Comics V.O : Reviews express : cette semaine (24/04/13) chez Marvel et DC - Comics Prime

ATTENTION aux SPOILERS pour les lecteurs VF en général et les lecteurs VO qui ont du retard.
Un Homme averti en valant deux.

 

DC COMICS

Talon (2012-) 007-000Talon #7 :

Avec James Tynion IV et Scott Snyder au scénario et Guillem March aux pinceaux.
Un titre dont je parle quasi à chaque sortie tant il est de qualité. On avait laissé notré héros Talon rebelle avec un gros cliffhanger durant lequel on apprenait que Sebastian Clark, l’homme qui avait recueilli et aidé Calvin Rose, n’est autre que l’ex-grand maître de la cour des hiboux. Ce dernier ayant été évincé a orchestré sa revanche via Calvin. On trouve également une apparition de Batman tourné, une fois n’est pas coutume, en ridicule. Pour finir sur un nouveau cliffhanger qui a été spoilé depuis quelques mois et qui se trouve dans le deuxième volet de la WTF cover de ce numéro d’avril (visible en bas de cette chronique), le retour du « percutant » Bane.

En conclusion : Cette série oscille entre les très très bonnes idées et les idées auxquelles on ne croit pas un instant. L’évasion de Calvin de ses geôliers hiboux et son numéro d’évasion à la barbe de Batman sont vraiment peu crédibles. D’un autre côté les révélations sur la cour des hiboux sont bien pensées et il est à craindre que les bonnes idées de la trame principales ne viennent de Snyder et que les détails un peu plus faibles ne viennent que de Tynion. Même si c’est très convenablement dialogué on assiste à un ascenseur émotionnel de trouvailles scénaristiques, certaines ficelles sont plus voyantes que d’autre. Niveau dessin Guillem March est dans une forme égale à lui même.

Batman inc#10 :

Grant Morrison au scénario, Chris Burnham aux dessins aidé de Jason Masters et Andrei Bressan. La grande conclusion de ce run n’est qu’à 3 numéros et pourtant Morrison semble ne pas ralentir le rythme. Après la mort de Damian et un numéro 9 nous racontant les suites logiques de cette mort, rendant par la même Batman hors la loi une fois encore. On continue à suivre la mise en oeuvre de la vengeance de Bruce sur Talia. Batman met toutes les chances de son côté en allant même à recourir à des solutions qu’il n’aurait jamais envisagé si il n’avait pas été rendu fou de tristesse et de colère. On a droit à un tour quasi complet des protagonistes qui nous racontent leur état d’esprit. On croise donc Red Robin et Nightwing (qui au passage a un crâne immonde et déformé sur une case en gros plan) qui combattent le crime tout en parlant de leurs inquiétudes quant à l’état de Bruce et leur envie d’aider à venger la mort de Damian. Le cliffhanger nous met face à face avec la concrétisation de la folie de Bruce Wayne.

En conclusion :
Ce numéro 10 de Batman inc aurait pu être mon coup de coeur de la semaine, tout du moins coup de coeur scénaristique car visuellement il y a du très très laid parfois et je dois dire que l’aspect visuel me rebute depuis le début et que je continue à lire pour l’histoire. 3 petits numéros c’est peu et beaucoup à la fois. Que nous réserve Morrison alors que à la fin de ce numéro 10 on semble être si proche de la conclusion. Et surtout Dieux du comics faites en sorte que Morrison ne ramène pas Damian trop vite, ne rendez pas sa mort inutile alors qu’elle a déjà gâché les retombées de « Death of the family ».

 

MARVEL

Guardians of the Galaxy v3 002-000 Guardians of the Galaxy#2 :Coup de coeur de la semaine.

Brian Michael Bendis au scénario, Steve McNiven aux dessins (partie héros) Sara Pichelli (partie méchants). Je sais, je sais… Bendis m’a encore eu. Mais sérieusement quand il fait pas son gros lourd verbeux, qu’est ce qu’il est efficace. Et puis franchement l’arrivée de Pichelli sur le titre aurait mérité en lui même le coup de coeur hebdomadaire. McNiven et ses pages magnifiques et le travail de Pichelli qui complète parfaitement les dessins de ce numéro à 4 mains  (j’ai relu ce comics trois fois depuis sa sortie  juste pour admirer les pages). Niveau histoire du côté des pages de McNiven, on a du très très badass, un Rocket Racoon mal poli et politiquement incorrect comme il se doit, un Groot qui m’a fait lâcher un rire à haute voix (ce qui est relativement rare) et un début de scénario pour Drax le dépressif. Du côté des pages de Pichelli les « méchants » mettent en place leur plan diabolique pour faire payer à ses horripilant humains leur audace et le fait qu’ils sont super forts en fin de compte. Ce qui est à noter également c’est que l’histoire de nos héros se passe à Londres ce qui est bien vu si on prend en compte que les USA sont relativement bien dans la merde, si vous me passez l’expression, avec ce qui se passe dans les autres titres Marvel (les titres Avengers en tête).

En conclusion : Ce n’est pas la première fois ni la dernière que ce titre remporte mon coeur. Il doit talonner Thor God of Thunder dans le top des meilleures séries du « relaunch » Now. Comme je l’ai déjà dit c’est magnifique c’est drôle et c’est malin, trop bavard comme souvent avec Bendis mais vu qu’il nous explique enfin sérieusement le plan des adversaires de nos héros et quels sont les factions en présence, on pardonnera facilement à Bendis. Mais sérieusement vas-y doucement avec les pages où les dialogues prennent plus de 50% de l’espace.

 

Young Avengers #4 :

Écrit par Kieron Gillen et dessiné par Jamie McKelvie. On termine la semaine avec le 4ème numéro de Young Avengers, cette série à une tradition de grande qualité et je dois dire que scénaristiquement c’est toujours très sympa. Graphiquement on est vraiment très loin de Jim Cheung, mais en même temps ca permet des délires visuels comme la double page ou Marvel Boy aka Noh Varr sauve nos héros, je vous laisse la surprise visuelle (principalement parce que ça serait long et ennuyeux de raconter un gag visuel). Notre groupe de jeunes héros sont toujours poursuivit par les monstres bizarres constitués de boue et on finit par Kid Loki qui arrive enfin à obtenir ce qu’il voulait depuis le début : les pouvoirs de Wiccan.

En conclusion : Donc pas mal d’humour et de clins d’oeil, une lecture très plaisante faute d’être belle c’est visuellement efficace et imaginatif. Gillen a bien repris le flambeau et même si l’ennemi reste d’un goût douteux, les dialogues et les références sont vraiment savoureuses.

 

 

Talon (2012-) 007-001

 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer