[CHRONIQUE VF] We Stand on Guard - Comics Prime

Acclamé par la critique lors de sa sortie au pays de l’oncle Sam, We stand on Guard a tout de suite titillé mon attention, une attention d’autant plus forte que le scénariste de cette série n’est autre que Brian K. Vaughan, à qui l’on doit, je vous le rappelle Paper Girls, Saga ou encore Y le dernier homme. Ces trois titres font pour moi partie du haut du panier de ce que l’on peut lire dans l’industrie du comics. Bref, vous l’aurez compris, j’avais de grosses attentes concernant cette mini série au cadre assez original.


Scénariste :
Brian K; Vaughan
Dessinateur : Steve Skroce
Editeur VF : Urban Comics
Editeur VO :
Image Comics

Sollicitation : Face à l’adversaire, la résistance canadienne s’organise. Mais que faire lorsque votre agresseur possède une avance technologique qui renvoie vos lignes de défense à l’âge de pierre ? Engager une lutte sans pitié pour la liberté et être prêt à tous les sacrifices, même les plus abjectes, pour voir votre cause triompher. 
 
 
 
 

 

Le Canada, une belle nation !

2111 et des poussières, le Canada se fait bombarder par les États Unis, représailles de la super-puissance suite au bombardement de la Maison Blanche, de Washington et l’annihilation du président et de sa famille. Suite au retour de bâton des USA, Ambre et son frere se retrouvent orphelins et livrés à eux mêmes.

On retrouve notre duo quelques années plus tard dans une région enneigée du Canada. Lors d’une sortie de reconnaissance, elle tombe nez à nez avec un groupe se faisant appeler Mega Pack, cette bande, ou plutôt ces guérilleros, composée de personnes venant de tous horizons, a pour mission de donner du fil à retordre aux militaires américains patrouillant dans la région à la recherche du nouveau pétrole de ce siècle : l’eau. Seulement, les forces “yankee” sont lourdement armées, puisque pour se déplacer et débusquer l’ennemi il font appel à de gros blindés et de gros robots…

Face à cette menace, notre groupe hétéroclite va devoir faire preuve d’ingéniosité pour y répondre efficacement. Au début méfiant sur les intentions réelles de Ambre, les Mega Packs, trouveront rapidement en sa personne une alliée précieuse et déterminée, guidée par la recherche de son frère.

Vaughan is the new Millar ?

We stand on Guard est une uchronie menée par un scénariste qui à l’habitude de nous raconter des histoires qui restent longtemps imprégnées dans nos esprits. Tant par les thèmes abordés que par une narration que je qualifierai de “sans filtres”. En effet, Vaughan livre souvent dans sa productions des dialogues et des personnages qui semblent au premier coup d’oeil hauts en couleurs, mais qui dans l’absolu nous ressemblent fortement.

C’est d’autant plus vrai avec We Stand on Guard puisque le scénariste nous dépeint des personnages au passé trouble, des personnages qui sont aussi des écorchés, des “survivants”, ce qui donne à l’ensemble une dimension non manichéènne de leurs actions. Si la comparaison avec Millar peut se faire sur certains points “structurels” du récit, on est tout de même loin de la production souvent à sens unique du papa de Hit Girl.

Uchronie mon amour

J’ai une tendresse particulière pour ce genre de récit, en effet le fait de juste imaginer qu’un grain de sable se serait glissé dans les rouages de l’histoire et d’ainsi créer une réalité altérée m’a toujours fasciné, d’autant plus que We Stand on Guard a une trame historique des plus originales et qui, à ma connaissance, est peu traitée dans la littérature et en particulier dans l’art séquentiel. D’ailleurs, c’est tout l’univers mis en place par Vaughan et Steve Skroce qui fascine par sa rudesse, son bestiaire technologique et son ambiance graphique qui fait quelquefois penser à The Thing de Carpenter. D’ailleurs, le trait nerveux et détaillé de Skroce renforce la consistance du récit et certaine scènes pourraient souvent être qualifiée de “malaisantes”.

[CHRONIQUE VF] We Stand on Guard
We stand on guard est une lecture plaisante qui vous fera réfléchir, qui vous fera ouvrir des livres d’Histoire mais, surtout, qui ne vous laissera pas indifférent. En effet, malgré le format “one shot”, We Stand on Guard est un récit qu’on aura plaisir à sortir de temps à autre pour s’y replonger, pour repasser sur les détails qui nous auraient échappé mais aussi des parallèles qu’il est aisé de faire avec notre réalité.
Dessin
scénario
On a aimé
  • Le concept
  • L'armement lourd
  • L'ambiance
On a moins aimé
  • heu...
4.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer