[CHRONIQUE VF] Placerville - Comics Prime
Une nouvelle histoire de Christophe Bec est parue collection Flesh & Bones de Glénat Comics. Avec des accidents de la route et une fillette aux cheveux gras dedans.

Scénario : Christophe Bec.
Dessins : Cyrille Ternon.
Éditeur : Glénat Comics.
Collection : Flesh & Bones.
Date de sortie: 23 mai 2018.
Pagination : 128 pages.
Sollicitation : Quelque part sur une route de campagne, aux États-Unis. Une mère et sa fille croisent sur le bas-côté une énigmatique petite fille dont le visage est caché par ses longs cheveux noirs. Que peut bien faire une enfant toute seule dans un endroit si isolé de tout ? Elles décident de s’arrêter pour en avoir le cœur net. Elles n’auraient jamais dû…
Combinant les codes du film de revenants façon The Ring à ceux du road-movie, Placerville est un récit surnaturel et effrayant qui ne vous fera plus prendre la route de la même manière…

Placerville

Placerville, Californie, 1951. Une mère et sa fille rentre par la route 50 et, en passant par le Raidillon Bullion Bend, la passagère aperçoit une fillette sur le bord de la route. Un mile plus loin, la mère et la fille décident de faire demi-tour afin de venir en aide à la fillette. En arrivant à sa hauteur, elles découvrent quelque chose qui fait vraiment très très peur (PEEK-A-BOO).

Placerville, Californie, 2016. Une mère et son fille se rendent à San Diego en passant par la route 50 plutôt que par la 80. Ils n’arriveront jamais à destination. Sans nouvelle, la famille se met en quête des disparus et remontent jusqu’à Placerville où pas mal de personnes sont mortes et/ou ont disparu dans des circonstances étranges (PEEK-A-BOO).

White Lady

Quoi qu’en dise le pitch, nous avons plus affaire au mythe de la Dame Blanche (pas le dessert, donc) qu’à Samara (ou Sadako pour les puristes). Pour le côté road-movie, ben ça se passe sur une route au milieu de nulle part (et, cette fois encore, ça colle plus au mythe de la Dame Blanche qu’à autre chose).

Christophe Bec, un habitué de la collection Flesh & Bones qui nous a gratifié de quelques numéros exceptionnellement bons (entre autres Bikini Atoll (dont le second opus arrive très bientôt), Blood Red Lake, Winter Station, etc.), nous livre une histoire qui a du potentiel mais qui pèche par un dénouement plié à la va-vite. Néanmoins, revisiter le mythe susmentionné comme il fait est un exercice de style relativement sympathique.

Au dessin, nous avons Cyrille Ternon dont le style colle parfaitement à la ligne éditoriale de cette collection (mention spéciale à la seconde mère dont les traits rappellent étrangement Padmé Amidala Natalie Portman.

Bref, sympathique série B même si Christophe Bec nous livre un récit nettement moins passionnant que les autres qu’il m’a été donné de lire. En espérant qu’il se reprenne pour les prochains.

[CHRONIQUE VF] Placerville
Très loin d'égaler Winter Station au niveau scénaristique, il y a tout de même quelques effets de styles qui tapent juste. Néanmoins, ce volume est certainement le moins bien des Flesh & Bones que j'aie pu lire jusqu'à présent.
Dessins
Scénario
Ce qu'on a aimé
  • la mise en place
  • certains effets de style (visuels et scénaristiques)
Ce qu'on a moins aimé
  • c'est un peu trop facile
  • le côté "fallait absolument boucler"
3.0Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer