[COMICS] Ultimates: Omniversel - Comics Prime

Lorsqu’une couverture vous présente Galactus en gros plan, chez Marvel, on sait qu’on est pas là pour rigoler. On est dans du cosmique pas du comique !

Fiche Technique :
Scénario : Al Ewing.
Dessins : Kenneth Rocafort et Christian Ward .

Éditeur : Panini Comics.

Date de sortie: 02 Janvier 2020.
Pagination : 288 pages.
Sollicitation :
Cet album propose une saga complète signée Al Ewing (Rocket), Kenneth Rocafort (Superman) et Christian Ward (Flèche Noire). L’histoire est liée à la grande saga Secret Wars et dévoile certains mystères de l’univers Marvel. Au-delà du système solaire, un vaisseau spatial s’approche d’une brèche située dans le tissu de l’espace-temps… Découvrez les Ultimates, l’équipe de l’impossible réunissant T’Challa (alias la Panthère Noire), Captain Marvel, America Chavez, Monica Rambeau ou encore Blue Marvel. Avant d’enquêter sur la renaissance de l’univers Marvel et l’arrivée de Thanos, les héros devront affronter un problème de taille : Galactus !

« Marvel niveau marketing, c’est la subtilité d ‘un panzer qui rentre dans Paris »

Quand je vois la couverture des Ultimates, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer comment le projet est né.

« Alors Ewing on a un projet pour toi ! C’est un projet qu’on sent bien, quelque chose dans l’air du temps, tu sais le ‘All new All different’ qu’on a bombardé partout pour vendre plus ! Du coup on s’est dit qu’il manquait une équipe genre galactique parce qu’on a promis à Spencer de pas trop toucher à la terre. Mais t’inquiète pas t’auras un roster de persos aux petits oignons… On te propose Blue Marvel… Ouais ok il est pas connu mais il est noir alors c’est pile dans la mouvance… T’as pas l’air convaincu… Ecoute dans ce cas on rajoute AMERICA CHAVEZ !!! Tu sais la latina homosexuelle toute puissant…

Quoi ? Ouais ok t’as pas tort c’est aussi pour faire du new different mais elle est cool tu sais… Bon ok on te sent pas jouasse… OK on te laisse Captain Marvel en plus t’en dis quoi ? Mhh ? Elle est partout et tu trouves qu’on exagère ? C’est à prendre où à laisser… Parfait donc t’auras en plus Spectrum et la Panthère Noire… Que fout la Panthère Noire là dedans ? Bah T’challa il est puissant et riche et … T’en as pas marre de critiquer ? »

Sérieusement je vois pas comment ça a pu se passer autrement et encore on a même pas entamé le moment où le gars raconte à Ewing qu’on va appeler ça « Ultimate» pour faire cool parce que les sequels c’est ce qui marche le mieux.  Tout donc dans le projet sent le plan ‘All new All different’ que Marvel affectionnait à l’époque. C’est le genre de projet qui soit devient une pure commande sans âme ou soit devient un projet avec carte blanche pour l’auteur parce qu’il a accepté toutes les clowneries des huiles.

 

 » Blue Marvel c’est le gars qui a du prendre une couleur parce que Captain et Mister étaient déjà pris et que Black ça aurait limite fait raciste »

Bien maintenant que l’aspect marketing est derrière moi, allons-y pour une présentation rapide du comics., Grosso modo les Ultimates c’est une équipe de puissance cosmique qui va régler des problèmes de grosses ampleurs. Ici on est pas là pour protéger de la terre certes mais pour être dessus. On est là pour du niveau « Ordre Noir » minima. Si vous voulez du récit du quotidien, retournez voir votre friendly neighbour.

Avec une telle approche, on va être clair, Ultimates c’est pas un comics pour néophyte. Non seulement par le ton et les enjeux qui demandent une bonne connaissance de l’univers marvel. Mais aussi l’histoire couvre des périodes partant du post Secret Wars pour s’achever avec les conséquences de Civil War 2. Si vous n’êtes pas familier avec ces termes, je vous préviens, z’allez avoir du mal à raccrocher les wagons. Le bon côté c’est que du coup, pour une fois, le récit est imbriqué dans l’histoire avec un grand « H » et ça en se trimbalant dans la galaxie pour la moitié du comics. Me reste juste à comprendre pourquoi Panini ne le sort que maintenant, bien après les dits événements.

Niveau récit, on peut le diviser en deux parties.

La première partie est celle qui m’a le plus plu. Elle est dans l’esprit des récits cosmiques de Jim Starlin. Du coup parfois c’est perché mais globalement le récit est épique, triturant la métaphysique de l’univers Marvel en y incorporant les événements de Secret Wars. J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça quand j’ai acheté le comics et que ce fut la raison de ma chronique. J’ai personnellement beaucoup d’amour pour le spatial de Marvel et la période Bendis des Gardiens de la Galaxie m’avait clairement déçue. Ici on retrouve les racines de la démesure Starlin et c’est un vrai petit bonheur.

L’autre partie se concentre plus sur le background de Blue Marvel et son lore et c’est sans doute pas plus mal parce que je suis pas certain qu’on sache tous qui est Blue Marvel et encore moins ses enjeux, le tout étant lié à Civil War 2. Le récit est correct, l’invité surprise est un petit bonheur qui fait revenir le souffle de la première partie et le tout s’insère dans la continuité tout en apportant des explications sur des zones d’ombre de l’arc Civil War 2. Fort digeste donc !

Si j’avais un reproche à l’histoire ce serait dans son rythme effréné qui ne sait pas prendre de pause pour nous parler de ses personnages. Si America Chavez a droit une scène où elle appelle sa petite amie du moment pour pouvoir à travers l’espace fermer une faille en se nourrissant de l’amour qu’elle lui porte, très poétique et joliment mis en scène. Par contre malgré qu’un arc complet nous parle de Blue Marvel, j’aurai bien du mal à vous parler de ce que j’aime dans le personnage. Sans doute la conséquence de la trame d’Ewing qui est vaste et qui n’est pas infinie dans le temps de parution. Dommage pour un comics qui prend des personnages parfois peu connus.

Niveau dessin, j’ai un truc à dire  (Oui là vous allez m’entendre parler dessin.. Je sais.. Je sais même moi je ne crois pas ce que j’écris). J’ai vraiment beaucoup aimé le travail de  Kenneth Rocafort qui dans la partie cosmique quitte le classique case par case pour s’offrir quelques folies donnant un aspect déstructuré impeccable dans ce genre de récit.

 

 

« Et America Chavez, elle s’appelait à un moment Miss America… Du coup là on comprend pourquoi  ils ont vite changé son nom »

En conclusion je dirais qu’Ultimate c’est le genre de récit sans doute commandé éditorialement mais qui a su trouver son ton et ses intrigues. Ewing m’a convaincu sur ce premier tome et j’attends du coup le second avec impatience. Il me restera à comprendre pourquoi les appeler « Ultimate » et parler d’héritage de Millar mais je suppose que le tome 2 viendra éclaircir tout ça ! (Ou pas mais je serais fort perturbé)

[COMICS] Ultimates: Omniversel
Un bon morceau de puissance dans une histoire palpitante qui manque juste parfois de moment de pause pour nous permettre de respirer avec les personnages
Scénario
Dessins
Echelle de Galactus
Ce qu'on a aimé.
  • Des enjeux à la Starlin.
  • Un récit dans la continuité.
  • America Chavez qui danse !
Ce qu'on a pas aimé.
  • Un côté marketing un peu trop appuyé.
  • La caractérisation des persos.
4.4Un four star on ze rock !
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer