nos Avengers vont donc se charger à leur manière de délivrer des conseils et des leçons de vie aux bambins. C’est drôle, bien écrit et c’est pour une fois pas trop compliqué à comprendre. On en apprend plus sur Hyperion également, ce qui n’est pas un mal.

 

En conclusion : Un numéro qui permet de souffler scénaristiquement et de profiter des dessins. Après on peut toujours se demander si c’est vraiment le genre d’histoire qu’on attend du titre phare « Avengers » de Marvel, j’entends par là que sans doute que les fans du film s’attendent à du basique « Menace / Baston » et pas de l’intellectualisation à la Hickman. cependant l’ensemble fonctionne et le charme opère.

Uncanny X-men #6 :

Parce qu’une semaine comics sans Bendis c’est comme une biscotte qu’on ne détruit pas en la beurrant : ça n’existe pas. Brian Michael bendis le bien nommé au scénario et Frazer Irving aux dessins. Dans le numéro 7 Dormammu avait forcé Illiana Rasputin à téléporter toute la team de cyclope, élèves compris, dans les Limbes. Magik était redevenue Darkchylde sur ces entrefaites. Et donc c’est exactement dans les Limbes qu’on les retrouve. Mais nous avons également droit à quelques pages de Maria Hill et l’agent Coulson qui essaient de recruter un Mutant qui est destiné à devenir un agent du SHIELD, les renseignant sur la popote interne de Cyclope, ce qui se passe avec la confrérie qui les attaque, comprendre la relation ambiguë de Scott Summers avec Magneto qui, je vous le rappelle, a vendu des infos sur le dit Summers, au SHIELD, jouantde ce fait à l’agent triple, vu qu’il fait cela en réalité pour avoir des infos sur le SHIELD.
Première situation de danger sur le terrain pour les élèves de l’école Jean Grey de Cyclope et quelle situation, une armée de démons fonce sur eux.  Je vous laisse découvrir comment ils se débrouillent. C’est assez amusant. Et enfin découvrir sur qui le choix de Maria Hill c’est posé (même si ca a été spoilé) est fun.

En conclusion :

 Irving nous gâte aux dessins, Bendis allie décompression et action, c’est à dire là ou il est le meilleur. Très franchement cette série avance sur une qualité assez égale et un plaisir de lire la suite toujours renouvelé.

 

2013-05-22 07-48-48 - Green Lantern (2011-) 020-043

 

 

 

 

 

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer